Google : Android dans le collimateur de Bruxelles

Deux mois après la plainte de FairSearch, une association de 17 acteurs majeurs du monde de la high-tech, Bruxelles progresse dans ses investigations sur le système d'exploitation pour mobile de Google. La gratuité d'Android, et les pratiques commerciales du géant américain pourraient être qualifiées d'anti-concurrentielles par la Commission européenne.

2 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Bloomberg)

Google de nouveau dans la ligne de mire de Bruxelles. Le géant californien ferait l'objet d'une enquête préliminaire de la Commission européenne pour son système d'exploitation pour smartphone Android, d'après des informations divulguées par le Financial Times. Une plainte avait été déposée en avril dernier par une large coalition d'acteurs du secteur : de Nokia à Microsoft en passant par Oracle, mais également Tripadvisor, Expedia... En tout, près de dix-sept entreprises high-tech regroupées dans une association baptisée FairSearch (recherche équitable) ont demandé une enquête à la Commission.

En-dessous du coût de revient

La Commission s'intéresse aux pratiques commerciales de Google qu'elle soupçonne d'être anticoncurrentielles. D'après les premiers éléments de l'enquête qu'a pu se procurer le Financial Times, le sujet du prix de vente d'Android est un point litigieux. Il faut dire que Google propose son système sans licence, les fabricants de smartphone doivent seulement supporter des coûts de développements associés à son intégration.

Mais pour la Commission européenne, Google cède son système en-dessous de son coût de revient réel, ce qui correspondrait à une distorsion de concurrence. Mais les indices ne s'arrêtent pas là. La Commission soupçonne Google de forcer les fabricants à configurer les smartphones de manière à valoriser ses propres applications.

Cheval de Troie

En avril, un communiqué de FairSearch écrivait: "Google utilise son système d'exploitation mobile Android comme un cheval de Troie pour tromper ses partenaires, monopoliser la place de marché mobile et contrôler les données des consommateurs". FairSearch demandait à la Commission européenne « d'agir vite et fermement pour préserver la concurrence et l'innovation sur ce marché critique". Sinon Google risque de "répéter ses abus de position dominante sur PC alors que les consommateurs se tournent de plus en plus vers le mobile, dominé par Android".

"Android favorise la concurrence" dit Google

De son côté, Google s'est défendu de ces accusations à travers un communiqué de presse. "Android est une plateforme ouverte qui favorise la concurrence. Les fabricants, distributeurs et les consommateurs peuvent décider comment utiliser Android, notamment quelles applications ils souhaitent utiliser", écrit le groupe américain, cité par le quotidien économique.

Depuis plus de trois ans, la Commission européenne est déjà engagée dans un bras de fer avec Google. Elle estime que la firme californienne abuse de sa position dominante sur les moteurs de recherche. Google en profiterait notamment pour mettre en avant ses services au détriment de ceux de ses concurrents.

 

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 25/06/2013 à 9:52
Signaler
j'ai lâché Windows Phone (Lumia) pour Android après grosse déception sur l'OS de Microsoft les téléphones ne sont pas ce qu'ils devraient être si on respectait les intérêts des clients

à écrit le 16/06/2013 à 15:25
Signaler
les prédictions disaient: "Microsoft va attaquer dans quelques années Linux/Ubuntu à cause de position prédominante" .. on rigole depuis des années et on savait que les mauvais joueurs (qui ont une position dominante aujourdh ui) essaient d anéantir ...

à écrit le 16/06/2013 à 14:44
Signaler
vous voulez des systèmes d exploitation pour vos ordis qui coûtent ZERO Euros. Il y en plein sur www.distrowatch.com ou bien http://kolibrios.org/en/ Et oui il y a des gens qui s engagent et ne veulent pas d argent pour ce qu ils font. Il faut donc i...

à écrit le 15/06/2013 à 21:52
Signaler
Android comme ChromeOS sont basés sur Linux. Le modèle économique de Google est basé sur la pub, les applis, le contenu multimédia. Il ne ferme pas la porte à des initiatives semblables venant de la Mozilla fundation ou certains éditeurs de Linux. Ca...

à écrit le 15/06/2013 à 13:34
Signaler
Vive Exalead (moteur de recherche français) !

le 15/06/2013 à 20:03
Signaler
Merci pour ce tuyau, l'affichage des résultats est bien fait, je l'essayerai. Je suggère aussi DuckDuckGo qui fonctionne en https.

à écrit le 15/06/2013 à 11:50
Signaler
L'évolution des bios n'a rien de bon .... les ordis peuvent se connecter en wifi à l'insu de votre plein gré ... vive google, windaube et la NSA !

à écrit le 15/06/2013 à 11:43
Signaler
le problème n'est pas androïd ... mais google !

à écrit le 15/06/2013 à 11:22
Signaler
Probablement les conséquences du lobbying d' Apple auprès de Bruxelles.

le 15/06/2013 à 12:04
Signaler
La théorie du complot a vraiment la peau dure ...

à écrit le 15/06/2013 à 1:23
Signaler
Bruxelles veut faire payer le citoyen et pour y parrvenir va inventer le minitel. Super. L'Europe avance, le monde peut trembler.

à écrit le 14/06/2013 à 21:36
Signaler
Androïd est un sytème d'exploitation open source. Tout le monde peut lire le code et savoir ce qu'il y a dedans. Tous les logiciels open source sont distribués gratuitement. Comme Androïd utilise le langage java, s'il n'était pas gratuit il devrait r...

à écrit le 14/06/2013 à 17:47
Signaler
Donc parce que c'est gratuit, il faut l'interdire? Je comprends mieux la vie chère! Et rien n'empêche ses concurrents de distribuer aussi gratuitement. L'utilisateur y trouverait son compte...

le 15/06/2013 à 18:45
Signaler
L'honnetete d'être gratuit ? Rêveur ou naïf ! Le but est d'empêcher toute concurrence de survivre, le terme d'honnêteté n'est pas approprié .

le 15/06/2013 à 20:04
Signaler
Linux n'est ni fermé ni commercial. D'ailleurs Linux n'existe pas, il n'y a que des distributions Linux et au sens strict un noyau. Par ailleurs, Android n'est pas un BIOS mais un OS. Merci de ne pas dire n'importe quoi.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.