"NON", la Chine n'est pas un bastion du piratage informatique... selon Pékin

 |   |  899  mots
(Crédits : Kacper Pempel)
Le gouvernement chinois a protesté vendredi contre l'inculpation aux Etats-Unis de deux de ses ressortissants mis en cause pour des attaques informatiques contre 12 pays, dénonçant "des accusations montées de toutes pièces".

>> ARTICLE DU 21/12/2018 08:47 | Mise à jour 21/12/2018 10:26

Le ministère chinois des Affaires étrangères a fermement rejeté vendredi les accusations émises par les États-Unis selon lesquelles la Chine mène des opérations d'espionnage économique, et a demandé à Washington de retirer l'acte d'accusation visant deux ressortissants chinois soupçonnés de piratage.

"La Chine a déjà remis une protestation solennelle aux États-Unis", a annoncé le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué, au lendemain de l'annonce par Washington de l'inculpation de deux "pirates informatiques associés au gouvernement chinois".

Zhu Hua et Zhang Shilong sont accusés de faire partie d'un groupe à l'origine d'intrusions dans des ordinateurs afin de voler des données confidentielles et des secrets industriels à des dizaines d'entreprises de 12 pays, dont les États-Unis, la France, l'Allemagne, le Canada et le Royaume-Uni.

Les accusations américaines "ne sont que du vent"

Dans son communiqué, le régime communiste appelle les États unis à "cesser de salir la Chine à propos des questions de cybersécurité" et avertit que les poursuites contre les deux citoyens chinois risquent de provoquer "de graves dommages aux relations entre les deux pays".

Dans son communiqué, la diplomatie chinoise accuse l'administration américaine de rejeter sur la Chine des fautes qu'elle commet elle-même.

"Ce n'est un secret pour personne que les États-Unis dirigent à grande échelle un réseau de vol et de surveillance à l'encontre de gouvernements, d'entreprises et de particuliers étrangers", accuse Pékin.

Les accusations américaines "ne sont que du vent", dénonce le communiqué, qui appelle les autres pays à "cesser de diffamer délibérément la Chine afin de ne pas nuire à leurs relations bilatérales" avec elle.

La Marine et la Nasa "hackées" selon Washington

Jeudi, le département américain de la Justice avait dévoilé l'acte d'accusation de deux ressortissants chinois soupçonnés d'avoir piraté les systèmes informatiques de nombreuses entreprises et services publics américains, dont la Marine et la NASA. Londres et Washington ont par ailleurs accusé jeudi Pékin de violer les accords sur le cyberespionnage à des fins commerciales conclus en 2015.

Les deux hommes inculpés par le département américain de la Justice, identifiés sous les noms de Zhu Hua et de Zhang Jianguo, auraient dérobé des données commerciales et technologiques confidentielles. Selon l'administration américaine, ils travaillaient pour le compte du ministère chinois de la Sécurité publique.

Outre l'US Navy et la National Aeronautics and Space Administration, plusieurs acteurs de l'aéronautique et de l'aérospatiale ont été visés, selon l'acte d'accusation.

Des entreprises du secteur bancaire et financier, des télécommunications, de l'électronique grand public, de l'industrie pharmaceutique, des technologies de production et de prospection pétrolière et gazière ont aussi été touchées.

"L'objectif de la Chine est tout simplement de remplacer les États-Unis en tant que première puissance mondiale et ils (les Chinois) utilisent des méthodes illégales pour y parvenir", a déclaré Chris Wray, directeur du FBI, lors d'une conférence de presse.

"Aucun pays ne représente une menace à long terme plus importante et plus grave", a-t-il ajouté.

"Cette campagne montre que des membres du gouvernement chinois ne respectent pas les engagements pris par la Chine envers le Royaume-Uni dans le cadre d'un accord bilatéral de 2015", déplore quant à lui le gouvernement britannique dans un communiqué.

Ces intrusions entrent dans le cadre d'une campagne baptisée Cloudhopper. D'après les autorités américaines et britanniques, elle consistait à pénétrer les réseaux de prestataires de services informatiques pour s'attaquer à leurs clients. Parmi les victimes du secteur informatique, figurent Hewlett Packard Enterprise et IBM, selon une sources proche de l'enquête.

Les pirates à l'origine de l'opération, qui dure depuis plusieurs années, se sont introduits à de nombreuses reprises dans les réseaux d'HPE et d'IBM, et y ont été actifs parfois pendant des semaines, voire des mois, a-t-on précisé de source informée. IBM a ouvert une enquête cet été et HPE, début 2017.

L'affaire Huawei en toile de fond

Pékin et Washington sont déjà aux prises avec une guerre commerciale et en désaccord après l'arrestation au Canada d'une haute responsable de l'équipementier chinois en télécommunications Huawei, dont les États-Unis réclament l'extradition.

L'affaire : une haute responsable du géant chinois des équipements télécoms avait été arrêtée au Canada le 1er décembre. Il s'agissait de Meng Wanzhou, directrice financière, et fille du fondateur et patron du groupe. Cette figure de Huawei avait été arrêtée à la demande des États-Unis, qui réclament son extradition. L'annonce de cette arrestation intervenait à un moment critique. Début décembre, lors du G20 en Argentine, les États-Unis et la Chine avaient annoncé une trêve dans la guerre commerciale qui les oppose depuis de longs mois.

Après l'arrestation de la dirigeante de Huawei, Pékin n'avait guère tardé à fustiger.

"Nous exigeons des deux parties, Canada et États-Unis, que des clarifications nous soient fournies au plus vite quant aux motifs de cette détention", avait déclaré un porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères. Tout en demandant la remise "en liberté immédiate" de Meng Wanzhou.

Lire aussi : Les nuages noirs s'amoncellent au-dessus de Huawei

 (avec agences)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2018 à 16:10 :
On crée une information de n'importe quoi, même d'une chose inexistante! Après ça on fait la chasse aux fake news!
a écrit le 22/12/2018 à 22:10 :
La blague qui ne fait pas rire les policiers politiques chinois et russes .Du temps de la glorieuse Union soviétique trois chiens se rencontrent .Un Français ,un Hongrois et un Russe .Le Français pleurniche :je suis maintenant obligé d'aboyer pour avoir de la viande !le Hongrois demande :c'est quoi de la viande ?Et le Russe questionne : c'est quoi aboyer ?
a écrit le 21/12/2018 à 15:46 :
Cela fait longtemps qu'on aurait du former un cartel avec les américains pour ne pas transmettre notre savoir faire aux chinois qui nous pillent ...
Le dernier cas en date , DANONE ...
Réponse de le 23/12/2018 à 14:12 :
Ouvrez les yeux, ça fait 70 ans qu'on est allié aux USA et on leur sert de paillasson. Chine et USA: même combat.
Que les usa se débrouillent sans nous. L'Europe d'abord, quittons l'OTAN.
a écrit le 21/12/2018 à 13:14 :
Les commentaires ci-dessous ne sont rien d'autre que le résultat de la propagande américaine . L'oncle Sam qui met les portables des présidents européens sur écoute n'a juste qu'à montrer la Chine du doigt pour que les moutons européens atlantistes regarde ailleurs. Et pendant ce temps là les gafa collectent vos données.
a écrit le 21/12/2018 à 12:51 :
Selon melenchon et maduro, le venezuela est un pays extremement prospere
Réponse de le 21/12/2018 à 13:20 :
Lequel maduro svp ? Votre pseudo qui vient commenter ou bien le vrai ?

Non parce que l'on commence à avoir du mal à comprendre là...

Les deux seraient le même !? Ah mais bien sûr voyons, c'est tellement bien fait ! J'aurais du m'en douter...
Réponse de le 21/12/2018 à 14:43 :
jean luc, sort de ce corps!
je parlais de votre ami et protege , bien sur
celui qui a amene le socialisme conforme aux plans de Lenine pour le plus grand bonheur des habitants de ce pays!!
"" "CHAVEZ, C'EST L'IDÉAL INÉPUISABLE DE L'ESPÉRANCE HUMANISTE, DE LA RÉVOLUTION""" comme on dit dans les journaux qui savent qui est humaniste et a su le prouver!
( https://www.humanite.fr/melenchon-chavez-cest-lideal-inepuisable-de-lesperance-humaniste-de-la-revolution)
moi je parlais de l'humaniste qui faisait beneficier a sa population du progres social!
https://www.ledauphine.com/france-monde/2018/08/20/comment-le-venezuela-est-devenu-un-pays-de-millionnaires-pauvres
et vous?
Réponse de le 21/12/2018 à 16:32 :
"je parlais de votre ami et protege , bien sur
celui qui a amene le socialisme conforme aux plans de Lenine pour le plus grand bonheur des habitants de ce pays!!"

Ah ok d'accord ! C'est clair...

Et sinon alors le rapport entre maduro et churchill svp ?
a écrit le 21/12/2018 à 11:18 :
Il n'y a que des coups à prendre à faire des "affaires" avec les chinois. Ce sont des menteurs patents à l'image de ce qu'est le parti communiste chinois.
a écrit le 21/12/2018 à 10:46 :
Si c'est la Chine qui le dit....

Ça me fait a même impression que quand Erdogan fustige la répression policière "exagérée" des gilets jaunes et que Trump affirme qu'il est un "génie très stable".

A ranger dans les fake news avec mention "plus c'est gros, plus ca passe".
a écrit le 21/12/2018 à 9:37 :
je crois que la Chine se fout totalement de ce que l on dit d elle.......elle avance avec un talent d enfumage absolu et de grands sourires.....
ceci étant tout cela a des limites.....et le monde est entrain de les atteindre actuellement......
la faiblesse de la fameuse croissance en est la face émergée....
pour maintenir sa domination, elle met son peuple sous surveillance totale ....
et continue de mettre son emprise sur le reste du monde......
le citoyen chinois collabore tant qu il en tire profit.....donc la stratégie chinoise actuelle est une obligation pour les dirigeants pour que le parti continue d exister.....
il y a une donnée que l on ignore ici, ce sentiment d une fierté retrouvée pour la population chinoise....d être de nouveau au moins l égal de occident.....
j ai passé trois semaines en Chine il y a trois ans, accompagné par une jeune chinoise de 35 ans ayant fait ses études en France....
elle vient régulièrement en France avec des amis, tous de la bonne société avec des très beaux jobs.....et tous disent sous le manteau que c est le gvt qui décide de tout......
l'espionnage en Chine n'est pas que économique.......les quartiers sont remplis d indicateur s manière RG.....mais multipliés par dix ou 100.....sans parler de la surveillance du net, des réseaux sociaux....des données au travers du paiement électronique.....et de la reconnaissance faciale a tous les croisements
Alibaba arrive en Belgique avec le système de paiement associé......
nous n en sommes qu au début......
a écrit le 21/12/2018 à 9:11 :
LE problème de la Chine c'est que son piratage massif de données via ses smartphones s'est fait griller non pas par les autorités américaines mais par les passionnés de technologie qui ont de suite vu qu’il y avait un problème, une faille majeur de sécurité, dans leurs smartphones.

Du coup il est prouvé que l'état chinois tente de pirater le monde ce qui n'est pas un problème en soi vu que les états unis font ça depuis très longtemps mais de façon un peu plus discrète, mais par contre d'être exposé pirate officiel leur fait prendre le risque d'être accusé à chaque fois qu'il y a un piratage quelque part.

"Un logiciel espion chinois découvert dans des milliers de smartphones Android" http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tech/2016/11/16/32001-20161116ARTFIG00331-un-logiciel-espion-chinois-decouvert-dans-des-milliers-de-smartphones-android.php

C'est de bonne guerre mais mal dissimulé c'est donner le bâton pour se faire battre surtout quand on a comme concurrent principal les états unis.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :