Data marketing : Connecthings devient Herow et lève 7,2 millions d'euros

 |   |  545  mots
Herow permet à toutes les marques possédant une application mobile d'améliorer leur marketing par la data, grâce à des notifications géolocalisées et personnalisées. En photo : Laëtitia Gazel Anthoine, CEO de Herow.
Herow permet à toutes les marques possédant une application mobile d'améliorer leur marketing par la data, grâce à des notifications géolocalisées et personnalisées. En photo : Laëtitia Gazel Anthoine, CEO de Herow. (Crédits : DR)
Après des années à miser sur la smart city avec ses solutions d'optimisation des applications mobiles pour les villes, Connecthings pivote. La startup devient Herow, du nom de son nouveau service de data marketing qui permet aux marques d'envoyer des notifications personnalisées et géolocalisées à leurs utilisateurs. Pour accélérer ce virage stratégique, la jeune pousse lève 8 millions de dollars (7,2 millions d'euros).

Pivot majeur pour Connecthings. Mardi 15 octobre, la startup parisienne créée et dirigée par Laëtitia Gazel Anthoine, annonce un changement d'identité : appelez-la désormais Herow. Et un nouvel apport financier de 8 millions de dollars (7,26 millions d'euros), que la startup spécialisée dans le data marketing fait passer pour le "closing final" de sa série B... qui date de 2015 (10,6 millions de dollars à l'époque, 18,6 millions de dollars en tout avec l'apport actuel). Une habile manœuvre de communication puisque la startup n'accueille aucun nouvel investisseur : l'argent vient à nouveau de ses soutiens historiques, les fonds Xerys, Siparex et Calao Finance.

De la smart city au data marketing

Lancée en 2007, Connecthings s'est d'abord positionnée sur le marché de la smart city et compte parmi ses clients une soixantaine de villes, notamment en France mais aussi partout dans le monde (Rio de Janeiro, Barcelone, New York, Milan...) Sa technologie de géolocalisation et de remontée de données "terrain" en temps réel, fournit aux développeurs de la ville des informations sur comment les citoyens utilisent leurs applications, notamment dans les lieux à forte affluence comme les gares, les aéroports ou les arrêts de bus, afin d'améliorer le service. Des entreprises de transports publics (comme TCL à Lyon) et de nouvelles mobilités (comme Le Cab ou Citygo) sont aussi clientes du dispositif.

Fin 2018, la startup a décidé d'élargir son spectre en lançant un nouveau service, Herow (contraction de "here", ici, et "now", maintenant), qui devient aujourd'hui le nouveau nom de l'entreprise. Il permet à toutes les marques possédant une application mobile d'améliorer leur marketing par la data, grâce à des notifications géolocalisées et personnalisées.

La technologie de la startup, nourrie par des techniques d'apprentissage machine, "analyse les comportements urbains à travers 2.000 points de données recueillis quotidiennement pour chaque usager", explique l'entreprise. Cela permet à Herow d'identifier l'emplacement précis ainsi que le comportement en temps réel de l'utilisateur, afin de lui proposer des notifications personnalisées, s'il a activé cette fonctionnalité dans ses paramètres. L'objectif : déclencher davantage d'actes d'achat en proposant le bon produit au bon moment.

Accélérer le déploiement international

Dans le détail, les 8 millions de dollars serviront à accélérer le déploiement de cette solution, notamment en France et aux Etats-Unis. Après l'ouverture d'un bureau à New York en 2016, d'où travaille la fondatrice et CEO Laëtitia Gazel Anthoine, Herow compte s'installer aussi à San Francisco d'ici à la fin de l'année et recruter massivement pour que l'international représente la moitié de son chiffre d'affaires (30% actuellement).

La startup de marketing contextuel évolue dans un environnement extrêmement concurrentiel, notamment avec la présence de la licorne Foursquare, qui a levé 150 millions de dollars en mai dernier, pour 390 millions de dollars au total, et dans un contexte de défiance envers la publicité intrusive. "Nous avons créé Herow pour aider et accompagner les entreprises dans la création de campagnes d'engagement plus intelligentes, et lutter ainsi contre la saturation mobile", revendique Laetitia Gazel Anthoine, qui mise sur son expérience dans le déploiement de services mobiles en milieu urbain pour se positionner comme "la brique contextuelle de référence" du marketing mobile.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2019 à 18:43 :
ok, je resume
ils ne savent pas ce que c'est que le marketing, mais comme ils ont un pb sur leur core business, ils pensent se developper un peu ailleurs
je veux pas etre mechant, mais on ne s'improvise pas ingenieur ponts et chaussee, et on ne s'improvise pas marketur
le deeplearning ne va rien y changer

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :