Abus de position dominante et distorsion de concurrence : Bruxelles sort l'artillerie lourde contre Amazon

 |  | 815 mots
Lecture 4 min.
Les annonces de Bruxelles surviennent alors qu'Amazon est de plus en plus critiqué pour avoir profité de la crise sanitaire qui contraint de nombreux commerces à fermer tandis que la vente en ligne bat des records.
Les annonces de Bruxelles surviennent alors qu'Amazon est de plus en plus critiqué pour avoir profité de la crise sanitaire qui contraint de nombreux commerces à fermer tandis que la vente en ligne bat des records. (Crédits : Pascal Rossignol)
La Commission européenne a accusé mardi le géant de la vente en ligne Amazon d'avoir enfreint les règles européennes de concurrence. Son enquête pour abus de position dominante et distorsion de concurrence sur sa marketplace

La pression s'accentue contre les Gafa. Alors que Google est sous le coup d'une enquête antitrust historique aux Etats-Unis, la Commission européenne a annoncé, mardi 10 novembre, l'ouverture d'une enquête pour "distorsion de concurrence" et "abus de position dominante" à l'encontre d'Amazon, le géant mondial du e-commerce. Dans le détail, l'UE estime que le groupe américain profite des données de détaillants indépendants utilisant son site internet. Elle avait ouvert une enquête approfondie à ce sujet en juillet 2019 et a désormais communiqué ses griefs.

"Selon des conclusions préliminaires, Amazon a abusé de sa position dominante comme place de marché en France et en Allemagne", ses deux plus gros marchés en Europe, a déclaré la commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager, lors d'une conférence de presse.

Lire aussi : Amazon, Rakuten, eBay : les géants critiqués du e-commerce en mode "opération séduction"

Amazon sous le feu des critiques pour ses agissements sur sa...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/11/2020 à 13:01 :
Et la liberté du consommateur dans tout ça ??? Un jour Bruxelles nous saoule avec ses discours de libéralisme, le lendemain avec ses discours de protectionnisme. Le problème ce n'est pas Amazon, le problème c'est Le Maire
a écrit le 11/11/2020 à 18:40 :
arguties juridiques développées par l'impuissante commissaire à la concurrence qui ne peut rien contre la liberté de vente d'Amazon et celle d'acheter des consommateurs européens .la seule action possible est d'imposer Amazon dans chaque pays de l'UE sur son chiffre d'affaires réalisé et sur la base d'un taux unifié . mais pour y arriver il faut que tous les Etats de l'Union soient d'accord .
.... j'entends déjà couiner Mme Merkel ( qui a peur d'un retour de bâton sur ses exportations de bagnoles aux USA ) et le Premier Ministre irlandais qui va perdre son avantage de dumping fiscal accordé aux GAFAM pour bénéficier de leurs implantations sur son sol avec des retombées économiques anti concurrentielles et anormalement tolérées par les autres pays d'UE .
Bezos peut donc commercer tranquille , et face à l'attaque de la commissaire ,dire comme Chirac que "ça lui en touche une sans faire bouger l'autre 3
a écrit le 11/11/2020 à 17:27 :
Amazone ne prend pas de position dominante puisqu'il est tout seul, c'est idiot, et rien n'empêche les clients de passer chez alibaba, banggood, wish qui sont moins chers.
On a bien des Français qui s'accrochent mais en bons avares ne tiennent pas leurs prix, on ne va pas payer plus cher le même produit parce que les intermédiaires veulent s'enrichir et ne proposent aucun service comme le port gratuit
a écrit le 11/11/2020 à 10:11 :
Et on connait l'efficacité de "la grosse Bertha" ! ^^

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :