E-commerce : Exotec lève 77 millions d'euros pour placer ses robots dans les entrepôts du monde entier

La startup lilloise, dont les robots logistiques Skypod équipent déjà les entrepôts de Carrefour, Leclerc, Uniqlo ou encore Cdiscount, profite de l'essor du e-commerce pour accélérer son expansion dans le monde entier, notamment aux Etats-Unis et au Japon.
Sylvain Rolland

4 mn

Les Skypod de la startup Exotec sont des robots de logistique qui se déplacent à une vitesse de 4 mètres par seconde dans les entrepôts, et en trois dimensions, c'est-à-dire à la fois horizontalement mais aussi verticalement jusqu'à 10 mètres de haut, pour aller chercher les produits à ramener aux opérateurs humains qui préparent les commandes du e-commerce.
Les Skypod de la startup Exotec sont des robots de logistique qui se déplacent à une vitesse de 4 mètres par seconde dans les entrepôts, et en trois dimensions, c'est-à-dire à la fois horizontalement mais aussi verticalement jusqu'à 10 mètres de haut, pour aller chercher les produits à ramener aux opérateurs humains qui préparent les commandes du e-commerce. (Crédits : Exotec)

A chaque achat sur Internet, une chaîne logistique complexe se met en place pour que le consommateur reçoive son produit le plus rapidement possible. Et cela commence dans les entrepôts, par des robots qui gèrent le stock et acheminent les produits. C'est la force d'Amazon, capable de livrer en un jour ouvré grâce à l'alliance puissante de la technologie -ses robots Hercule qui déplacent les étagères jusqu'aux opérateurs- et de la main d'œuvre humaine. C'est aussi le terrain de prédilection d'Exotec, pépite lilloise de la French Tech, dont les robots Skypod partent à la conquête de l'énorme marché mondial des plateformes logistiques du e-commerce. Pour cela, la startup annonce ce mardi 29 septembre le succès d'une troisième levée de fonds de 90 millions de dollars (environ 77,2 millions d'euros), auprès du fonds américain 83North -soutenu par Dell Technologies Capital- et de ses investisseurs historiques français, Iris Capital et Breega.

Lire aussi : La startup de la semaine : les robots d'Exotec défient ceux d'Amazon

Des robots autonomes qui se déplacent partout

Fondée en 2015, Exotec connaît ces dernières années une croissance fulgurante. Son chiffre d'affaires est passé de quasiment rien en 2016 à 7 millions d'euros en 2018, puis à 20 millions d'euros en 2019. Pour 2020, l'entreprise anticipe des revenus "doublés", d'après le CEO et cofondateur, Romain Moulin. La raison ? Le succès opérationnel de ses robots Skypods, qui se déploient à grande vitesse chez ses neuf clients, dont les prestigieux Carrefour, Cdiscount, Uniqlo, Leclerc ou encore Decathlon. 877 robots sont aujourd'hui installés dans leurs entrepôts logistiques, contre 273 en juillet 2019. "Ils devraient être 1000 d'ici à la fin de l'année et 2000 fin 2021", affirme Romain Moulin.

Ce succès, remporté au nez à la barbe d'entreprises traditionnelles de la logistique, s'explique par l'innovation technologique et d'usage promise par les robots Skypod. Ces engins autonomes ont la particularité de se déplacer à une vitesse de 4 mètres par seconde et en trois dimensions, c'est-à-dire à la fois horizontalement mais aussi verticalement jusqu'à 10 mètres de haut, contrairement à la solution d'Amazon par exemple qui ne monte qu'à 1,80 mètre. Les Skypod rendent ainsi le processus de préparation des commandes plus simple, plus rapide -ce n'est pas l'opérateur humain qui parcours des kilomètres mais le robot qui amène le produit à l'opérateur- et moins fatigant pour les opérateurs, qui n'ont pas à se baisser pour ramasser les produits puisque la machine les amène à leur niveau. "Les opérateurs peuvent faire entre douze et quinze kilomètres par jour dans un système normal. Dans cette installation ce sont les biens qui viennent aux opérateurs", relève Pierre-Yves Escarpit, directeur général adjoint en charge des achats, de la supply chain et des systèmes d'information chez Cdiscount.

Pour s'orienter, les robots disposent d'un laser Lidar et embarquent une cartographie très précise de l'installation. Ils ont comme seul obstacle les autres Skypods, qu'ils mettent deux secondes à éviter. Pour pallier aux éventuelles pannes, Exotec dispose de deux opérateurs sur site. Pas besoin de se poser la question de l'autonomie électrique des petits modules. Ils vont eux-mêmes aux bornes de recharge, en fonction de leur pourcentage de batterie et de l'activité des autres modules.

"Nos concurrents ont des solutions performantes mais assez rigides. Notre force, c'est le logiciel intégré dans le robot, qui s'améliore en permanence et permet de faire des opérations de plus en plus complexes, et d'ajouter des fonctionnalités aux robots", précise l'entrepreneur.

Les Etats-Unis et l'Asie en ligne de mire

Avec un taux de croissance annuel moyen de 45%, le marché des solutions robotiques pour la logistique est en plein essor et pèserait actuellement 50 milliards de dollars dans le monde. Les besoins en solutions d'automatisation sont également en constante augmentation de 10 à 15%, d'après l'entreprise. Et la crise du Covid-19 n'y a rien changé, bien au contraire, puisque le e-commerce s'est davantage imposé dans les usages, renforçant les besoins logistiques.

Cette levée de fonds permettra à l'entreprise de poursuivre sa croissance et notamment à l'international, pour espérer devenir "l'opérateur de référence dans la logistique pour le retail", espère le cofondateur, qui cible surtout les acteurs du textile, de l'e-commerce alimentaire, de l'industrie pharmaceutique, du hardware ou encore de l'industrie manufacturière. Les États-Unis, l'Europe et le Japon sont particulièrement en ligne de mire. Des partenariats ont été conclus avec des intégrateurs américains de référence, pour accélérer l'implantation de l'entreprise sur ce marché stratégique, d'où le choix d'un fonds d'investissement américain pour lever des fonds.

L'argent récolté servira donc principalement pour développer la présence de l'entreprise à l'international. Aujourd'hui, Exotec emploie 180 personnes près de Lille, à Croix, et 10 dans l'ensemble des succursales implantées aux Etats-Unis, aux Pays-Bas, en Allemagne et au Japon. Les robots continueront à être fabriqués en France, dans une usine de 6000 mètres carrés permettant de gérer ses opérations et les tests complets de ses robots.

Sylvain Rolland

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 29/09/2020 à 14:01
Signaler
Bravo pour cette croissance !

le 05/10/2020 à 19:55
Signaler
@Maca Evidemment nous avons eu beaucoup plus de succès en Suède ( chez ASEA ), en Allemagne ( chez KuKa en particulier ) en Italie ( chez Comau ) et même au Japon ! Les USA étaient encore en retard dans la robotique industrielle, comme les Français ...

à écrit le 29/09/2020 à 13:49
Signaler
En 1985, je construisait de telles machines ... en Suisse ! Je les ai proposé à Renault, Télémécanique, ... Ils m'ont ri au nez !

le 02/10/2020 à 20:52
Signaler
Ils vous ont ri au nez ? Parce que votre prix était suisse ? Càd...... Sans rancune......

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.