La débâcle WeWork adaptée en série TV pour Apple TV+

 |   |  599  mots
Adam Neumann, l'ancien patron controversé de WeWork.
Adam Neumann, l'ancien patron controversé de WeWork. (Crédits : Reuters)
L'incroyable chute de WeWork, qui est passée à deux doigts de la faillite à l'automne dernier, en perdant 40 milliards de dollars de valorisation et en annulant son entrée en Bourse, fera l'objet d'une adaptation en mini-série pour la plateforme de streaming Apple TV+.

La réalité est parfois plus forte que la fiction. Après avoir été le feuilleton à suspense de l'an dernier dans l'univers des startups, le champion du coworking, WeWork, va devenir le sujet de la prochaine mini-série événement d'Apple TV+. Le scénario sera basé sur le célèbre podcast diffusé l'an dernier sur le réseau américain Wondery et intitulé "WeCrashed : The Rise and Fall of WeWork".

Pour mener à bien le projet, Apple a fait appel à deux vétérans de l'industrie, Lee Eisenberg (la série The Office, le film Bad Teacher et la récente série Apple Little America) et Drew Crevello (Tomb Raider, The Grudge 2), d'après le site du journal VarietyEn recherche de sujets forts pour se distinguer de ses concurrents Netflix, Amazon Prime Video ou encore Disney+, le géant de Cupertino n'a pas précisé de date pour cette mini-série événement.

Lire aussi : Après WeWork, la fin des valorisations excessives ?

Grandeur et décadence de la bulle WeWork

Il est vrai que l'histoire de WeWork n'a pas de mal à rivaliser avec les meilleures fictions. Tous les éléments sont réunis : un PDG visionnaire, Adam Neumann, mais excentrique et à la personnalité très controversée, à la fois en interne et par ses actionnaires, au point d'être éjecté fin 2019 de son entreprise avec un parachute doré de plus d'un milliard de dollars.

Une épopée capitalistique extraordinaire, qui incarne parfaitement la culture et tous les excès de la Silicon Valley : comment une simple foncière -WeWork propose à ses clients des locaux à louer à des prix attractifs, avec tout un tas de services associés pour créer une véritable communauté favorisant les interactions- a réussi à lever plus de 16 milliards de dollars et se retrouver avec une valorisation de 47 milliards de dollars début septembre 2019.

Et, enfin, une chute brutale et spectaculaire : alors que WeWork s'apprêtait à entrer en Bourse, les failles d'un modèle économique bancal -peu de barrières à l'entrée, des coûts fixes énormes- ont été exposés au grand jour et la bulle s'est subitement dégonflée. Fin octobre, WeWork ne valait "que" 8 milliards de dollars et a été sauvée de la faillite uniquement grâce au soutien de dernière minute de son actionnaire historique, le japonais Softbank, qui a réinjecté 8 milliards de dollars pour transformer l'entreprise du sol au plafond.

Lire aussi : Avec son nouveau patron, WeWork espère sortir de la spirale infernale

Un film et une autre série sur WeWork déjà dans les tuyaux

Il n'est donc pas surprenant qu'Apple TV+ se saisisse du sujet. Mais il va y avoir de la concurrence : il s'agit du troisième projet dans les tuyaux autour du destin extraordinaire de WeWork. Un autre série TV, produite par les studios Chernin Entertainment and Endeavor Content, est en préparation, sur la base d'un livre publié par les journalistes du Wall Street Journal Eliot Brown et Maureen Farrell. Cette adaptation sera écrite par le scénariste Stephen Falk, déjà connu pour la série comique You're the worst. Mais aucune chaîne de télévision ou plateforme de streaming ne s'est encore positionnée pour la diffuser.

L'autre projet en cours est un film produit par Universal et Blumhouse, qui sera écrit par le scénariste Charles Randolph, à l'origine du film The Big Short. Ce long métrage se base lui aussi sur un livre, mais qui n'est pas encore paru et qui est écrit par la journaliste Katrina Brooker.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2020 à 15:55 :
Quelle illusion toute ces entreprises ! Le Coronavirus va assener le coup fatal à toutes ces valorisations voguant sur le "partage" (mobilité, bureau, etc.). Quand le Capitalisme utilise la réthorique Maoïste pour aveugler les esprits le danger social, financier et démocratique n'est pas loin.
a écrit le 28/02/2020 à 13:32 :
Adam Neumann peut être considéré comme n'étant pas à la hauteur par les investisseurs, cela dit il repart avec 1 milliard et les investisseurs repartent les mains vides et c'est tout ce qu'il y a à retenir.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :