La startup de la semaine : WeNow, le coach 2.0 de l'éco-conduite

 |   |  1074  mots
(Crédits : CC0 Public Domain)
Toutes les semaines, La Tribune braque les projecteurs sur une pépite méconnue de la French Tech. Cette semaine, WeNow, qui fait adopter l'éco-conduite à ses clients. Cette pratique permet de réduire la consommation de carburant du véhicule pour un double bénéfice environnemental et financier. Ensuite, la startup alloue une partie des économies réalisées pour développer des initiatives de compensation carbone.

15% de réduction de la consommation de carburant sans modifier le véhicule, voilà l'ambition de WeNow. La startup parisienne mesure, grâce à un petit boîtier, les gestes du conducteur et lui prodigue des conseils pour réduire sa consommation. L'objectif : faire adopter des pratiques d'éco-conduite aux utilisateurs. Les entreprises clientes économisent en frais d'essence, et leurs flottes de véhicules polluent moins. L'argent économisé est ensuite en partie ou en totalité réinvesti dans des projets de compensation carbone, comme la plantation d'arbres qui séquestrent du CO2 ou le financement d'énergies renouvelables. La startup accompagne ainsi le client vers une neutralité carbone sur la conduite de sa flotte. Encore petite malgré ses presque cinq années d'existence, la jeune pousse a véritablement décollé l'an dernier, où elle a sensibilisé 1.300 personnes à l'éco-conduite. Dans un futur proche, WeNow espère faire certifier son dispositif breveté de "neutralité embarquée" pour qu'il soit utilisé comme label officiel.

Un boîtier intelligent

"J'ai travaillé quinze ans chez Total, et l'autre cofondateur, Fabien Carimalo, a passé onze ans chez GDZ-Suez", entame Valérie Mas, cofondatrice de WeNow. "Nous avions conscience dès notre lancement que le développement durable devait passer par la rentabilité pour être adopté sur le long terme dans l'entreprise." La startup promet à ses clients des économies sur la facture d'essence supérieures aux coûts de son service. Pour se faire, elle branche des petits boîtiers blancs aux prises diagnostiques, utilisées pour les contrôles techniques, situées à l'intérieur des véhicules. Elle accède ainsi à toutes sortes de données : la pression sur les pédales, le mouvement du volant, la température du moteur... Plus le modèle du véhicule est récent, plus ces données sont précises et nombreuses. A partir de cette récolte, leur algorithme maison analyse le comportement de conduite, et identifie les gestes qui génèrent la plus grande consommation de carburant par rapport aux pratiques optimales. "La plupart des conducteurs n'accélèrent pas assez fort. Plus la vitesse est grande, moins la consommation est importante. Le mieux c'est donc d'accélérer pour passer le plus rapidement possible à la vitesse supérieure", conseille à titre d'exemple l'entrepreneuse.

Ensuite, le logiciel de WeNow génère automatiquement un rapport hebdomadaire sur les points à améliorer dans la conduite de l'utilisateur. Ces conseils deviennent mensuels une fois le conducteur sensibilisé aux pratiques d'éco-conduite. "Si l'on fait accepter la géolocalisation, on peut ouvrir nos suggestions à d'autres pratiques. Par exemple, on peut optimiser les parcours pour le covoiturage d'entreprise. Ou encore, on peut mettre en place des horaires de travail décalés. Parfois, à 15 minutes près, on évite les embouteillages, dans lesquels on consomme beaucoup", liste Valérie Mas. Par défaut, les boîtiers WeNow ne comportent pas de GPS, mais l'option est soumise aux clients. La jeune pousse conseille également les entreprises sur la gestion de leur flotte de véhicules. "Nous étudions les usages. Contrairement à ce que l'on pense, les véhicules hybrides ou électriques ne sont pas toujours les mieux adaptés selon les situations", explique la co-fondatrice.

Lire aussi : Neutralité carbone : un nouvel outil pour aider la France à atteindre son objectif

Compenser les émissions de dioxyde de carbone

"La mission environnementale est dans nos statuts", vante Valérie Mas. L'ensemble des services proposés aux entreprises contient un dispositif de compensation carbone volontaire, plus ou moins étendu selon l'engagement que souhaite prendre le client. Concrètement, quatre à dix euros par tonne de CO2 émise par le véhicule sont investis, soit dans un projet international validé par l'ONU, soit dans un projet local. Par exemple, l'entreprise Charier, qui a équipé 500 de ses véhicules de boîtiers WeNow, a contribué à la plantation de 2.500 arbres dans la lande des Lanvaux (Morbihan) et 2.500 arbres dans la forêt de Mervent (Vendée), près de ses domaines d'activité. Après quelques mois de travail avec la startup, le groupe familial breton affirmait avoir réduit de 17% la consommation en essence de ses véhicules, alors qu'il s'agit de son deuxième plus gros poste de dépenses.

Pour valider son modèle de compensation carbone, WeNow se plie à tout un ensemble de normes du secteur et suit le protocole Climate Neutral Now de l'ONU. Elle fait également partie des 1000 projets labellisés par la fondation Solar Impulse, fondée par les deux aviateurs qui ont réalisé le premier tour du monde en avion à énergie solaire. Cette distinction récompense les entreprises "qui réduisent l'écart entre écologie et économie, et réunissent protection de l'environnement et viabilité financière." WeNow peut ainsi compter sur les conseils de différentes organisations environnementales, après être passée par deux incubateurs, Village By CA et Paris&Co.

Gamification et neurosciences

"On aurait aimé que les économies réalisées par les employés grâce à l'adoption de l'éco-conduite leur reviennent en partie", regrette la cofondatrice. La startup multiplie les piste de recherche pour inciter les conducteurs à trouver de l'intérêt à adopter les bonnes pratiques. "Nous travaillons avec des neuroscientifiques, afin que le changement de pratiques lié à l'éco-conduite demande le moins d'efforts possibles aux clients", développe l'entrepreneuse. En parallèle, elle utilise des procédés de gamification. La jeune pousse propose par exemple d'organiser des challenges entre collègues sur sa plateforme. Elle a aussi construit un système de points, qui selon les entreprises, peut mener à une distinction honorifique ou à des cadeaux. Ou encore, elle propose aux équipes de ses clients de participer à la plantation d'arbres, avec leur famille, pour exposer les effets de leurs efforts.

WeNow compte aujourd'hui six employés et prévoit d'élargir ses effectifs pour équiper les grands groupes européens. Valérie Mas reste évasive sur l'éventualité d'une levée de fonds, et rappelle que la startup a toujours été autofinancée. L'entreprise se félicite d'avoir fait économiser 110.000 litres de carburant en 2018 et compte faire grossir ce chiffre en 2019. Et sa cofondatrice tient à coeur de prouver que les projets de développement durable viables existent d'ores et déjà : "Nous sommes persuadés que si l'on met en branle toutes les compétences sur les mesures et le cerveau, on pourra montrer où sont les vrais gisements de CO2 et les réduire dès maintenant."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2019 à 12:50 :
L'on pourra finir par s'étonner que de tels systèmes d'économie de carburant en éco-conduite ne soient pas imposés mondialement ! Surtout avc les SUV de plus en plus lourds et puissants, les camions pas sur ferroutage de même !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :