CES 2019 : Wizama réinvente le jeu de société familial

 |   |  672  mots
Wizama entend donner une seconde jeunesse au jeu de société.
Wizama entend donner une seconde jeunesse au jeu de société. (Crédits : D.R)
LES STARTUPS STARS / BRETAGNE. Spécialiste du jeu de société sur console numérique, la jeune pousse rennaise présentera en avant-première au CES une nouvelle version de sa console, encore plus proche du jeu de plateau. Celle-ci devrait être précommercialisée en octobre 2019 sur Kickstarter.

Le refus de sa fillette de 5 ans de jouer à un jeu de société pour rester le nez sur sa tablette l'a mis échec et mat sur le coup, mais pas complètement hors-jeu. Franck Botta a donc changé de stratégie. Pour retrouver la convivialité et le plaisir du jeu en famille à l'ère du numérique, il a créé Wizama, une console interactive au croisement du jeu de société et du jeu vidéo. Sa particularité ? Un écran tactile à la place du plateau de jeu, qui interagit avec des cartes, des pions et des dés connectés.

La promesse d'un univers ludique associé à un écosystème numérique et autonome a déjà permis à Wizama de gagner quelques belles parties. Récompensée au concours i-Lab 2018 d'aide à la création d'entreprises de technologies innovantes, la startup est accompagnée dans son développement par Bpifrance, la Région Bretagne et l'incubateur Emergys Bretagne. Lancée depuis mars 2017 à Rennes, elle a su attirer des talents issus de groupes comme Technicolor et Ubisoft.

Financement participatif sur Kickstarter

Au CES de Las Vegas, où elle sera présente à l'Eurêka Park sur le stand Business France/French Tech, la « Magical Board Games Factory », comme elle s'intitule elle-même, n'entend pas passer son tour. En préparation d'une levée de fonds de 800.000 euros, elle est à la recherche d'investisseurs et de partenaires dans l'édition de jeu, et espère même faire un peu de communication à l'international. Dans cette optique, Wizama lancera en avant-première la nouvelle version de sa console, qui se veut assez proche de sa version définitive, pour laquelle les préventes sur Kickstarter débuteront en octobre 2019.

« L'agence parisienne Eliumstudio nous a aidés pour le design, qui fait un pas de plus vers le jeu de société, avec un plateau intégrant encore davantage les cartonnages du jeu de plateau classique », précise Franck Botta, le président de Wizama. Vendue au prix de 399 euros, la console proposera aussi tout un écosystème intégrant un magasin en ligne de jeux et d'accessoires additionnels. D'ici au lancement commercial, repoussé de mars à octobre, la startup espère enrichir son catalogue de jeux, en plus des dix premiers vendus avec la console. Celui-ci sera composé de créations originales, imaginées par des auteurs et game designers pour le studio de création de Wizama, et de jeux connus issus d'éditeurs partenaires.

Sur les récents salons professionnels et grand public auxquels elle a participé, tels que la Gamescom à Cologne ou la Paris Games Week, Wizama a senti une vraie appétence du public. « En France comme en Allemagne, les gens sont intéressés par cette nouvelle façon de jouer », se félicite l'entreprise. La jeune pousse a hâte de prendre le pouls du marché américain.

Et aussi...

Parmi la vingtaine de startups et entreprises bretonnes présentes à Las Vegas, Dilepix mettra en avant son logiciel d'images pour l'agriculture. Grâce à la vision par ordinateur et à l'intelligence artificielle, elle propose aux exploitants et coopératives agricoles un contrôle en temps réel de leurs champs et bâtiments d'élevage. Issue de l'Inria, la société table sur un chiffre d'affaires de 10 millions d'euros en 2022. Immersive Therapy mise, pour sa part, sur la santé des personnes. En lien avec le CHU de Rennes, elle a développé une application smartphone destinée aux personnes souffrant d'acouphènes chroniques. Le lancement grand public du produit Diapason est prévu pour janvier 2019 en France, avant un déploiement en Allemagne. Moovency, fondée cette année et accompagnée par la SATT Ouest Valorisation, s'intéresse quant à elle à la réduction des troubles musculo-squelettiques (TMS). Kimea, sa solution logicielle de l'évaluation de l'ergonomie des postes de travail dans l'industrie, est actuellement en phase de pré-industrialisation. Née d'une thèse associant le laboratoire Sport et Santé de Rennes 2 et l'équipementier automobile Faurecia, elle sera commercialisée au premier trimestre 2019.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :