RIM aide la police britannique, son blog est piraté en représailles

 |   |  257  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le constructeur du BlackBerry a promis d'aider les autorités britanniques à retrouver les émeutiers. Des "hackers" ont répliqué immédiatement en piratant le blog du groupe canadien pendant un bref instant.

Plus que les réseaux sociaux tels Twitter ou Facebook, les émeutiers, qui sévissent en Grande-Bretagne depuis trois jours maintenant, auraient utilisé le système de messagerie instantanée des téléphones BlackBerry pour organiser certains rassemblements. "C'est incroyable que le BlackBerry Messenger (BBM) n'ait pas été suspendu", a tonné un conseiller du maire de Londres, Mike Butcher.

Pointé du doigt, le constructeur canadien de "smartphones" a réagi sur son compte Twitter : "nous compatissons avec les personnes éprouvées par les émeutes à Londres. Nous allons aider les autorités de toutes les façons que nous pouvons." Cryptés et privés, les messages qui s'échangent sur la messagerie du BlackBerry sont beaucoup plus "sûrs" que ceux publiés directement sur la Toile.

Représailles virtuelles

En réponse à cette prise de position, un groupe de pirates baptisé la "Team Poison" (équipe poison) a brièvement piraté le blog de RIM hier. "Cher RIM, vous n'allez pas aider la police britannique parce que si vous le faites, les gens innocents qui étaient à la mauvaise place au mauvais moment et qui possèdent des BlackBerry seront accusés sans raison", ont expliqué les hackers.

Le groupe a même menacé l'entreprise de livrer les noms de ses employés britanniques, dont il aurait obtenu les coordonnées : "si vous aidez la police, nous allons rendre cette information publique et la communiquer aux émeutiers. Voulez-vous vraiment que des jeunes gens furieux attendent vos employés à leur porte ?".

Lien vers le blog piraté (en anglais)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/08/2011 à 5:37 :
Avant-tout il faudrait se poser la question légale suivante : dans une société ou un enregistrement n'est pas recevable devant un tribunal, comment la police "ou hadoppi" peut utiliser des informations non provenant de serveur non validé par un organe officiel? c'est totalement dingue, si un serveur de a un problème d'heure par exemple ?
a écrit le 11/08/2011 à 8:37 :
Quand on est par hasard à la mauvaise place, il me semble qu'on n'écrit pas les mêmes messages qu'un émeutier donc je ne vois pas la justification de ce chantage peu ragoutant des hackers.
a écrit le 10/08/2011 à 11:47 :
mais c'est marrant, cette police britannique qui ne s'était jamais préoccupé des espionnages de mobiles quand c'était ses copains journalistes de chez Murdoch qui les pratiquaient illégalement, aujourd'hui elle s'en opréoccupe vachement quand c'est des jeunes désargentés des quartiers qui commettent des délits. Quel beau pays que l'Angleterre, où les gens sont plus égaux que les autres elon qu'ils arrosent les flics de dessous de table ou pas !
Réponse de le 11/08/2011 à 9:34 :
'jeunes désargentés' avec des BlackBerry ?
Réponse de le 16/08/2011 à 12:38 :
On trouve des justifications aux pillards maintenant? Sous simple raison qu'ils aient pas un rond, on a rien le droit de leur faire? Désargenté ou pas c'est a l'arme a feu que ca doit se reglèr. Ces dangers de la société c'est bien pire que la gangrène.
Réponse de le 20/08/2011 à 5:39 :
Les pillards sont en général des hommes de mains payés par des mouvements d'extrême droite ou gouvernementaux pour discrédité les manifestations, c'est vieux comme le monde....
a écrit le 10/08/2011 à 10:47 :
ca en dit long sur ces "braves gens" révoltés , chantage et pillage ce sont juste des crapules qui surfent sur une vague de mecontentement
Réponse de le 10/08/2011 à 12:53 :
oui tout a fait d'accord. ce genre de comportement en dit long sur les qualités morales de leurs auteurs. gamins capricieux, voleurs et anarchistes qui vivent de la technologie moderne sans se préoccuper de savoir quelle déontologie doit s'appliquer à l'utilisation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :