Réorganisation à tous les étages chez le fabricant du BlackBerry

 |   |  336  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLACKBERRY)
Don Morrison, directeur général en charge des opérations en Amérique du Nord et à l'étranger, part en congé de maladie. Research In Motion appelle à la rescousse un de ses anciens hauts dirigeants, Larry Conlee. Le groupe a, par ailleurs, annoncé des licenciements, en raison de l'essoufflement des ventes de BlackBerry.

Rien ne va pas plus chez Research In Motion (RIM). Le fabricant canadien du célèbre smartphone BlackBerry ne s'est pas contenté jeudi soir de lancer une alerte sur ses résultats du deuxième trimestre de l'exercice 2011/2012, alerte qui a provoqué un plongeon de 15% de son cours de Bourse dans les échanges électroniques après la clôture de Wall Street.

RIM a également indiqué que l'un de ses hauts dirigeants, Don Morrison, qui chapeaute les opérations du groupe en Amérique du Nord et à l'étranger, partait en congé-maladie et serait de retour "plus tard dans l'année." Pour pallier ce départ, certes temporaire, RIM a appelé à la rescousse Larry Conlee, un ancien directeur général de la firme canadienne. Parti à la retraite en 2009, Larry Conlee aura un rôle de "conseiller spécial".

Le départ en congé-maladie de Don Morrison désorganise un peu plus RIM. Le groupe avait subi la démission de son directeur du marketing - Keith Pardy - quelques mois plus tôt, avant la mise sur le marché du PlayBook le 19 avril, ce qui avait porté préjudice au lancement de cette tablette censée concurrencer l'iPad d'Apple. Keith Pardy n'étant plus là, RIM ne savait plus très bien quelle clientèle - professionnelle ou grand public - cibler avec le PlayBook.

Commercialisée à 500.000 exemplaires depuis son lancement, cette tablette réalise cependant une performance supérieure aux prévisions des analystes financiers, qui tablaient en moyenne sur un chiffre de 350.000, selon le consensus élaboré par l'agence Bloomberg. En revanche, les ventes du BlackBerry s'essoufflent, face à la concurrence de l'iPhone d'Apple et des smartphones fonctionnant avec Android, le système d'exploitation de Google. A tel point que RIM va devoir réorganiser d'autres étages que celui de sa direction : le groupe a indiqué jeudi soir qu'il procéderait à des licenciements, sans fournir de chiffres. L'étoile de cette ex-star de la téléphonie a sérieusement pâli.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :