Comment le créateur de Twitter a inventé le micro-blogging

 |   |  502  mots
Jack Dorsey, le patron de Twitter rencontrait Barack Obama en juillet 2011 - Copyright AFP
Jack Dorsey, le patron de Twitter rencontrait Barack Obama en juillet 2011 - Copyright AFP (Crédits : AFP)
Le 21 mars 2006, Jack Dorsay publiait son premier message sur Twitter, le site qu'il a créé. Six ans plus tard, il raconte sur un blog comment lui est venue cette idée - transmettre un message très court, très vite, au plus grand nombre de personnes possible - dont il a fait son fond de commerce.

Twitter fête ses six ans et son fondateur, Jack Dorsey se souvient... Sur son compte "Flikr", l'Américain de 35 ans raconte comment, il y a douze ans, lui est venue cette idée apparamment insignifiante de partager sur la toile de très brefs messages."Le 31 mai 2000, je me suis inscris sur un nouveau site appelé LiveJournal", raconte-t-il. Cette communauté de blogueurs lui permet de pénétrer "un univers alternatif geek", monde peuplé de mordus d'informatique, qui, à l'époque, étaient loin d'avoir la cote dont ils bénéficent aujourd'hui.

L'entrepreneur vit alors à Oakland, dans la banlieue de San Francisco en Californie. Il vient de lancer une entreprise qui organise distribution de courrier, services de taxis et d'urgence grâce à une plate-forme sur le web. "Une nuit de juillet", toujours en 2000, poursuit Jack Dorsey, "j'ai eu l'idée de rendre LiveJournal encore plus 'vivant'. Une mise à jour, en temps réel, depuis la rue". Pour son concept, l'entrepreneur pense aux "statuts" figurants sur les profils des utilisateurs d'AIM, une messagerie instantanée alors très populaire aux Etats-Unis.

"Une merveilleuse abstraction"

Jack Dorsey met 5 ans à développer son idée. "J'ai tenté de l'introduire discrètement dans mes différents projets", avoue-t-il ajoutant qu'il "glisse" ce concept dans les différentes branches de son activité. Jusqu'à ce que la petite idée elle-même ne se transforme en un service à lui tout seul. Aux yeux de Dorsey, son concept devient même "une merveilleuse abstraction facile à mettre en oeuvre et à comprendre".

Finalement, elle a pris corps l'année suivante, en 2006. Avec Evan Willams et Noah Glass, au sein de la start-up Odeo, il ouvre "Stat.us", autrement dit "statut", un résumé de ce que les internautes peuvent en faire. Le site raccourcit tout, même les mots et fait jusqu'à l'économie des voyelles : il s'appellera "twttr" dans une deuxième version. Pour le tout premier message publié, Jack Dorsey se fend d'un laconique "just setting up my twttr" ("J'installe mon twttr), qui résume la philosophie du projet à ses débuts.

Aujourd'hui, Twitter a retrouvé son "i" et son "e", convaincu des millions de "twittos" et fait de plus en plus de bruit. Le site de micro-blogging émet désormais 340 millions de "gazouillis" par jour, soit 2,5 fois plus que l'an dernier, 1 milliard en trois ans. Selon une estimation du cabinet d'études eMarketer, Twitter aurait engrangé 139,5 millions de dollars de chiffre d'affaires en 2011et pourrait atteindre les 260 millions cette année.

Etudié sous toutes les coutures

Des manifestations du "printemps arabe" aux multiples annonces des entreprises via leurs comptes en passant par la manne représentée par les "twittos" les plus influents, les implications économiques et politiques de Twitter sont aujourd'hui étudiées sous toutes les coutures. Le site est également critiqué, comme son grand frère, Facebook, pour des questions relatives à la protection des données privées. Le jeune entrepreneur d'Oakland, quant à lui, est aujourd'hui reçu par des chefs d'Etat ou aspirants chefs d'Etat.

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/03/2012 à 21:13 :
Si quelqu'un se souvient de la CB (citycen band et non carte bleue, bande d'obsédés du fric), cela a aussi été une mode avec beaucoup de baratin.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :