Les internautes vietnamiens réduits au silence

 |   |  329  mots
Le Vietnam compte plus de 31 millions d'internautes / Reuters
Le Vietnam compte plus de 31 millions d'internautes / Reuters
Le gourvenement vietnamien a présenté, fin juillet, un nouveau décret visant à réduire la liberté d'expression des internautes. Ce texte, qui leur interdira de commenter l'actualité sur les réseaux sociaux, entrera en vigueur le 1er septembre prochain.

La censure numérique n'en finit pas de gagner du terrain au Vietnam. A partir du 1er septembre prochain, les internautes vietnamiens n'auront désormais plus le droit de commenter l'actualité sur les réseaux sociaux.

Facebook, Twitter et leurs concurrents ne serviront officiellement plus qu'à partager des informations privées. Selon le décret n,uméro 72 présenté par le gouvernement communiste, cette nouvelle loi doit permettre aux citoyens de disposer d' "informations correctes et propres".

31 millions d'internautes à travers le pays

Dans ce pays, qui compte quelques 89 millions d'habitants, plus de 31 millions de personnes surfent régulièrement sur Internet selon le journal Libération. D'après le correspondant local de RFI, plus de 12 millions de citoyens sont inscrits sur le réseau social Facebook.

Reporters sans frontières a répertorié 35 blogueurs actuellement emprisonnés au Vietnam. L'association, qui décrit le pays comme la "deuxième prison du monde pour les blogueurs" (derrière la Chine) a lancé une pétition pour réclamer leur libération.

Un outil supplémentaire pour poursuivre les internautes

Le gouvernement risque d'avoir du mal à surveiller l'ensemble des internautes, mais ce texte va surtout lui permettre de les poursuivre plus facilement. "Ce nouveau décret est aussi insensé qu'extrêmement dangereux. Sa mise en application nécessiterait une surveillance généralisée et permanente de toute la Toile par les autorités, une gageure. En revanche, il renforce l'arsenal législatif à la disposition du gouvernement, qui n'aura plus besoin d'invoquer une tentative de renversement du gouvernement ou de la propagande contre l'Etat pour inculper les acteurs indépendants de l'information", a dénoncé RSF dans un communiqué.

Les Etats-Unis se sont dit très inquiets de la publication de ce décret, appelant le Vietnam "à respecter le droit à la liberté d'expression". "Ce décret va limiter le développement du secteur des technologies de l'information et de la communication", a commenté l'ambasse de Washington à Hanoï dans un communiqué.

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :