Ce navigateur ne vous piste pas et veut défier le modèle publicitaire sur Internet

 |   |  660  mots
(Crédits : Capture d'écran)
Fondé en 2016, Brave est un navigateur qui "bloque par défaut le pistage, et donc la plupart des publicités", comme l'explique son créateur, Brendan Eich, inventeur du langage JavaScript.

Chez les programmeurs, Brendan Eich est connu comme l'inventeur de Javascript, le langage qui rend le web interactif mais permet aussi ses dérives. Avec son dernier produit nommé Brave, l'informaticien veut mettre fin au pistage et réinventer la publicité sur internet.

Fondé en 2016, Brave est un navigateur qui permet donc de consulter des sites internet. "Il ressemble à une version très rapide de (Google) Chrome" et utilise d'ailleurs la base technique de son principal concurrent.

Mais, à sa différence, "il bloque par défaut le pistage, et donc la plupart des publicités", explique son fondateur californien, Brendan Eich, lors d'un entretien à l'AFP en marge du Web Summit, sommet européen de la tech tenu cette semaine à Lisbonne.

Lire aussi : Pourquoi le marché de la publicité digitale ne s'est jamais aussi bien porté

Confidentialité sur internet

"Les gens n'aiment pas se sentir observés. Ils ont l'impression que quelqu'un les harcèle, ils se sentent floués. [...] Il y a une prise de conscience de l'importance de la confidentialité sur internet, non seulement grâce aux révélations d'Edward Snowden, mais aussi à cause de ces publicités qui vous poursuivent", assure-t-il.

Lire aussi : Streaming, écrans connectés... comment les publicitaires vous observent à travers votre télé

Et cet ensemble de techniques "peuvent également être utilisés à de mauvaises fins, pour la fraude publicitaire, la distribution de logiciels malveillants ou la guerre psychologique comme dans le scandale Cambridge Analytica". Cette firme britannique a récupéré les données de 87 millions d'utilisateurs de Facebook pour mener des campagnes de manipulation politique, notamment aux États-Unis lors la présidentielle de 2016 ou lors du référendum sur le Brexit.

Loin de se contenter de faire disparaître les publicités, Brendan Eich, qui a passé toute sa carrière à développer des navigateurs internet - de Netscape à la Mozilla Corporation (Firefox) dont il a été le directeur technique - souhaite les réinventer.

Publicité consentie

"Nous pensons qu'il y a une meilleure façon de faire de la pub. Elle est privée, basée sur le consentement, et n'implique aucun traitement de données à distance et permet de rétribuer l'utilisateur", s'enthousiasme Brendan Eich.

Le logiciel Brave intègre en effet sa propre cryptomonnaie, nommée Jeton d'Attention de Base (BAT en anglais), que les internautes gagnent en acceptant de regarder des publicités, mais qu'ils peuvent aussi rendre aux créateurs des sites qu'ils visitent sous forme de dons, sorte de pourboires numériques ponctuels ou récurrents.

Les journaux The Washington Post, The Guardian, les sites Vice et Wikipédia font partie des partenaires, cite M. Eich. Il est également possible de récompenser le propriétaire d'un compte Twitter qui recevra un mail pour récupérer son dû. Des marques comme Intel ou Pizza Hut ont déjà expérimenté sa plateforme de publicité.

Les pubs sont toujours ciblées grâce à l'historique de navigation ou de recherche mais "tout se passe purement en local" sur l'ordinateur et aucune donnée n'est envoyée sur internet, assure Brendan Eich.

Lorsque les publicités lui sont directement adressées, l'internaute peut gagner jusqu'à 70% du prix payé par l'annonceur, le reste allant à Brave. Un média partenaire pourra aussi vendre ses espaces et récupérer l'essentiel des revenus.

Grandir pour être rentable

"Nous essayons de prouver que ce nouveau modèle peut marcher et si c'est le cas, nous travaillerons pour l'inscrire dans les standards du web", ambitionne-t-il.

Pour l'heure, la société qui compte 8,7 millions d'utilisateurs doit encore grandir pour être rentable, selon son fondateur, qui espère atteindre les 10 millions d'usagers d'ici la fin de l'année, puis le double ou le triple l'an prochain.

"Notre plan est sur le long terme. Nos utilisateurs font partie de cette minorité intransigeante qui veut un meilleur web. Ces minorités font bouger les marchés et peuvent ensuite changer les normes", veut croire Brendan Eich.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/11/2019 à 16:33 :
Tout ce qui a besoin de publicité pour être "adopté" présente toujours un"loup"! Le bouche a oreille ne leur suffit plus surtout quand il s'agit d'une start-up en quête pécuniaire! Le mot "financement" fait plus sérieux pour l'accroche d'un pigeon!
a écrit le 09/11/2019 à 12:31 :
autant les pubs intrusives sont penibles au possible, autant le tout gratuit ca n'existe pas; les bloqueurs ca existe deja, et ca marche bien
sauf que quand vous allez sur un site, on vous dit ' ok soit vous debloquez la pub, soit vous passez a notre modele sans pub, qui est payant'
et comme l'internaute ne veut pas payer, c'est vite vu
a écrit le 09/11/2019 à 12:16 :
Je l'ai testé et vite enlevé. Je pensais qu'il supprimerait l'agacante pub mobile (pop up!) sur ce site et autres et ne fonctionne pas donc à oublier.
Nulle doute qu'ils vont retravailler le site.
a écrit le 09/11/2019 à 10:58 :
Bonjour,
Il ne piste pas? C'est récent! Je l'ai abandonné, après des tests, justement parcequ'il cherche, utilise et renvoi des données a un ou plusieurs (Google fait partie des concernés).
Si il a changé, c'est bien.. Le problème est, peut il durer s'il ne montre pas patte blanche?
Cdt
a écrit le 08/11/2019 à 15:17 :
La publicité et le vol de nos données sont devenus bien trop importants pour se limiter au seul changement du navigateur internet, ça ne suffit pas du tout, il faut des systèmes d'exploitation venant de linux pour nos smartphones, des vrais pas des placebos comme Android svp.
Réponse de le 09/11/2019 à 12:33 :
c'est facile, linux est en open source
vous pouvez compiler votre noyau vous meme, avec vos preferences, c'est a la portee de n'importe qui
a écrit le 08/11/2019 à 14:53 :
La démarche n'a strictement rien de novateur. Lilo fait la même chose depuis des années et on peut aussi financer des projets via une collecte de gouttes.
a écrit le 08/11/2019 à 14:33 :
Mouais, ils proposent déjà une "cryptomonaie", le BAT pour regarder des pubs, dans deux ans ils proposeront des pubs ciblés rémunérées ....LOL....
La seule alternative fiable est QWANT !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :