Novaquark lève 11,2 millions de dollars supplémentaires pour son jeu vidéo révolutionnaire

 |   |  693  mots
Dual Universe ne brille pas par son moteur graphique, mais pourra accueillir des milliers de joueurs en simultanés dans le même monde.
Dual Universe ne brille pas par son moteur graphique, mais pourra accueillir des milliers de joueurs en simultanés dans le même monde. (Crédits : Novaquark)
Le studio de jeux vidéo Novaquark lève 11,2 millions de dollars supplémentaires (environ 9,9 millions d'euros) pour le développement de son jeu vidéo "Dual Universe", dont la seconde version alpha sera lancée... demain.

30.000 joueurs d'ordinateur connectés en simultané sur le même serveur. Voilà la prouesse réalisée par le studio de développement Novaquark en mars. Pour nuancer, ce stress-test a été validé sur une version alpha et donc rudimentaire de leur jeu massivement multijoueur Dual Universe.

Cette démonstration de la technologie propriétaire du studio a cependant suffi à convaincre Andurance Venture et Azom Partners de remettre au pot, cette fois à hauteur de 11,2 millions de dollars (9,9 millions d'euros). Le studio situé à cheval entre Paris et Montréal travaille sur le jeu depuis cinq ans. Il avait d'abord récolté 2,3 millions de dollars en deux tours auprès de business angels lors de la présentation du concept. Puis Andurance Venture, un fonds géré par deux français, avait ensuite injecté 3,2 millions de dollars à l'été 2017, puis à nouveau 3,5 millions de dollars supplémentaires en 2018, cette fois aux côtés d'Azom Partners.

Un jeu à 26,1 millions de dollars

Pour lever au total 26,1 millions de dollars pour un seul jeu vidéo, il faut un concept exceptionnel. Dual Universe, développé par Novaquark promet une expérience jamais vue et devrait être disponible à la vente en 2020. Son univers de science-fiction est gigantesque, parsemé de terrains aux surfaces délirantes. A titre d'exemple, une des planètes accessibles en pré-alpha avait une superficie équivalente... à l'Angleterre, rapportait un journaliste de jeuxvideo.com.

De plus, Novaquark affirme être capable de lever une des barrières du jeu vidéo massivement multijoueur. Actuellement, les 10 millions de joueurs du célèbre World of Warcraft sont répartis sur plusieurs copies du monde. Dans Dual Universe, le studio français veut accueillir l'intégralité des joueurs dans un seul et unique monde, grâce à une technologie de serveur à la puissance "proche des supercalculateurs", revendique-t-il.

Sur ces étendues presque illimitées du jeu, des milliers (voire millions ?) de joueurs pourront simultanément créer, bloc par bloc, des constructions tirées de leur imagination, sous réserve d'avoir les matériaux nécessaires. Dans le jargon, on parle de jeu "bac à sable". Les développeurs posent quelques règles de bases, puis l'univers évolue au gré des alliances entre joueurs et des choix de la communauté. Le commerce, l'économie, les interactions sociales, l'architecture, presque tout est laissé au libre-arbitre des joueurs. Justement, cette communauté, si importante pour ce type de jeu, a soutenu le projet dès son annonce au célèbre salon de l'E3, référence du jeu vidéo, en 2016. Dans la foulée, Novaquark avait créé un crowdfunding sur Kickstarter et récolté en quelques mois 565.983 euros de la part de 8.166 "fondateurs" contre différentes rétributions en jeu et autres goodies.

Un lancement prévu pour 2020

Avec plus de 40 employés, Novaquark continue depuis février son développement au Canada, un pays idéal pour entrer sur le marché nord-américain et réputé pour ses compétences. Ubisoft y a par exemple son unité à la pointe de l'innovation. Avec comme objectif pharaonique de "créer la première civilisation virtuelle en ligne" et de "relancer le genre du MMO" [jeu multijoueur en ligne, NDLR] en perte de vitesse depuis les années 2010, Novaquark aura toujours besoin des dernières compétences.

Cette levée de 11,2 millions de dollars devrait acter le dernier virage du développement du jeu. Une seconde phase d'alpha ouverte à la communaté de Kickstarter (Novaquark commercialise également des packs d'accès entre 60 et 180 euros) s'apprête à débuter, puis sera suivie d'une bêta et d'une sortie fin 2020.

Du moins, c'est l'agenda prévu, car est difficile pour le studio français d'éviter la comparaison avec le célèbre Star Citizen. Ce jeu vidéo de simulation spatiale, qui promet des explorations interminables, a collecté plus de 200 millions de dollars de financements de la part de plus de 2 millions de contributeurs depuis le lancement de son financement participatif en 2012. Mais malgré cette somme inédite, Star Citizen est encore en phase alpha de son développement, et aura peut-être une bêta courant 2020. A Novaquark de se montrer plus rapide que son illustre concurrent.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2019 à 16:32 :
Dual Universe est totalement différent de Star Citizen et ne chassera pas sur les mêmes terres. A noter aussi qu'il y a déjà bcp de concurrent qui sont sortis officiellement (Elite Dangerous, No Man Sky, Space Engineer,...).

Mais Dual Universe se révèle unique sur sa technologie réseau et c'est ça qui attire les investisseurs.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :