Pourquoi les techies de San Francisco migrent vers Austin

 |  | 1170 mots
Lecture 6 min.
Austin, Texas.
Austin, Texas. (Crédits : DR)
Entrepreneurs, investisseurs, ou simplement employés de la tech, ils sont nombreux à quitter les côtes californiennes pour les plaines du Texas. Qu’est-ce qui attire ces transfuges de la Silicon Valley vers Austin ? Témoignages.

Après une première balade à Austin, le moins qu'on puisse dire est que la ressemblance entre la capitale texane et San Francisco ne saute pas aux yeux. Ici, pas d'élégantes demeures victoriennes aux courbes élancées et aux couleurs chatoyantes, mais des bâtiments modernes, typiques des villes nouvelles comme on en trouve un peu partout en Amérique. Pas de collines, mais une ville relativement plate. Là où la cité de la Baie est souvent vantée pour ses infrastructures « à l'européenne », avec un réseau de transport tout à fait décent pour une ville américaine et de nombreux aménagements conçus pour les piétons, la capitale texane est pensée pour l'automobile. Même le climat est différent : exit les températures moyennes et le brouillard, place à une chaleur tropicale qui laisse de temps à autre place à des refroidissements brutaux.

Lire aussi : Austin, nouvelle capitale de la tech américaine ?

Coût de la vie et du travail plus abordable

C'est pourtant bien ici que de nombreux travailleurs de la tech ayant quitté San Francisco et la Silicon Valley ont choisi de se réinstaller. Neha Sampat est l'une d'entre elles. Cette entrepreneuse, créatrice et directrice générale de Contenstack, une plateforme qui permet aux entreprises de créer des applications dans le cloud, a vécu vingt ans à San Francisco avant de s'expatrier à Austin en 2019. Derrière ce choix, la volonté d'accéder à un marché du travail moins compétitif que celui de la Silicon Valley.

« Nous avons recruté un premier employé à distance basé à Austin en 2017, qui nous a ensuite aidés à recruter une dizaine d'autres talents sur place. La ville compte nombre d'ingénieurs qualifiés, et les coûts d'embauche sont de 20 à 30% moins élevés que dans la Silicon Valley. J'ai été ainsi conduite à me déplacer de plus en plus souvent à Austin, jusqu'à finir par y déménager », raconte-t-elle.

S'il est possible d'y recruter des talents pour moins cher que dans la Baie, s'installer à Austin implique également une baisse considérable des dépenses. Une pizza commandée dans un restaurant coûte une dizaine de dollars, environ deux fois moins qu'à San Francisco. Les techies voient également leur feuille d'impôt se réduire, le Texas ne taxant pas les revenus individuels, là où le taux d'imposition californien peut monter à 12,3 %.

Mais c'est surtout l'immobilier qui rend Austin si attractif pour les transfuges de la Silicon Valley. Le marché de San Francisco est le plus cher d'Amérique, et un simple deux-pièces en centre-ville peut coûter plus d'un million de dollars. La capitale du Texas est, elle, beaucoup plus abordable. Ainsi, avec les revenus tirés de la vente de son logement à San Francisco, Neha Sampat a-t-elle pu acheter une maison deux fois et demie plus grande, avec piscine, dans un quartier proche du centre.

Les prix d'Austin tendent certes à augmenter à mesure que la ville se développe économiquement et que des ingénieurs au portefeuille bien garni s'y installent. Au cours de son séjour sur place, l'auteur de cet article a sans cesse entendu les habitants parler de maisons qui se sont arrachées pour un prix supérieur à celui du marché quelques instants à peine après leur mise en vente. Mais même dans ces circonstances, la ville reste (pour l'heure) bien meilleur marché que San Francisco.

Du pain béni pour les investisseurs

Pour un investisseur, l'écosystème d'Austin présente un autre avantage : celui de comporter un large panel de startups prometteuses, avec encore un faible nombre d'investisseurs qui s'y intéressent. Ainsi, là où les fonds d'investissement de la Silicon Valley sont en guerre permanente les uns contre les autres pour repérer la prochaine jeune pousse prometteuse sur un marché ultra-compétitif, ceux qui décident de se tourner vers Austin ont au contraire l'embarras du choix, selon Mike Erwin, cofondateur du fonds Ecliptic Capital, basé à Austin.

« La Silicon Valley compte trop de dollars qui chassent un trop petit nombre de jeunes pousses : même si l'écosystème entrepreneurial est bien évidemment très riche, il y a tellement de capital disponible que les fonds d'investissement se marchent dessus. Au Texas, c'est l'inverse, on a un écosystème florissant, très dynamique, et encore complètement sous-capitalisé, car sous-estimé, même si c'est aujourd'hui en train de changer », analyse-t-il.

Plus centrale que San Francisco, la capitale texane a aussi pour avantage d'être à trois heures de vol de la côte est et de la côte ouest, ce qui, dans un écosystème américain qui se décentralise de plus en plus, représente un atout indéniable pour les investisseurs déterminés à visiter régulièrement les nouveaux hubs innovants répartis sur le territoire, mais aussi pour les dirigeants d'entreprise dont les équipes sont disséminées dans différentes villes.

Risque de déchanter

Si de nombreux transfuges de Californie sont ravis de leur nouvelle existence dans le Lone Star State, certains ne tardent pas à déchanter. Dans une tribune publiée sur Business Insider en janvier dernier, Brett Alder, californien relocalisé à Austin, explique pourquoi il a amèrement regretté son choix, blâmant la météo, les embouteillages, le conservatisme ambiant et les écoles gérées comme des « académies militaires ». Il a depuis refait ses valises et trouvé un travail dans une entreprise de semiconducteurs installée dans la région de la Baie.

Si Neha Sampat ne regrette pas son choix, elle souligne elle aussi certains problèmes que la municipalité doit encore résoudre, notamment en matière d'infrastructures. « Les options en matière de transport public sont limitées, de sorte que les embouteillages sont monnaie courante, même en ce moment, alors que nombre de personnes travaillent de chez elles », confie-t-elle. Des initiatives sont actuellement mises en place pour diversifier le parc de transports et désengorger les routes : voté en novembre, le Project Connect vise à déployer davantage de bus ainsi qu'une ligne de train entre le centre-ville et l'aéroport.

Mais le principal défi qui attend Austin consiste à sauvegarder son coût de la vie raisonnable et sa culture bohème à mesure que l'industrie des nouvelles technologies s'implante sur place. « À San Francisco, toutes les conversations tournaient en permanence autour de la tech, ce qui finissait par devenir un peu lassant. À Austin, les habitants ont d'autres hobbys, on rencontre des acteurs, des musiciens, des scénaristes... C'est très stimulant », raconte Neha Sampa. La pandémie a toutefois porté un coup brutal à l'industrie artistique locale, tout en donnant à l'inverse un solide coup de pouce à celle des nouvelles technologies, accélérant ainsi des tendances de fond déjà à l'œuvre. À voir si la réouverture de l'économie, à laquelle le Texas s'adonne aujourd'hui à vive allure, permettra de rééquilibrer les choses.

Lire aussi : « Austin va devenir un centre majeur de la tech dans les dix prochaines années »

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/03/2021 à 8:43 :
Il y a forcément de nombreux états qui ne font pas payer ou peu d'impôts aux société, on est aux états unis là, ce qui est profondément regrettable c'est surtout cet effet de mouvement de masse pour ces gens qui devraient incarner des actions économiques progressistes et donc normalement non prévisibles, ce qu'ils ont fait jusqu'à présent mais visiblement leurs valeurs boursières explosant régulièrement commencent à peser lourdement sur leur dynamisme et leur créativité.

" L'argent ah ! Maudite engeance ! Fléau des humains !" Sophocle

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :