Confinement et fermeture des commerces non essentiels : une autoroute pour Amazon ?

Que pèse vraiment Amazon dans la vente en ligne ? Va-t-il être le grand gagnant du reconfinement et de la décision du gouvernement de fermer les rayons non essentiels des grandes surfaces ? Les enseignes françaises peuvent-elles rivaliser ? Quels enseignements tirer du premier confinement ? La Tribune fait le point.
Sylvain Rolland

7 mn

(Crédits : Abhishek Chinnappa)

Avec sa décision de fermer les commerces non essentiels ainsi que les rayons non essentiels des grandes surfaces pour lutter contre la propagation du Covid-19, le gouvernement fait la quasi-unanimité contre lui. L'association UFC-Que-Choisir fustige une "hérésie", le PS crie à "l'incohérence" et le Conseil national des centres commerciaux dénonce "une maltraitance". Entre autres. "On fait le lit d'Amazon et ça tue le petit commerce", résume la vice-présidente et porte-parole du Medef, Dominique Carla'ch, tandis que des pétitions appelant au boycott d'Amazon fleurissent sur la Toile.

L'ogre américain du commerce en ligne sera-t-il le grand gagnant du reconfinement et de la fermeture des rayons non essentiels des grandes surfaces, surtout à l'approche du Black Friday et des fêtes de Noël ? Quelles sont ses parts de marché dans chacun des segments du e-commerce ? Ses rivaux français peuvent-ils rivaliser ? Quels enseignements tirer du premier confinement ? La Tribune fait le point.

Lire aussi : Le reconfinement va faire chuter l'activité économique de 15% d'après Bruno Le Maire

Amazon engrange 1 achat sur 5 sur Internet en France, la moitié des Français ont acheté sur Amazon en 2019

Cédric O, le secrétaire d'Etat à la Transition numérique, a tenté d'éteindre l'incendie ce week-end sur TF1. "Rappelons qu'Amazon ne représente que 20% du e-commerce en France, que de très nombreuses entreprises françaises sont des leaders : Fnac-Darty, Cdiscount, Veepee, Mirakl, ManoMano... La hausse du e-commerce leur profite d'abord à elles. Arrêtons de nous flageller !" a-t-il martelé.

Qu'en est-il vraiment ? Cédric O a partiellement raison : d'après les derniers chiffres de l'institut Kantar, spécialisé dans l'observation du commerce en ligne, la part de marché d'Amazon en France est de 22,2% en 2019. Mais contrairement à ce que sous-entend le secrétaire d'Etat, cette part de marché est énorme : le nombre d'acteurs qui vendent en ligne est pléthorique (plus de 200.000 sites marchands recensés en France en juin 2020), et pourtant plus d'un achat sur cinq sur la Toile se fait sur Amazon ! De plus, Kantar relève que la domination d'Amazon s'accentue. En 2019, le marché du e-commerce en France en général a progressé de 5,9%, mais la croissance d'Amazon a atteint 17,3%.

Autrement dit, et c'est là où Cédric O se trompe, Amazon s'arroge année après année une part toujours plus importante du commerce en ligne français. La hausse du e-commerce ne profite donc pas "avant tout" aux acteurs français, qui restent, pour la plupart, des nains face à Amazon. Le deuxième au classement, Cdiscount, affichait en 2019 une part de marché de 8,1 %, soit très loin derrière Amazon. Fnac-Darty pesait 4,1 % du commerce en ligne, Veepee 3,4 %, puis 2% pour Showroomprive, 1,8% pour Boulanger, 1,6% pour Zalando et 1,5% pour La Redoute. Cité par le ministre, Mirakl, qui fournit aux commerçants des plateformes d'e-commerce, n'est pas lui-même un e-commerçant donc n'a rien à faire dans cette liste. Quant à ManoMano, il est loin du top 10, qui représente 46% du marché total.

Kantar note également que le recours à Amazon devient de plus en plus fréquent pour les Français. D'après l'institut, 22,2 millions de Français (+4,7%) ont passé commande sur le site en 2019, soit 45% des individus majeurs. Ils ont passé 9,8 commandes dans l'année en moyenne (+11,4%) pour un total de 349 euros chacun (+12%), soit un volume d'affaires total de 7,73 milliards d'euros (+17,3%).

E-commerce top10 Kantar

Lire aussi : Confinement : la colère enfle chez les petits commerces indépendants

Amazon est particulièrement fort sur les segments dits "non essentiels"

Le deuxième confinement est prévu pour s'arrêter le 1er décembre, mais il pourrait s'étendre au-delà. Or, la moitié des Français effectuent leurs achats de Noël dès le mois de novembre, à la fois sur Internet (le Black Friday, c'est-à-dire deux semaines de promotions, est devenu un rituel et reste le meilleur moment de l'année d'Amazon) et en physique -de nombreux magasins réalisent une part importante de leur chiffre d'affaires annuel pour les fêtes de fin d'année.

La fermeture des commerces non essentiels, c'est-à-dire la mode, les produits culturels, de beauté, de décoration et d'ameublement ou encore l'électroménager, va donc vraisemblablement énormément profiter aux acteurs du e-commerce, à commencer par le premier d'entre eux, Amazon.

Effectivement, si Amazon à lui seul pèse 22,2% du marché global du commerce en ligne en France, ses meilleures performances sont dans les segments dits "non essentiels", comme le montre ce graphique.

[Passer la souris sur le graphique pour découvrir les trois acteurs dominants dans les segments du e-commerce correspondant aux principaux produits non essentiels, pour lesquels il n'y a pas ou peu d'alternatives physiques pendant le confinement]

Ces chiffres sont édifiants : 66,5% des Français ont acheté au moins un produit d'électroménager et d'électronique sur Amazon en 2019, 59,8% ont acheté un produit culturel, et 51,9% ont acheté des jouets et jeux sur la plateforme... Et la concurrence est loin derrière. Amazon est également leader dans la mode/habillement (46,9%), les meubles et produits de décoration (36,1%) ou encore les produits de beauté/bien être (25,1%), même si Yves Rocher lui tient la dragée haute avec 24,1%.

Autrement dit, la grande force d'Amazon est d'être un généraliste. Selon les segments, le top 3 diffère, mais Amazon en fait toujours partie, souvent à la première place. Le seul grand segment du commerce en ligne qui n'est pas dominé par Amazon est celui de l'alimentation. Le leader dans ce domaine est E.Leclerc.drive (25,8%), suivi par Carrefour Drive (15%) et... Amazon (14,8%).

Lire aussi : Reconfinement : le MEDEF veut faire rouvrir les commerces de proximité

Bonne nouvelle : le premier confinement a bien profité aux enseignes physiques qui vendent en ligne

D'après les chiffres de la Fevad, le chiffre d'affaires du e-commerce a augmenté de 5,3% au deuxième trimestre 2020, à 25,9 milliards d'euros, soit 13% du commerce physique. L'augmentation est plus importante qu'au premier trimestre (+1,8%) en raison du confinement qui s'était étalé entre mi-mars et mi-mai, mais elle n'est pas si impressionnante car la vente de services (comme les voyages par exemple) a logiquement chuté (-36% dont -75% pour les voyages) à cause du confinement de mi-mars à mi-mai.

En revanche, les ventes de produits en ligne ont fortement augmenté, de 45,7%, au deuxième trimestre, portés par le confinement et la fermeture des commerces. On ne connaît pas encore la progression d'Amazon en France grâce au confinement, mais nul doute que le géant américain a été le premier à en profiter : au niveau mondial, son chiffre d'affaires a grimpé de 40% au deuxième trimestre.

En revanche, et c'est peut-être une bonne nouvelle pour les magasins physiques contraints de fermer mais qui peuvent faire du click&collect, et pour les concurrents français d'Amazon en ligne, le premier confinement a beaucoup profité aux enseignes qui ont pignon sur rue. Les ventes en ligne des Fnac, Darty, Cultura et autres ont progressé de 83% en moyenne par rapport à 2019, grâce au transfert d'une partie du chiffre d'affaires de leurs magasins physiques sur internet. Une tendance qui s'est poursuivie après le déconfinement.

Sylvain Rolland

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 04/11/2020 à 13:35
Signaler
Covid ou pas, les clients se seraient jetés sur amazone, surtout bien plus pratique! Petit commerce? je rigole, leurs maires ont interdit le stationnement gratuit dans leur fichue ville comme si un immense panneau marquait à l'entrée: vous n'êtes pl...

à écrit le 04/11/2020 à 13:05
Signaler
En parlant de confinement : La règle du kilomètre ne s'applique visiblement pas pour tout le monde. Ainsi, comme le raconte La Voix du Nord, dimanche 1er novembre dans la matinée, certains habitants de Tourcoing ont été surpris de voir Gérald Da...

à écrit le 04/11/2020 à 12:50
Signaler
m le 1er ministre

à écrit le 04/11/2020 à 12:44
Signaler
Suite aux refus des commerçants dans le refus de respecter les mesures gouvernementales avec un appui des élus maires plus ou moins FN les citoyens se tournent vers amazon qui livre en 24 heures avec des prix inférieurs en plus des emplois créé...

à écrit le 04/11/2020 à 10:13
Signaler
Le seul but de la fermeture des commerces non essentiels est de les faire passer rapidement au numérique ce qui supprimera ensuite les magasins physique et le paiement par cash définitivement.

à écrit le 04/11/2020 à 8:30
Signaler
Amazon à elle toute seule justifierait que tous les pays retournent massivement au protectionnisme mais comme c'est la dictature de la finance et que ce qui leur profite nuit systématiquement aux citoyens du monde on continue toujours dans cette si s...

à écrit le 03/11/2020 à 18:41
Signaler
De surcroit, attendons-nous fatalement à 3 confinements-fermetures par semestre, Pour punir les petits commerces d'etre si consciencieux et disciplinés par de stricts protocoles. Le covid se transmet, bien-sùr, par l'air de la rue.

à écrit le 03/11/2020 à 18:33
Signaler
L'objectif est clair : détruire les petites et moyennes entreprises, artisans, petits commerçants, et au passage ce qui créé du lien social, pour permettre aux multinationales étrangères, car nous n'en auront bientôt plus une seule, de contrôler l'...

le 05/11/2020 à 8:16
Signaler
Je ne pense pas que "Jupiter" veuille "détruire son peuple". Mais gouverner, dans une démocratie, n'est pas toujours facile. Mais si nous voulons, nous le peuple, aider à conserver nos petits commerces, soyons les premiers à NE PAS acheter sur Amazo...

à écrit le 03/11/2020 à 17:30
Signaler
Macron est totalement incohérent .

à écrit le 03/11/2020 à 16:40
Signaler
A croire beaucoup de monde on pourrait penser que le commerce en ligne se résume à Amazon ! Mis ce n'est pas le cas, loin de là et heureusement. Jamais on accuse Cdiscount, qui a battu tous les records, pendant le confinement (+ 40 %, mieux que Amazo...

à écrit le 03/11/2020 à 14:15
Signaler
Notre gouvernement patauge complètement, il navigue a vue et décide n'importe quoi. Nos commerçants et restaurateurs vont déposer le bilan et nos enfants payer la dette sur plusieurs générations. Le pire , c'est qu'avec ce confinement , on n'est pas...

le 03/11/2020 à 18:26
Signaler
Je pense au contraire que notre gouvernement, et en premier chef son Guide suprême , sait pertinemment où il va et comment y aller. Le problème est que le président élu par les français pour les gouverner obéit aveuglément, sans honte, sans dignité...

le 05/11/2020 à 0:15
Signaler
@panoramix, Comme tous les dirigeants politiques du monde.

à écrit le 03/11/2020 à 14:04
Signaler
Amazon remercie les petit conmercant

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.