Google laisse tomber Boston Robotics et ses impressionnants robots militaires

 |   |  244  mots
Boston Robotics a été créé en 1992 sous l'égide du Massachusetts Institute of Technology (MIT).
Boston Robotics a été créé en 1992 sous l'égide du Massachusetts Institute of Technology (MIT). (Crédits : Reuters)
Le groupe américain envisage de vendre Boston Dynamics, qu'il avait acquis en 2013. Le motif, selon la presse anglosaxonne ? La société, qui fournit l'armée américaine, ne serait pas en mesure de livrer un "produit commercialisable dans les prochaines années". Mais le bad buzz qui commence à courir sur la Toile serait une autre raison, plus profonde.

L'absence de profit immédiat décourage Google. La maison mère du groupe américain, récemment renommée Alphabet, cherche à vendre sa filiale Boston Dynamics, spécialisée dans la fabrication de robots, affirme vendredi 18 mars le Financial Times. L'opération "s'inscrit dans une volonté de recentrer les activités de robotique au sein de la division Google X" du groupe, explique le quotidien britannique évoquant une source proche du dossier.

L'agence Bloomberg, qui donne également l'information, cite deux personnes informées des projets de la compagnie.

"Des changements d'équipe dirigeante" en cause

Créé en 1992 sous l'égide du Massachusetts Institute of Technology (MIT), Boston Robotics, qui fournit notamment l'armée américaine, avait été racheté fin 2013 par Google, qui multipliait alors les acquisitions dans le domaine de la robotique. Mais les dirigeants d'Alphabet ont depuis considéré que Boston Dynamics n'était "pas en mesure de concevoir un produit commercialisable dans les prochaines années", explique Bloomberg, qui pointe "des changements d'équipe dirigeante et des échecs de collaboration entre (les) entreprises" de robotique du groupe.

De récentes vidéos publicitaires qui ont fait le buzz sur internet ont néanmoins inquiété de nombreux internautes, effrayés à l'idée de voir les robots remplacer les êtres humains, rappelle par ailleurs le quotidien italien Il Sole 24 Ore.

Cela n'empêche pas le japonais Toyota comme l'américain Amazon de figurer parmi les repreneurs potentiels de Boston Dynamics, ajoute Bloomberg.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/03/2016 à 19:07 :
L'entreprise s'appelle Boston Dynamics (pas Boston Robotics).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :