Spotify : une nouvelle levée de fonds pour s'armer face à la concurrence ?

 |   |  420  mots
La première plateforme d'écoute musicale au monde comptait en janvier quelque 60 millions d'utilisateurs, dont un quart sont abonnés à la version sans publicité pour 9,99 dollars par mois (9,99 euros en France).
La première plateforme d'écoute musicale au monde comptait en janvier quelque 60 millions d'utilisateurs, dont un quart sont abonnés à la version sans publicité pour 9,99 dollars par mois (9,99 euros en France). (Crédits : reuters.com)
La plateforme d'écoute de musique en streaming se verrait valorisée plus de 8 milliards de dollars après une nouvelle levée de fonds, d'après le Wall Street Journal. Face au numéro un mondial, la concurrence se fait de plus en plus présente.

Le site suédois de streaming musical Spotify pourrait voir sa valorisation grimper à 8,4 milliards de dollars (7,9 milliards d'euros) alors qu'il serait sur le point de conclure une nouvelle levée de fonds de 400 millions de dollars, a rapporté vendredi 10 avril le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier.

La banque d'affaire américain Goldman Sachs et un fonds souverain d'Abou Dhabi figureraient parmi les investisseurs, écrit le journal économique. Ce nouveau tour de table, qui devrait être conclu "dans les prochaines semaines", permettrait à Spotify de doubler sa valorisation, après sa précédente levée de fonds de 250 millions en novembre 2013.

15 millions d'abonnés mais aucun bénéfice

La première plateforme d'écoute musicale au monde comptait en janvier quelque 60 millions d'utilisateurs, dont un quart sont abonnés à la version sans publicité pour 9,99 dollars par mois (9,99 euros en France). Le succès du site lui a permis d'engranger en 2013 un chiffre d'affaires en hausse de 74% en 2013, à 746,9 millions d'euros, et les analystes de la banque d'affaires Manhattan Ventures Partners tablent sur 1,22 milliards d'euros de recettes en 2014.

Pour autant, Spotify n'a enregistré aucun bénéfice depuis sa création en 2008, hormis dans certains pays comme la France. L'entreprise, qui a perdu 57,8 millions d'euros en 2013, consacre près de 70% de ses revenus aux détenteurs des droits de ses musiques, souligne le Wall Street Journal.

Montée en puissance de la concurrence

Alors que le streaming musical a dépassé les ventes de CD en 2014 aux États-Unis, atteignant les 27% de part du marché de la musique, la concurrence se multiplie dans le secteur qui compte notamment le français Deezer, présent aux États-Unis depuis septembre, parmi ses acteurs majeurs.

     | Lire La Fnac se lance dans le streaming, Deezer et Spotify dans le viseur

La plateforme de vidéos en ligne Youtube a ainsi lancé en fin d'année Youtube Music Key, une offre d'abonnement qui permet à l'auditeur d'échapper aux publicités. Apple prépare pour cet été son propre service d'écoute musicale sur les bases de Beats Music, du nom du fabricant de casques racheté 3 milliards de dollars. Et même le chanteur/producteur/business man Jay Z a tenté l'aventure avec le lancement en grande pompe de Tidal, qui propose un abonnement classique à 9,99 dollars par mois et un "premium", plus cher (19,99 dollars), permettant d'accéder à des sons de meilleure qualité. Au vu de l'accueil pour le moins froid reçu par ce nouveau service, beaucoup misent d'ores et déjà sur son échec.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :