Pazzi lève 10 millions d'euros pour améliorer ses robots-pizzaïolos

 |   |  418  mots
Le robot de Pazzi propose une personnalisation des pizzas, à la demande, sur une combinaison de plus de 5 millions de recettes, selon le communiqué de presse.
Le robot de Pazzi propose une personnalisation des pizzas, à la demande, "sur une combinaison de plus de 5 millions de recettes", selon le communiqué de presse. (Crédits : EKIM / Pazzi)
Lancée en 2013, Pazzi vient de boucler un deuxième tour de table afin d'améliorer la R&D pour son robot-pizzaïolo. La jeune pousse française veut également ouvrir un premier restaurant 100% autonome en septembre 2019.

Des robots pour remplacer les pizzaïolos. C'est l'idée de la startup française Pazzi, qui vient de boucler une levée de fonds de 10 millions d'euros. Le tour de table a été mené par le fonds d'investissement singapourien Qualgro, aux côtés du fonds français Eutopia, et des investisseurs historiques Partech et Daphni. Sous le nom d'EKIM, la jeune pousse avait déjà levé 2,2 millions d'euros en mai 2018.

Lancée en 2013 par deux ingénieurs, Sébastien Roverso et Cyrill Hamon, Pazzi développe un robot-pizzaïolo à destination du marché porteur de la restauration rapide. Le robot propose une personnalisation des pizzas, à la demande, "sur une combinaison de plus de 5 millions de recettes", selon le communiqué de presse.

Pour son produit, la startup conçoit à la fois le hardware (création en propre de ses machines) et le software (détermination des automatismes). Elle sous-traite l'industrialisation auprès de partenaires. Avec ce deuxième tour de table, la jeune pousse souhaite améliorer le développement technologique en renforçant son équipe de R&D. Pazzi cherche également à nouer des partenariats industriels pour la fabrication de ses prochains robots.

Ouvrir un restaurant 100% autonome

Pazzi souhaite également ouvrir en septembre 2019 un premier restaurant-pilote 100% autonome dans le centre commercial Val d'Europe (77). "Cette ouverture sera le point de départ d'un déploiement global dès 2020, en mode concession/licence, auprès de partenaires comme les foncières commerciales, Food halls, aéroports, universités et "ghost kitchens" (ndlr : cuisines nées grâce à l'essor des plateformes de livraison à domicile, sans possibilité de se restaurer sur place)", selon le communiqué de presse. Le but : permettre la possibilité de se restaurer tous les jours, 24/24, grâce à une "une rapidité d'exécution de 100 pizzas par heure", selon le communiqué de presse.

"Le concept Pazzi de restaurant autonome correspond à une demande croissante dans le monde, de la part de consommateurs qui recherchent une restauration rapide, d'un bon rapport qualité-prix, soutenue par une expérience digitale et robotique efficace et enthousiasmante", selon Heang Chhor, fondateur de Qualgro.

Et de poursuivre : "Nous pensons que ce concept pourra être implanté rapidement dans les grandes villes aux États-Unis, en Europe et en Asie." Mais la startup française de 15 salariés n'est pas la seule sur ce créneau. Pour ne citer qu'elles, les startups américaines Zume Pizza et Spyce ont respectivement levé 423 millions de dollars (environ 376 millions d'euros) et 25,9 millions de dollars (environ 23 millions d'euros) depuis leur création en 2015.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/06/2019 à 11:10 :
Hmm intéressant !

Un peu déçu de retrouver du copier coller de communiqué de presse cependant, en ce qui concerne la citation du fonds singapourien !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :