Hexo+ : le drone français qui fait un carton sur Kickstarter

 |   |  579  mots
Hexo+ a été conçu par une startup grenobloise, Squadrone System, fondée il y a peu plus d'un an.
Hexo+ a été conçu par une startup grenobloise, Squadrone System, fondée il y a peu plus d'un an. (Crédits : DR)
Piloté par une appli mobile, le drone suit le porteur d'un Smartphone, permettant ainsi de filmer à la fois l'utilisateur et son parcours. Sur la plus grande plate-forme de financement américaine, le projet a décroché presque 550.000 dollars en moins de trois jours.

Presque 550.000 dollars en moins de trois jours, apportés par un bon millier de financeurs: c'est ce qu'a réussi a recueillir, via la plateforme de crowdfunding Kickstarter, la startup grenobloise Squadrone System, pour débuter la commercialisation d'un drone caméra autonome et intelligent.

L'objectif était initialement de recueillir... 50.000 dollars. Un but atteint seulement 37 minutes après le lancement de la campagne (le 16 juin à 1h, heure française). Douze heures plus tard, plus de 250.000 dollars avaient déjà été levés. Et il reste encore 27 jours avant la clôture de l'opération, le 15 juillet, pendant lesquels de nouveaux financements pourront être apportés.

Plus de pilote ni de cameraman

Nommé Hexo+, le drone permet de déporter la prise de vue assurée par les caméras personnelles type "GoPro", le plus souvent fixées sur un casque, pour filmer à la fois l'utilisateur et son parcours. Piloté par une appli mobile, il suit en effet le porteur d'un smartphone à une certaine distance et sous un angle paramétrés auparavant en quelques clics. Plus besoin d'un pilote de drone donc , ni d'un cameraman, pour une qualité d'image hollywoodienne, promet Squadrone System.

>> Le spécialiste des caméras GoPro valorisé 3 milliards d'euros ?

 

La startup française, créée il y a peu plus d'un an, a déjà testé un prototype et compte commercialiser le produit final à un prix de départ "abordable": 499 dollars l'exemplaire.

 

Le soutien de plusieurs freeriders

Autre atout pour les utilisateurs potentiels du drone: il sera léger et pourra être rangé dans un sac à dos. Mais est-ce que tout cela suffit à expliquer un tel succès sur la plate-forme de financement participatif? Antoine Level, président de Squadrone System, reconnaît profiter d'un contexte favorable:

"Le marché du drone au sens large a le vent en poupe".

Le soutien du triple champion du monde de snowboard freeride, Xavier Delerue, et d'autres freeriders professionnels qui ont accepté d'être ambassadeurs du projet semble aussi avoir compté, Hexo+ s'adressant aux amateurs de sports comme aux vidéastes.

Se financer sur Kickstarter: une évidence

Quant au choix de lever des fonds sur un site d'outre-atlantique, Antoine Level explique :

 "Le choix de Kickstarter est naturel: la marque nous garantit l'accès à une audience très puissante, et nous permet de rapidement valider une vraie traction marché sur plusieurs géographies. Le caractère international de cette plate forme nous donne la meilleure préparation pour de futures levées de fonds."

Il souligne:

"Cette plateforme américaine de financement collaboratif a réussi en très peu de temps à devenir totalement incontournable dans l'univers du Crowdfunding de projets innovants".

Une première phase de financement avait toutefois été réalisée avec l'accompagnement d'un fonds d'investissement français, StartUp Maker.

 

"Démocratiser" l'usage des drones

Par la suite, Squadrone System, qui vient de présenter Hexo+ à la Secrétaire d'Etat en charge de l'économie numérique, Axelle Lemaire, dans le cadre du France Digitale Day, compte "poursuivre les discussions déjà entamées avec de gros industriels pour intégrer dans leurs produits l'intelligence (...) développée".

La startup, dont le capital social s'élevait à 67.000 euros lors de sa création, se targue en effet d'une "expertise dans le développement de logiciels embarqués critiques dans le monde de l'aéronautique civile" et d'une spécialisation "dans les solutions intelligentes permettant de démocratiser l'usage des drones, notamment dans le domaine des loisirs".

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/06/2014 à 13:14 :
...sauf que les drones étant interdits dans notre vieille France complètement sclérosée, cette startup a tout intérêt à aller direct produire aux USA, là où ils pourront les vendre.
Réponse de le 24/08/2014 à 16:42 :
Mais où avez vous lu ça ? ?? ?? ??? ?? C'est complètement faux, nous avons la législation la plus avancée dans ce sujet.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :