#10000startups : et les gagnants du Grand Est sont...

 |   |  889  mots
Le jury et les lauréats de Nancy du prix 10000 startups pour changer le monde.
Le jury et les lauréats de Nancy du prix 10000 startups pour changer le monde. (Crédits : Martin Ruelle)
Maintenance préventive des machines industrielles, premier générateur d'électricité hybride, Slack et WhatsApp des médecins, réseau social des passionnés de musique : les lauréats de Nancy et sa région sont connus.

Après Lille, la deuxième étape du tour 2018 du prix #10000 startups pour changer le monde s'est arrêtée à Nancy pour dénicher les pépites du Grand Est. Une quinzaine d'entrepreneurs en herbe ou confirmés ont "pitché" leur projet devant un jury composé de nos partenaires : en plus de La Tribune se trouvaient des représentants de BNP Paribas, Enedis, Mazars, AG2R La Mondiale, WeHealth by Servier et Business France.

Au terme d'une matinée abondante en pitchs, le jury a difficilement sélectionné six entrepreneur(e)s, un par catégorie. Tous sont qualifiés pour la grande finale nationale, qui se tiendra à Paris le 6 mars prochain. Ils affronteront les gagnants issus des sélections à Lille, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux, Nantes et Paris. Les lauréats nationaux seront révélés lors d'une cérémonie au Grand Rex le 9 avril, toujours dans la capitale.

Dans la catégorie Industrie 4.0, le jury a récompensé Olivier Manette, 40 ans, président de la startup Flod. Son credo : les objets connectés pour la maintenance prédictive sur les sites industriels. Son système breveté d'analyse des vibrations des structures peut détecter et prévenir les anomalies, de manière plus sensible et moins coûteuse qu'une surveillance par caméra ou par hélicoptère. La jeune pousse de Reims de quatre personnes a aussi recours au deep learning pour rendre la détection automatisable.

■ Dans la catégorie Environnement et Transition énergétique, Sébastien Faivre, 33 ans, a bluffé le jury avec h2sys. L'entreprise domiciliée à Belfort, issue d'un transfert d'une technologie développée au CNRS, conçoit le premier générateur hybride à hydrogène, intégrant un système de pile hybridé à un élément de stockage électrique, embarquant des cartes électroniques dotées d'un contrôle intelligent des flux d'énergie. De quoi remplacer les groupes électrogènes polluants et bruyants, et permettre aux particuliers et aux entreprises de bénéficier d'une énergie propre, stockée sans pertes.

■ Dans la catégorie Tech for Good, l'ancrage territorial et les valeurs positives d'Adrien Bodennec ont permis à sa startup By Français de remporter la mise. L'entreprise de Belfort a mis au point un site de vente en ligne (mode, gastronomie) qui commercialise uniquement des produits fabriqués en France par des entreprises ayant un fort impact social et économique sur leur bassin de vie. La startup récupère et analyse les données RH et comptables des entreprises dont elle commercialise les produits, pour établir leur impact économique, visualisé sur une carte de France illustrant les étapes de fabrication du produit, le nombre de salariés associés à l'entreprise et le temps de travail généré par l'achat du produit chez les différents acteurs de la chaîne de fabrication. Ce qui permet au consommateur d'avoir une idée précise de son "pouvoir d'achat" et de soutenir des entreprises éthiques.

■ Dans la catégorie Santé, le lauréat régional est Aurélien Lambert, jeune médecin oncologue de 34 ans et Pdg de PandaLab. Cette jeune startup, créée à Nancy par et pour le personnel soignant, se définit comme le Slack ou le WhatsApp des médecins. Il s'agit d'une messagerie instantanée sécurisée pour envoyer en un éclair toutes les informations, compte-rendus et fichiers dont les médecins et infirmiers ont besoin pour la prise en charge des patients. Des fonctionnalités médicales, comme la création d'ordonnances en un clic ou la lecture d'imagerie médicale directement dans l'application, ont été intégrées. PandaLab est hébergée en France, compatible avec le règlement européen RGPD et certifié par le label M-Health.

■ Dans la catégorie Cloud Data IA, le strasbourgeois Olivier Gene, 39 ans, valorise avec sa startup Lunc les données des clients des sites de mise en relation comme Le Bon Coin, Meetic, ou les plateformes immobilières. Sa plateforme intégrable en marque blanche permet l'amélioration de la conversion client et l'instantanéité du matching entre internautes. Elle apporte une connaissance précise de l'internaute grâce à une solution de téléphonie embarquée dotée d'un module de paiement sécurisé, pour permettre aux internautes de s'appeler en un clic depuis tout site internet en préservant leur numéro. Les données sont analysées et restituées sur un "board".

■ Enfin, dans la catégorie Start, la maturité et l'ambition de Morgane Canastra, 27 ans, ont impressionné le jury. La jeune femme a créé Wyker, une application mobile gratuite disponible sur l'App Store et le Play Store, qui permet à chacun de trouver les concerts qui l'intéressent près de chez soi, et d'y aller avec des amis qui partagent les mêmes goûts. La plateforme a créé le premier algorithme de "matching musical". Elle établit un profil musical en fonction de la musique écoutée sur des sites comme Spotify ou Deezer, ce qui lui permet de répondre à l'une des problématiques les plus importantes du secteur de la musique en "live" : 40% des billets de concerts restent invendus chaque année dans le monde, et 92% des mélomanes ont déjà renoncé à aller à un concert car ils ne savaient pas avec qui s'y rendre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :