La startup de la semaine  : Hexasurfboard mise sur l'impression 3D pour ses surfs "écolos"

Toutes les semaines, La Tribune braque les projecteurs sur une pépite méconnue de la French Tech. Cette semaine, Hexasurfboard. Lancée en septembre dernier, la jeune pousse parisienne fabrique des planches de surf composées à 95% de plastique recyclé grâce à l'impression 3D.
Anaïs Cherif

3 mn

La startup Hexasurfboard propose des surfs éco-responsables entre 700 à 1.000 euros.
La startup Hexasurfboard propose des surfs éco-responsables entre 700 à 1.000 euros. (Crédits : Hexasurfboard)

On connaissait déjà le circuit-court dans nos assiettes. Hexasurfboard veut répliquer le concept pour fabriquer des planches de surf éco-responsables grâce à l'impression 3D. La jeune pousse parisienne, fraîchement lancée en septembre 2018, souhaite réduire l'émission de déchets en utilisant du plastique recyclé et mise sur une production ultra-locale.

« Nous sommes tous les deux surfeurs depuis longtemps et sensibles aux questions environnementales. En nous renseignant sur la fabrication du matériel de glisse, nous nous sommes aperçus que c'était une industrie très polluante », racontent Léo Bouffier et Sylvain Fleury, co-fondateurs.

Les planches sont traditionnellement composées à « 95% de matériaux issus de l'industrie pétrochimique, notamment de la mousse polyuréthane », chiffre Sylvain Fleury, 23 ans. « En moyenne, la fabrication d'une seule planche de surf émet 6 kilogrammes de déchets toxiques rejetés dans la nature. Sans compter qu'elle voyage environ 10.000 kilomètres avant d'être totalement assemblée. » Énième bémol : le surf en lui-même n'est pas recyclable. « En cas de choc important, si le pain de polyuréthane prend l'eau, alors la planche est difficilement réparable », détaille Léo Bouffier, 24 ans.

Personnalisation des surfs grâce à l'impression 3D

L'impression 3D s'est imposée naturellement pour les deux ingénieurs. Comme elle requiert peu d'infrastructure, elle permet une production locale via des micro-usines proches des spots de surf en Bretagne et dans le Sud-Ouest. « Le défi de l'impression 3D était d'obtenir une planche aussi performante qu'un surf classique. Nous avons donc joué sur le design. Il nous a fallu environ 6 mois de R&D », résume Léo Bouffier. L'impression 3D permet en outre de personnaliser plus facilement le produit.

« Nous sommes en train de développer une plateforme et un algorithme où le surfeur pourra rentrer des paramètres, comme sa morphologie, le type de vagues surfées, le types de planche recherchée... »

Hexasurfboard assure des planches composées à « 95% de plastique recyclé », promet Sylvain Fleury. « Nous sommes en train de mettre en place une filière de recyclage. Pour l'instant, nous achetons le plastique déjà recyclé sous forme de bobines prêtes à l'emploi. Nous établissons actuellement des partenariats avec des associations et des entreprises pour à terme, récolter le plastique notamment dans les océans, et créer nos propres bobines. » Le surf est ensuite recouvert de fibre et de résine époxy bio-sourcé.

Des surfs entre 700 à 1.000 euros

La structure a été pensée pour être facilement réparable en cas de chocs localisés. « Même cassée en deux, la matière première du surf ne devient pas un déchet : elle a encore de la valeur. C'est pourquoi nous développons une offre sous forme de consigne pour permettre aux surfeurs de ramener leurs matériels en fin de vie pour permettre leurs recyclages », avance Léo Bouffier.

La startup cible les surfeurs intermédiaires, à la recherche de planches performantes, avec un prix allant de 700 à 1.000 euros selon la personnalisation. Les premières pré-commandes seront ouvertes courant juillet pour une livraison à partir de novembre. La jeune pousse de deux salariés planche actuellement sur la construction de ses premières usines, en cours de prototypages à l'école Polytechnique. Elle envisage de réaliser une première levée de fonds d'ici la fin de l'année.

Anaïs Cherif

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.