L'action Twitter flambe pour son introduction en Bourse

 |   |  190  mots
Les co-fondateurs de Twitter : Dick Costolo, Evan Williams, Biz Stone et Jack Dorsey lors du lancement officiel du site en Bourse ce jeudi au New York Stock Exchange.
Les co-fondateurs de Twitter : Dick Costolo, Evan Williams, Biz Stone et Jack Dorsey lors du lancement officiel du site en Bourse ce jeudi au New York Stock Exchange. (Crédits : Reuters)
Après son introduction en Bourse sur le NYSE ce jeudi, l'action Twitter frôlait les 50 dollars, soit 92% de plus que son prix d'introduction.

 Twitter aurait pu viser plus haut. Le groupe américain avait fixé son prix d'introduction à 26 dollars. Quelques dizaines de minutes après la sonnerie de la cloche qui donnait le coup d'envoi de cette "IPO" très attendue sur le New York Stock Exchange, le cours bondissait de 92% pour frôler les 50 dollars à 17h00 heure de Paris.  Une demi-heure plus tard, il était retombé sous les 46 dollars. 

Le site de micro-blogging a choisi un prix d'introduction bine moins ambitieux que celui de son rival Facebook, dont l'introduction en Bourse en 2012 avait été mouvementée. Le prix initial de Facebook qui avait été fixé à 38 dollars n'a été retrouvé qu'au mois de juillet 2013. 

>> Twitter jour l'anti-Facebook pour son introduction en Bourse

Le groupe a vendu 70 millions d'actions (sous le sigle "TWTR"), ce qui lui a permis de lever 1.82 milliards de dollars. Un niveau bien inférieur aux 16 milliards levés l'an dernier par le groupe fondé par Mark Zuckerberg, mais proche de la somme collectée par Google lors de sa propre introduction en Bourse (1.92 milliard en 2004).

A lire aussi :

>> L'entrée en Bourse de Twitter en 10 hashtags

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/11/2013 à 13:17 :
Aux USA on ne sait comment sur valoriser encore plus les entreprises. A tout prix l'on veut imaginer des entreprises servant d'actifs tangibles et probants que l'économie réelle n'arrive pas à produire. Ces entreprises type Facebook ou Twitter constituent donc une sorte de tank, un stock mis en réserve dont tout le monde sait qu'il est bidon mais aussi que cette attitude est indispensable pour maintenir la bulle et ses tentatives de dégonflage sans falaise qui serait le signe d'une déflation drastique. Toute l'économie du pays serait ruinée et les économies des prêteurs aussi. Cependant comme l'économie mondiale atteint une phase dégressive importante, la course s'engage entre la survalorisation pour qu'elle batte la dégressivité. Une rude tâche qui a mon avis ne devrait pas être possible plus longtemps. 2014 ou 2015 devraient alors connaître un crash systémique si les pays émergents ne se réveillent pas mieux et si l'on n'ouvre pas rapidement l'Afrique, l'Inde, l'Iran. Deux écoles s'affrontent l'une de l'immédiateté qui s'apparente au pillage et une autre plus sage de moyen terme dont on craint que comme la cavalerie elle arrive trop tard. Le constat est déjà dans les devises puisque l'euro n'en peut plus de monter sans véritable raison autre que la chute américaine.
a écrit le 08/11/2013 à 13:21 :
A quelle est belle l'économie! Il y a des crétins pour valoriser une entreprise qui n'a jamais été un seul jour bénéficiaire au court de son existence! Ce n'est qu'un exemple de plus que l'économie mondialisée est définitivement le cancer de notre civilisation
Réponse de le 08/11/2013 à 14:21 :
test
a écrit le 08/11/2013 à 10:50 :
Une approche différente de Facebook qui semble porter ses fruits :)
a écrit le 07/11/2013 à 20:42 :
Une valorisation de 25 milliards de dollars pour une entreprise qui....perd de l'argent !!!
Et moi qui croyait que le but d'une entreprise, était de gagner de l'argent !!! Je ne comprends plus rien, enfin si on a fait un bon en arrière de 13 ans !! bubble Forever !!!
a écrit le 07/11/2013 à 20:12 :
Et le modèle économique?
Réponse de le 07/11/2013 à 21:01 :
Tout comme facebook, c'est de la monétisation de pub...
Twitter c'est 800 millions de comptes, plus de 100 millions d'utilisateurs quotidiens. en arrivant à monétiser ne serait ce que 5 millions$/jour de publicité sur mobile (facebook montre que l'on peut faire beaucoup plus) ça fait 1,8milliard$/an. on ajoute une croissance à 2 chiffres pendant au moins 2 ou 3 ans et la valorisation du jour est crédible en 2015.
Réponse de le 07/11/2013 à 21:22 :
Tout comme facebook, c'est de la monétisation de pub...
Twitter c'est 800 millions de comptes, plus de 100 millions d'utilisateurs quotidiens. en arrivant à monétiser ne serait ce que 5 millions$/jour de publicité sur mobile (facebook montre que l'on peut faire beaucoup plus) ça fait 1,8milliard$/an. on ajoute une croissance à 2 chiffres pendant au moins 2 ou 3 ans et la valorisation du jour est crédible en 2015.
Réponse de le 08/11/2013 à 10:39 :
@ la pub
Vous croyez vraiment ce que vous dites ????
Twitter c'est aussi 800 millions de dollars de pertes, un modele economique flou (monetisation de la pub tres difficile voir impossible)
Bon si avec des pertes (reel et pas projetées comme votre analyse) l'action est a 50$ alors avec des gains elle coterait combien 200-300-1000$ ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :