"Apple va tirer l’ensemble du secteur de la musique vers le bas"

 |   |  1281  mots
La puissance d'Apple, considérable, risque de reléguer Deezer et Spotify au rang des poids légers pour donner une illusion de diversité, estime Bruno Boutleux, le directeur général de l'Adami.
"La puissance d'Apple, considérable, risque de reléguer Deezer et Spotify au rang des "poids légers" pour donner une illusion de diversité", estime Bruno Boutleux, le directeur général de l'Adami. (Crédits : Jean-Baptiste Millot)
Bruno Boutleux, le directeur général de l'Adami, qui gère les revenus d'artistes-interprètes, revient sur le lancement du service de streaming musical Apple Music et met en garde contre le risque de "colonisation" du secteur de la musique par les géants américains.

Que pensent les artistes de l'arrivée d'Apple dans le streaming musical avec son application Apple Music, qui s'érige en concurrent direct du leader mondial Spotify ou de Deezer ? Bruno Boutleux, le directeur général de l'Adami, qui gère les revenus de plus de 60.000 artistes-interprètes, y voit un risque pour l'ensemble du secteur de la musique. Il dénonce la mainmise des géants du Net sur le streaming musical et la relégation des actuels leaders mondiaux du marché au rang de "seconds couteaux". Il met également en garde contre la précarisation des artistes et les risques sur la diversité de l'offre musicale. Entretien.

LA TRIBUNE - Avec l'application Apple Music, Apple fait son entrée dans le streaming musical, un secteur en pleine expansion. Est-ce selon vous une opportunité ou un risque pour le secteur de la musique ?

BRUNO BOUTLEUX. Avec sa force de frappe commerciale et la puissance d'attraction de ses produits et services, Apple va attirer un nouveau public sur l'écoute de la musique en ligne, ce qui est, à première vue, une bonne nouvelle pour le secteur. L'arrivée d'Apple Music est un événement important, car Apple vient d'ériger durablement le streaming comme le modèle dominant pour la consommation de musique.

Le problème, c'est que nous craignons que cela se fasse au détriment des artistes et de la diversité de la création musicale. Les offres d'Apple tirent le secteur vers le bas et vont aboutir à un paiement au lance-pierre des artistes.

Pourquoi ? Son offre principale est de 9,99 dollars/euros par mois, comme celles de Deezer et de Spotify...

Oui, et la répartition des revenus issus des plateformes numériques entre les producteurs et les artistes, qui nous semble très déséquilibrée au détriment des artistes, pose déjà problème.

Apple tire le secteur vers le bas car il va beaucoup plus loin que Deezer et Spotify. La marque lance un forfait "familial" à 14,99 euros par mois pour 6 personnes. Selon nos calculs, chaque abonné à cette offre paiera donc 0,11 euro par mois, à partager entre tous les artistes écoutés ! Le Snep [Syndicat national des éditeurs phonographiques, ndlr] est à peine plus généreux que nous, il prévoit 0,17 euros par mois par abonné à diviser entre tous les artistes écoutés. C'est une pacotille. Apple Music peut être une opportunité pour l'industrie musicale. Mais il faut qu'il le soit pour tous les maillons de la chaîne. En réalité, il dégrade encore un peu plus la rémunération des artistes et menace donc l'écosystème.

     >> Lire: Avec Apple Music, la Pomme part à l'assaut de Deezer et Spotify

Si le gâteau du streaming grossit et qu'Apple convertit un nouveau public au streaming musical, cela ne signifie pas davantage de revenus pour les artistes ?

Non, car les revenus des artistes issus des plateformes numériques ne compensent pas ceux du disque physique. Or, le rapport de forces change. La part de marché du disque physique baisse de plus en plus au profit des ventes numériques, et du streaming en particulier. Toutes les études disent que le mouvement va s'accélérer.

L'objectif d'Apple d'atteindre 100 millions d'abonnés est colossal, mais même s'il réussit, cela ne représentera que la moitié des revenus que touchent aujourd'hui les artistes grâce au disque physique.

Le problème vient-il donc vraiment d'Apple ou du fait que l'industrie de la musique n'a pas encore trouvé comment tirer parti de la révolution numérique, qui change les usages et aboutit à une dématérialisation de la consommation de musique ?

Il est vrai que le changement des pratiques lié à la numérisation de la société pose un défi à l'industrie de la musique. Mais l'arrivée d'Apple dans le streaming met un peu plus en exergue le problème du partage des revenus entre artistes et producteurs. Lorsqu'on voit que sur un forfait payé par six personnes à 14,99 euros par mois, tous les artistes qui auront été écoutés dans le mois devront se partager entre 0,11 et 0,17 centimes, cela remet sur la table de manière urgente la nécessité de légiférer pour une équitable répartition des revenus tirés du numérique.

-

"La musique devient une colonie numérique de Google et d'Apple"

-

Comment l'arrivée d'Apple va impacter, selon vous, l'écosystème de la musique en ligne, dont les leaders mondiaux sont Spotify et le Français Deezer ?

Spotify et Deezer sont confrontés à un sacré défi. Après plus de dix ans d'incertitude sur les contours de l'industrie musicale à l'ère numérique, l'avenir est désormais clairement dessiné. Il prend la forme d'un oligopole entre Google et Apple. Google domine le streaming gratuit avec Youtube, qui avance d'ailleurs très peu sur son projet de monétisation, et Apple place ses pions sur le streaming payant avec Apple Music. La puissance d'Apple, considérable, risque de reléguer Deezer et Spotify au rang des "poids légers", des seconds couteaux, pour donner ce qui risque bien de n'être qu'une illusion de diversité.

L'arrivée d'Apple devrait, en théorie, élargir l'écosystème. Mais paradoxalement, elle marque en réalité un niveau de concentration inédit de la musique. Comme dans d'autres compartiments de la vie numérique, la musique en ligne est désormais clairement menacée par les géants américains. La musique devient une colonie numérique de Google et d'Apple.

Qu'est-ce que cela pourrait changer pour les artistes et le public ?

Il y a un vrai enjeu de diversité et de lissage des contenus accessibles au public. Que va devenir la considération pour les petits répertoires locaux comme la chanson française, le folklore irlandais, avec des opérateurs qui vont optimiser leurs offres avec leurs titres ?

Pourtant, Apple a annoncé un catalogue de plusieurs millions de titres...

Le problème des labels petits et moyens, des artistes-producteurs de répertoires originaux se pose toujours. Auront-ils leur place ? Et si oui, lorsqu'on propose des millions de titres, l'algorithme qui les gère détermine leur visibilité. La question du référencement des titres devient cruciale, tout comme les choix éditoriaux qui vont forcément mettre en avant certains titres plutôt que d'autres. On peut craindre un certain lissage, qui n'ira pas dans le sens d'une exposition équitable entre les majors et les petits artistes.

-

"Mieux réguler les plateformes d'écoute en ligne"

-

Vous parliez de la nécessité de légiférer. Justement, le gouvernement a entamé une concertation entre les producteurs, les plateformes en ligne et les organisations défendant les artistes sur la répartition de la valeur créée par l'exploitation numérique. Quelles sont vos propositions ?

Nous voulons une répartition des revenus équitable. C'est-à-dire que la rémunération des artistes soit garantie et mise en œuvre dans le cadre d'une gestion collective, comme le fait la Sacem pour les auteurs. Le système de la gestion collective existe en Espagne, avec des résultats très satisfaisants.

S'il n'est pas mieux régulé, le secteur de la musique subira le gigantisme des nouveaux opérateurs comme Apple dans un rapport de force très déséquilibré. Nous avons soumis nos propositions au médiateur nommé par Fleur Pellerin, nous espérons qu'elles ressortiront dans le rapport d'étape qui doit être rendu à la mi-juillet, avant que la question soit tranchée dans la loi "Liberté de création, architecture et patrimoine", prévue pour la rentrée.

_____

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/06/2015 à 11:10 :
En attendant pour celles et ceux qui n'ont pas peur de découvrir autre chose que la soupe commercial il y a des offres streaming telechargement illimité gratuit et légal que les médias passent sous silence http://radiofreealbemut.tumblr.com/search/trip-hop (500 album et ep de tous styles) http://play.dogmazic.net/ (50000 morceaux) https://archive.org/details/le-colibri-necrophile (30 millions de titres sur l'ensemble de ce site ?)
Réponse de le 11/06/2015 à 13:59 :
Le téléchargement gratuit illimité et légal n'existe pas. D'ailleurs c'est même précisé dans les conditions youtube que le seul moyen d'accéder au service est la lecture en ligne.
a écrit le 11/06/2015 à 9:34 :
En son temps Pascal Nègre, avait vivement critiqué l'arrivé d'iTunes, Deezer, et compagnie , on se rend compte qu'en réalité les (artistes) sont de plus en plus riches, d'après les médias, il ne leur suffit plus que d'une chanson qui rentre dans le top 50 pour leur assurer des jours tranquilles, alors M.Boutleux serait bien inspiré de se taire et de ramasser la bolée au passage, Apple a construit une machine à cash avec l'assentiment des grandes major et des artistes aussi.
a écrit le 11/06/2015 à 8:30 :
Les CD sont beaucoup trop chers. Depuis qu'ils ne peuvent plus être écoutés sur mon auto-radio, je n'en achète plus. J'écoute la radio tout bêtement. Les artistes devraient chercher à vivre principalement de leurs concerts et prestations "live", la musique en ligne ne servant qu'à les faire connaître. Je ne paierai certainement pas 15 € par mois pour écouter de la musique sélectionnée par Apple. Sinon, j'aime bien le système YouTube.
a écrit le 11/06/2015 à 1:47 :
je n'avais pas lu les autres commentaires :)
on y parle de fous, de bobos, d'engraissé, d'artiste de gauche, de millions, de bouillies musicales
Comme quoi avec la perte de sens et de la mesure, le terme de colon et donc de sa production et pas seulement sonore re:) était autoréalisateur.
Quelle farce cette comédie humaine.
Merci à tous de me faire rire
a écrit le 11/06/2015 à 1:42 :
Colonisation d'apple... rien que cela
quand les mots perdent leur sens, inutile de s'intéresser au reste des propos.
a écrit le 10/06/2015 à 21:48 :
mince, tous ces artistes de gauche vont arreter de gagner des millions!!!!!!!! alors ca ca me colle une larme !!!
a écrit le 10/06/2015 à 17:23 :
Une taxe sur la bande passante.
Une taxe sur l'abonnement (avec cotisation pour le financement des syndicats de la musique)
Une taxe sur le câble et la prise PTT
Une taxe sur les appareils electriques et électroniques
Enfin, une taxe écologique pour respecter les Grenelles
Et encore une derniere taxe pour le financement des fonds vieillesse, fonds ministériels, fonds investissement en banlieue....
a écrit le 10/06/2015 à 16:34 :
Tu m'étonnes, on se plaignait de la gourmandise des majors .....et on n'a rien trouvé de mieux de laisser une super major encore plus gourmande imposer sa loi au détriment du seul qui crée.
Maintenant si les artistes voulaient se donner la peine ils pourraient créer leur propre "coopérative" artistique et dire m.... aux majors et aux prédateurs économiques comme Apple.
a écrit le 10/06/2015 à 12:25 :
C'est peut-être un mal pour un bien. Je ne pense pas que les "jeunes", principaux consommateurs de "musique", (je mets des guillemets parce que peut-on encore qualifier de musique le rap, le RnB ou les bouillies musicales produites) vont écouter indéfiniment cette non-musique. Pour ceux à qui il restera quelque oreille, il me semble qu'ils se retourneront comme toujours vers le passé pour puiser à la source de la musique dont le Classique, le Jazz, le Blues... pour citer les principales. Il y a déjà un fort engouement pour le vinyle et je ne pense pas que ce soit une mode . Ce que j'espère surtout, c'est que la musique vivante, live, avec des musiciens sur scène reprenne sa place et se développe.
Réponse de le 10/06/2015 à 16:22 :
qui etes vous pour dire que le rap ou le Rnb ce n'est pas de la musique ? cette manière des bobo bourgeois de dire ce qui est bon d'écouter ou de faire me rend fou
Réponse de le 11/06/2015 à 10:06 :
C'est pourtant vrai. Le rap n'est pas de la musique, et s'adresse a des gens qui ne le payent pas. Faut pas s'étonner du résultat :-)
a écrit le 10/06/2015 à 12:24 :
Ben oui cher monsieur. vous avez tout fait pour que le systeme qui vous engraissait royalement ne change pas mais le numerique est arrive et plus personne n achete des CD. donc fatalement une autre offre allait debouler. et au lieu d avoir des petites societes innovantes avec lesquelles vous auriez pu vous entendre au lieu de leur faire la guerre, vous allez vous coltiner a apple qui a des milliards de $, des milliers d avocats et la preference des majors musicales qui raisonnent en part de marché et rentabilité, pas en musique ou art
Réponse de le 10/06/2015 à 19:25 :
@cd
Vous êtes dur mais ce que vous écrivez est la réalité. Des petites bagarres entre petits, donc pas de stratégie globale et on ne voit pas venir le coup du colosse quand le marché est mur.
Cordialement
a écrit le 10/06/2015 à 11:38 :
Est-ce que ce ne serait pas déjà le cas?!. Avec le streaming et compagnie on a déjà une musique type Rn'b et rap très stéréotypée et calibrée marketing sans aucune créativité. par contre cela fait de la pub pour les voitures allemandes et on voit des danseuses et étrangement les associations féministes souvent si promptes sont curieusement muettes!
a écrit le 10/06/2015 à 11:32 :
C'est une honte! je déteste Apple.
Réponse de le 11/06/2015 à 7:43 :
On comprend pourquoi la société se vante de ne pas revendre nos données personnelles vu tous les secteurs économiques ou elle s'implique elle n'a aucune raison de "partager" elle se les garde exclusivement pour elle.
a écrit le 10/06/2015 à 11:27 :
Pauvre chou... Tous ces "ayants-tous-les-droits" qui se sont payé la tête des "n'ayant-aucun-droit" durant des années et découvrent subitement qu'ils n'en ont plus aucun ... c'est bête hein ?
Réponse de le 11/06/2015 à 1:15 :
quoi?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :