L'entrée en Bourse de Twitter en 10 hashtags

 |   |  1390  mots
Ce jeudi, le réseau social, qui revendique 232 millions d'utilisateurs, fait enfin son entrée à Wall Street.
Ce jeudi, le réseau social, qui revendique 232 millions d'utilisateurs, fait enfin son entrée à Wall Street. (Crédits : Reuters)
Twitter est en train de faire ce jeudi une entrée en grande pompe à la bourse de New York. Conséquence de la forte demande, le cours du titre pourrait flirter, dès les premiers échanges, avec les 46 dollars selon certains analystes. Et ce, alors que le titre est introduit à 26 dollars. Ce qu'il faut savoir pour bien comprendre cette opération.

C'est le grand saut pour Twitter et pour le moment cela s'apparente même à un décollage. Ce jeudi, le réseau social, qui revendique 232 millions d'utilisateurs, fait enfin son entrée à Wall Street.

Et pour le moment, tout se passe comme sur des roulettes. En effet, avant même que le titre ne soit coté, la demande comptabilisée dans les carnets de commande était si importante que les analystes estiment que le titre pourrait tutoyer les 46 dollars, dès les premiers échanges, (alors que l'action a été introduite à un prix de 26 dollars), rapporte Bloomberg, ainsi que le Wall Street Journal.

Une opération très attendue qui fait le buzz depuis plusieurs semaines. Tour d'horizon des points qu'il fallait retenir avant l'IPO du groupe dirigé par Jack Dorsey.

  • Quelques heures avant la cotation, on estimait que Twitter pouvait lever jusqu'à 2,1 milliards de dollars

Twitter va donc faire son entrée en Bourse à un prix de 26 dollars par action. C'est par un tweet que le réseau social l'a annoncé ce mercredi soir :

La semaine dernière, le groupe dirigé par Jack Dorsey avait relevé la valeur de ses futures actions dans une fourchette qui devait comprise entre 23 et 25 dollars, (contre 17 à 20 dollars quelques semaines plus tôt encore).

Conséquence, cette revalorisation pourrait permettre à Twitter de lever jusqu'à 2,1 milliards de dollars, (contre le 1,6 milliard de dollars qui était régulièrement évoqué). En effet, le groupe dirigé par Jack Dorsey a confirmé que 70 millions de titres vont être introduits ce jeudi sur le New York Stock Exchange (NYSE), avec une option de surallocation valide pendant 30 jours pour 10,5 millions d'actions supplémentaires si la demande le requiert.

Twitter va donc lever immédiatement 1,82 milliard de dollars, un montant qui pourra s'élever à 2,1 milliards de dollars dans le cas où l'option est exercée.

A noter également que c'est Facebook qui détient le record de la plus grosse introduction en Bourse dans le secteur technologique aux Etats-Unis avec 16 milliards de dollars levés en mai 2012. Une opération qui avait rencontré quelques écueils, à l'instar de celle de Pandora, ou encore de Zynga et Groupon.

>> Twitter en Bourse : échecs et réussites des géants d'Internet introduits à Wall Street

  • Combien vaut (vraiment) Twitter ?

Avec ce relèvement du prix de ses actions, la valorisation maximale de Twitter atteint désormais 14,4 milliards de dollars. Un chiffre loin des 20 milliards suggérés un temps par certains analystes, mais plus élevé que ceux évoqués plus tôt cette année. En effet, la valorisation du réseau social se situait dans une fourchette comprise entre 9 milliards de dollars et 11 milliards de dollars, selon différentes estimations. Pour rappel, en 2011, à l'occasion d'un nouveau tour de table, le réseau social était valorisé 7,7 milliard de dollars.

  • Twitter continue de perdre de l'argent en dépit d'une activité en hausse

Au troisième trimestre 2013, le chiffre d'affaires de Twitter a augmenté de 17% par rapport au  trimestre précédent et s'est élevé à près de 170 millions de dollars. Plus globalement, les revenus du réseau social sont sur une tendance haussière et celle-ci devrait se poursuivre dans les années à venir. En 2014, le cabinet spécialisé, eMarketer, prévoit ainsi que Twitter réalisera 1 milliard de dollars de chiffre d'affaires.

Mais à l'heure actuelle, cela ne permet pas à la firme dirigée par Jack Dorsey d'être bénéficiaire puisque celle-ci a accusé une nouvelle perte de près de 65 millions de dollars sur le troisième trimestre. Un montant quasiment trois fois plus élevé qu'à la même période l'année précédente. Pour rappel, Twitter est un groupe qui n'a jamais dégagé de bénéfice depuis sa creéation en 2006.

  • Une entrée en bourse officialisée par un tweet le 12 septembre dernier

Le bruit courait depuis plusieurs mois et, comme un clin d'œil, la société californienne a officialisé son intention d'entrée en bourse par un Tweet ). Le 12 septembre dernier, sur le coup des 11 heures du matin aux Etats-Unis, on peut lire sur le compte officiel du groupe :

  • Le Nasdaq, très peu pour Twitter

Eviter les bugs informatiques. Voilà la raison qui expliquerait que Twitter opte pour le New York Stock Exchange, en lieu et place du Nasdaq, généralement plébiscité par les firmes high-tech lors de leur introduction en bourse. Il faut dire que l'expérience vécue par Facebook l'an dernier lors de son entrée sur cette plateforme a de quoi faire réfléchir. Sans compter que l'été dernier, le Nasdaq a également dû suspendre ses cotations par la faute d'un bug informatique.

  • A l'arrogance de Facebook l'an dernier lors de son introduction, Twitter oppose le choix de la modestie...

"Rempli d'humilité". C'est ainsi que le PDG, Dick Costolo, qualifie le staff dirigeant de Twitter à propos de cette IPO. Depuis mois, il répète ainsi que le réseau social veut la jouer profil bas avec cette opération. Une manière de faire qui tranche avec celle de Mark Zuckerberg dont l'attitude avait parfois exaspéré, voire choqué l'an dernier.

A titre d'illustration, quelques jours avant l'IPO, le dirigeant de Facebook s'était rendu à un road-show devant l'hôtel Sheraton à New York revêtu d'un sweat-shirt à capuche. "Un signe d'immaturité et de manque de respect", avaient noté certains analystes, comme l'ont rapporté nos confrères du Figaro.

A noter que l'an dernier, Bloomberg avait estimé que Facebook avait réalisé la pire introduction boursière en dix ans.

  • ... mais choisit les mêmes banques introductrices que le groupe de Mark Zuckerberg

Tous les établissements bancaires qui ont conseillé Facebook lors de son entrée en bourse vont être de nouveau de la fête : Morgan Stanley, Goldman Sachs, JP Morgan et Bank of America Merrill Lynch. Cependant, c'est Goldman Sachs qui sera cette fois le chef de file de l'opération et non pas Morgan Stanley, comme c'était le cas lors de l'IPO du groupe de Mark Zuckerberg.

A noter qu'après cette opération cette banque avait eu maille à partir avec la justice et avait été condamnée à une amende de 5 millions de dollars.

  • Une introduction "confidentielle"

Aux Etats-Unis, depuis le JOBS Acts adopté en avril 2012, les sociétés réalisant un chiffre d'affaires annuel inférieure à un milliard de dollars peuvent entrer en bourse via une procédure allégée qui permet notamment de conserver secrètes certains informations sensibles pour l'entreprise. Et la direction de Twitter a décidé de faire son entrée à la bourse de New York via cette procédure d'IPO confidentielle.

  • Une flopée d'actionnaires

Parmi les actionnaires de Twitter, on compte notamment le PDG, Dick Costolo, les co-fondateurs Jack Dorsey, Evan Williams (qui est le premier actionnaire individuel du réseau social avec 12% du capital), Biz Stone, ainsi que le directeur technique Greg Pass.

Et le réseau social a également attiré une ribambelle de fonds d'investissement : Spark Capital, Ventures, Insight Venture Partners, Union Square Ventures, ou encore Bezos Expenditures (le fonds personnel du PDG d'Amazon)... Ainsi que le fonds DST de Yuri Milner ou encore Benchmark Capital dont l'un des associés est Peter Fanton, aujourd'hui deuxième actionnaire individuel de Twitter avec 6,7% du capital, derrière Evan Williams.

  • L'annonce de l'entrée de Twitter en Bourse a fait (temporairement) le bonheur de...Tweeter

Début octobre, le cours de l'action de Tweeter Home Entertainment Group fait un bond soudain de 1.400% sur le marché américain des produits dérivés OTC. En une matinée, près de 12 millions titres s'échangent, faisant passer la cours de ce petit détaillant électronique grand public de 1 centime à près de 15 centimes. Un intérêt soudain et incompréhensible des investisseurs qui sera rapidement élucidé : ces derniers ont confondu Twitter et Tweeter à cause de leur code semblable, TWTR correspondant à Twitter et TWTRQ, correspondant à Tweeter.

A lire aussi :

>> Twitter pourrait lever 2 milliards de dollars en entrant en Bourse

>> Twitter joue l'anti-Facebook pour son introduction en Bourse

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/11/2013 à 12:30 :
Encore un beau gadin en perspective... Remarquez, il y a eu des idiots pour valoriser à plus de 100 miliards de dollars "tete de livre" qui ne fait que quelques centaines de millions de bénéfices chaque année. Et après on viendra nous parler d'allocation optimale des ressources pour justifier la dérégulation financière (Il est vrai que le concept de gestion des risques en a pris un coup avec les subprimes, il devient compliqué de s'en prévaloir pour justifier le capitalisme).
a écrit le 07/11/2013 à 9:45 :
Une societe qui n'a jamais ete beneficiaire depuis sa creation il y a 7 ans vaudrait 14 milliards de dollars? Non! Twitter ne vaut rien, et ceux qui achetent des actions se font avoir comme des nigauds.
Réponse de le 07/11/2013 à 12:37 :
De 25$ à 1ct la différence c'est dans le Q?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :