Etats-Unis : les sociétés cotées peuvent annoncer les bonnes (et les mauvaises ? ) nouvelles via Facebook et Twitter

 |   |  439  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le gendarme américain de la Bourse a décidé que les sociétés américaines pouvaient utiliser les réseaux sociaux pour faire des annonces officielles, pourvu que les investisseurs soient informés de l'utilisation ces canaux de diffusion. Cette nouvelle règle fait suite à l'ouverture l'an dernier d'une enquête sur la publication en juillet par le directeur général de Netflix d'une information sensible.

Ceci est un tweet officiel. Les autorités américaines ont annoncé mardi que les entreprises pouvaient utiliser Twitter, Facebook et d'autres réseaux sociaux, au même titre que les communiqués, pour des annonces officielles importantes à condition d'en avoir averti les investisseurs auparavant.
Cette nouvelle autorisation édictée par la Securities and Exchange Commission (SEC) vise à clarifier les règles de publication financière. Elle fait suite à l'ouverture l'an dernier d'une enquête sur la publication en juillet par le directeur général de Netflix - société spécialisée dans la vidéo à la demande- d'une information sensible. Reed Hastings avait alors publié sur sa page Facebook un message annonçant que la société avait passé le cap du milliard d'heures vues.




Ce qui avait momentanément stimulé le titre de l'action qui était alors passé de 70,45 dollars à 81,72 dollars, note le gendarme de la Bourse dans son communiqué.
Après enquête, la SEC a conclu que cette publication ne constituait pas une infraction aux règles en vigueur en matière d'information financière. Mais le gendarme de la bourse outre-Atlantique a expliqué mardi que ce cas particulier avait mis au jour des incertitudes sur l'application de ces règles aux réseaux sociaux numériques.

Garantir un accès à l'information égalitaire

"Une partie des actionnaires ne doit pas être en mesure de prendre de l'avance sur d'autres actionnaires simplement parce que l'entreprise publie de manière sélective des informations importantes", explique George Canellos, l'un des responsables de la SEC, dans un communiqué. "La plupart des médias sociaux constituent des méthodes de communication avec les investisseurs tout à fait appropriées, sauf si l'accès est restreint ou si les investisseurs ne savent pas où ils doivent chercher pour obtenir les informations les plus récentes."

C'est pourquoi, selon les nouvelles recommandations présentées mardi, les entreprises peuvent annoncer sur leurs sites Internet et dans des communiqués de presse qu'elles vont utiliser les médias sociaux pour faire des annonces, pourvu qu'elles précisent les adresses des pages concernées. Les investisseurs pourront ainsi s'abonner à ces pages ou les consulter, explique la SEC. Ce qui permet donc d'éviter toute distorsion en matière d'accès à l'information entre les investisseurs aussi bien individuels qu'institutionnels. Le gendarme de Wall Street précise toutefois que les comptes personnels des dirigeants ou des administrateurs ne constituent pas des canaux appropriés de publication, à moins que l'entreprise ait précisé qu'ils peuvent être utilisés pour cet usage. Reste que le contrôle de la communication financière risque de se compliquer.



 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :