Les drones français, médaille d'or des meilleurs caméramens de Sotchi

 |   |  597  mots
Le drone de la société XD-Motion fait partie des modèles les plus haut de gamme avec un coût estimé à plusieurs dizaines de milliers d'euros. (Photo : XD-Motion)
Le drone de la société XD-Motion fait partie des modèles les plus haut de gamme avec un coût estimé à plusieurs dizaines de milliers d'euros. (Photo : XD-Motion) (Crédits : XD-Motion)
Une entreprise française a fourni des drones à la société de production du CIO, qui revend ensuite les images aux télévisions du monde entier. De plus en plus présents dans le sport, les drones restent soumis à des réglementations strictes.

Après avoir révolutionné les opérations militaires, les drones font désormais des apparitions dans divers évènements sportifs. Pour la première fois, ils sont utilisés lors des Jeux Olympiques de Sotchi et c'est l'entreprise française XD-Motion qui les fournit.

D'une envergure de 1,30 mètre et avec 5 kilos seulement sur la balance, le drone peut atteindre "une vitesse de pointe de 70 km/h" afin de rattraper les sportifs, explique à l'AFP Philippe Delafosse, qui pilote un drone à Sotchi. 

L'appareil a été conçu sur mesure pour l'événement, raconte Benoît Dentan, président de XD-Motion. L'entreprise, qui a remporté l'appel d'offres de la société de production, a travaillé en partenariat avec le Français Jean-Luc Fornier, à l'origine de ce drone.

"Il a fallu mettre au point un drone spécial, qui vole longtemps, résiste au froid, ne fasse pas de bruit pour gêner les athlètes, et capable de diffuser une image HD en direct", détaille Fornier. 

Des drones de plus en plus présents

Loin d'être un phénomène de mode, il faut s'attendre à les voir de plus en plus dans des évènements sportifs, rapporte le site américain Quartz. 

Les drones permettent "d'aller vraiment, vraiment près [du sujet]. Et sont très silencieux, donc personne n'est distrait", explique ainsi à l'Associated Press Remo Masin. Ce pilote et caméraman a déjà réalisé à l'aide de drone plusieurs films publicitaires.

Mammut 150 Years Peak Project: Trango Tower, Pakistan (6286m / 20,623ft) - RC Helicopter Sample Footage par Corey Rich via Vimeo. 

En plus de l'absence de bruit, le drone a un coût moindre (à partir de 900 euros mais jusque 30.000 euros pour les plus haut de gamme comme le modèle Ikarus de la société britannique Heliguy ou celui de XD-Motion), ce qui lui permet de surclasser les hélicoptères que les chaînes sportives utilisent encore.

En octobre 2013, le Courrier picard rapportait même l'usage d'un tel appareil, doté d'une caméra sportive Go Pro 3, pour filmer la Transquar, le semi-marathon de la ville de Beauvais.

"Le drone apporte une véritable valeur ajoutée sur une manifestation sportive", expliquait alors au quotidien régional Olivier Frémaux, patron du magazine Grand Angle, qui s'adresse aux entreprises locales.

Autorisations nécessaires

Tous les utilisateurs de drone mettent toutefois en garde contre le cadre légal d'utilisation de l'appareil. «Niveau drone, on en est encore aux prémices. Il faut se tenir régulièrement informer sur l'évolution de la législation», avertissait alors Frémaux.

Pour faire voler l'appareil de XD-Motion au dessus de la neige de Sotchi, Benoît Dentan a dû batailler avec le Service fédéral de sécurité russe, rapporte le site spécialiste de la high-tech 01net.

"En Russie, les drones ont un usage uniquement militaire d'où les nombreux contrôles auxquels nous avons dû nous soumettre, mais cela valait le coup."

La France demande également des autorisations spécifiques. L'arrêté du 12 avril 2012 relatif à la "conception des aéronefs civils qui circulent sans aucune personne à bord, aux conditions de leur emploi et sur les capacités requises des personnes qui les utilisent" précise ce qu'il est possible ou non de faire avec un drone, comme le rappelle Maxime Coffin, directeur chargé de mission, aviation générale, aviation légère et hélicoptère à la DGAC. interrogé par France Info.

Des autorisations que n'avait vraisemblablement pas demandées le jeune homme de Nancy poursuivi pour avoir filmé sa ville avec un drone.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :