Coronavirus : pourquoi les Gafa restent inébranlables

 |   |  1404  mots
(Crédits : DR)
En pleine récession provoquée par le coronavirus, les Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon) ont plus que jamais démontré leur résilience et la puissance de leurs empires. Avec plus de la moitié de la population mondiale appelée à se confiner, leurs activités ont connu un regain de croissance. En raison de leurs performances financières et boursières, le débat sur une taxation mondiale des activités du numérique a été relancé.

Même pas mal. Les Gafa ont réussi au cours du premier trimestre à encaisser sans trop sourciller les premiers ralentissements de l'économie mondiale provoquée par le coronavirus. Etant des acteurs incontournables sur leurs marchés respectifs hors période de crise, leur puissance n'a été que renforcée au cours de cette séquence.

Leurs empires reposent sur une équation de précieux atouts : une solide base mondiale d'utilisateurs couplée à une diversification de leurs activités au cours de la décennie écoulée, leur assurant une croissance insolente. Cela leur permet de s'asseoir sur des réserves massives de cash pour poursuivre les recrutements et les investissements, y compris en période de crise. Sans compter que certains pans de leurs activités peuvent être intégralement opérés à distance par leurs salariés (applications de messagerie, plateformes de streaming audio ou vidéo...), ils ont donc pu poursuivre leurs opérations en dépit des mesures de confinement.

Logiquement, alors que plus de la moitié de la population dans le monde été appelée à se confiner au cours du premier trimestre, les services dématérialisés des géants américains ont donc connu des bonds d'utilisation. A commencer par les outils de communication, comme les réseaux sociaux et les applications de messageries instantanées.

En pleine crise, Facebook lance une nouvelle appli

Facebook, qui est le leader incontesté du secteur avec 3 milliards d'utilisateurs dans le monde sur toutes ses plateformes (WhatsApp, Messenger, Instagram, et sa plateforme principale, Facebook), a vu le nombre de messages échangés exploser sur ses plateformes au cours du premier trimestre.

Lire aussi : Google ne connaît pas la crise (pour l'instant)

La firme de Menlo Park a ainsi pu observer les nouvelles de tendances de communication, comme la hausse des appels vidéo groupés à plus de trois personnes. Conséquence : Facebook a lancé en avril une nouvelle application de visioconférence, baptisée "Messenger Rooms". Pour Mark Zuckerberg, Pdg et co-fondateur du groupe, la crise provoquée par le Covid-19 est une "opportunité".

"Il y a beaucoup de choses à construire pendant des périodes comme celle-ci, donc plutôt que de freiner à fond, comme beaucoup d'entreprises pourraient le faire, c'est important de continuer à investir dans les nouveaux besoins", déclarait le jeune milliardaire fin avril, en promettant le...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2020 à 15:50 :
Mais pas encore assez puissantes pour renverser la dictature financière mondiale qui paralyse ou freine tout le monde.

Les taxer est une idiotie qui se paiera à long terme mais en l'absence de matière grise, chez nos dirigeants politiques et économiques, c'est peut être le moins pire aussi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :