Yahoo prépare un grand virage stratégique pour redécoller

 |   |  778  mots
Marissa Mayer envisage un virage stratégique chez Yahoo! Copyright Reuters/Kimberly White
Marissa Mayer envisage un virage stratégique chez Yahoo! Copyright Reuters/Kimberly White (Crédits : <small>Reuters</small>)
Un mois seulement après son arrivée aux commandes de Yahoo, Marissa Mayer, débauchée de Google, envisage un virage stratégique. Les millions de dollars de la vente d'Alibaba ne seront pas reversés aux actionnaires. Et la réorganisation prévue au mois d'avril pourrait être abandonnée. C'est l'occasion de revenir sur les difficultés de Yahoo qui n'arrive pas à se positionner.

Marissa Mayer, la nouvelle PDG de Yahoo, qui a pris les commandes en juillet, envisage déjà un virage stratégique pour le groupe internet. Cela pourrait mener à une réorganisation de l'entreprise et à l'annulation du versement de millions de dollars aux actionnaires.

Le virage stratégique de Yahoo a été explicité dans un document publié par les autorités boursières.
Marissa Mayer voudrait d'abord revenir sur la restructuration de l'entreprise. Orchestrée par un de ses prédécesseurs en avril dernier, cette restructuration prévoyait le licenciement de 2 000 salariés et la réorganisation de l'entreprise en trois branches : médias, connexions et commerce.
Le PDG de l'époque n'était resté que quatre mois en poste. Scott Thompson, était parti en mai après le scandale de son CV truqué.

Les actionnaires ne toucheraient pas l'argent de la vente d'Alibaba

Surtout, le virage stratégique de la nouvelle dirigeante « pourrait mener à une réévaluation » du plan qui visait à redonner aux actionnaires l'argent provenant de la vente d'Alibaba. En mai dernier, Alibaba, le plus important pourvoyeur d'e-commerce chinois, a informé qu'il voulait racheter au moins 20% de ses actions à Yahoo pour environ 7,1 milliards de dollars.Yahoo avait indiqué qu'il récupérerait alors au moins 6,3 milliards de dollars... qui seraient directement redistribués aux actionnaires. Mais pour des analystes, Yahoo peut espérer garder 4,2 milliards de dollars après impôt de l'opération, et c'est autant que les actionnaires voient leur échapper, du moins à court terme.

Selon l'analyste Andre Sequin de RBC Capital Markets, interrogé par Reuters : « Il y avait une attente des actionnaires pour récupérer cet argent donc évidement qu'il y a une déception. » En effet, à la suite de cette annonce, l'action Yahoo perdait aujourd'hui à 15h30 5,17% à 15,18 dollars.
Mais selon cet analyste, les actionnaires attendent aussi de la nouvelle dirigeante, star de la Silicon Valley débauchée de Google, qu'elle réinvestisse dans l'entreprise afin de remettre Yahoo sur le chemin de la croissance après des années de difficultés.

Les difficultés de Yahoo

Yahoo! souffre depuis quelques années. Cela fait trois ans que son chiffre d'affaires baisse. Pendant ce temps, les mastodontes Facebook et Google font toujours mieux pour attirer les utilisateurs et les publicitaires.

Le 17 juillet dernier, Yahoo publiait ses résultats au deuxième trimestre : un bénéfice net en baisse de 4%, à 226,6 millions de dollars, assorti d'un chiffre d'affaires en stagnation à 1,22 milliard de dollars.

Fondé en 1994 par Jerry Yang et David Filo, Yahoo est le gros portail web des années 90. Ses revenus sont essentiellement basés sur ce qu'on appelle la pub de bannières. A l'heure actuelle, elle ne fait pas vraiment le poids face à la pub sponsorisée de Google et Facebook.
Son chiffre d'affaires s'élevait à 7 milliards de dollars en 2007. L'an dernier, il était de l'ordre de 5 milliards de dollars. Son cours de bourse a lui aussi été divisé par 3.
La stabilité de ses dirigeants n'est pas non plus le point fort de Yahoo. Ces trois dernières années, l'entreprise a eu cinq PDG différents.

Marissa Mayer, 37 ans, a été embauchée chez Yahoo en juillet pour transformer l'audience du groupe en une plate-forme publicitaire solide. Cette ancienne de Google est notamment connue pour en avoir conçue l'interface épurée. En tout, plus de cent produits et fonctionnalités du géant de l'Internet lui sont crédités.

Yahoo doit-il se positionner comme un média ou comme une société technologique ?

Depuis quelques années les stratégies de Yahoo ne sont pas vraiment claires.
En ce qui concerne la nouvelle dirigeante du groupe Marissa Mayer. Les analystes s'attendent à ce qu'elle se concentre sur le soutien de la technologie Yahoo et sur les produits en ligne plutôt que de travailler sur le média et les partenariats. Jusqu'à son arrivée, c'est plutôt l'inverse qui avait été fait.

Ron Josey, un analyste de ThinkEquity LLC à New York, interrogé par Bloomberg estime que « sous la surveillance de Marissa Mayer, l'entreprise pourrait utiliser au moins une partie de l'argent de la vente du groupe Alibaba pour améliorer les produits et en créer de nouveaux ».
Le point de vue est partagé par Herman Leung, analyste chez Susquehanna Financial Group qui est lui interrogé par Reuters. Il estime que Yahoo essaye de se reprendre en mains pour trouver des moyens de grossir. Mais pendant ce temps, la recherche de tout autre changement stratégique pourrait s'avérer inquiétante pour certains actionnaires. Selon cet analyste : « cela suscite une inquiétude sur ce que sera le futur, et ce vers quoi la compagnie se dirige ».
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/11/2012 à 15:04 :
Plus de bande passante et de puissance serveur pour FlickR, please, Marissa!
a écrit le 12/08/2012 à 7:38 :
Un grand virage stratégique !!!??? Attention aux sorties de route et aux erreurs stratégiques qui ne pardonnent pas !!! Yahoo : un futur Kodak ?

Kodak se croyait inamovible : combien de temps va-t-il encore rester dans le paysage ? J'utilise toujours leurs pellicules Gold et j'ai l'impression que leur qualité n'est plus la même...
a écrit le 11/08/2012 à 16:49 :
Yahoo a passé son tour et les autres ne vont pas tarder à prendre le même chemin de la sortie. La nouvelle direction est la pour vendre l'entreprise, on peut discuter des moyens pour le faire e un bon niveau de cash peut être un argument de poids. La première solution préconisée par les prédécesseurs visait au démantellement. Visiblement un gros preneur se serait manisfesté discrètement pour reprendre l'ensemble... ou pour qu'un autre ne le fasse pas...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :