Elections américaines : malmenée par Trump et par Biden, la Silicon Valley reste démocrate

 |  | 1826 mots
Lecture 10 min.
Si Biden n'a rien d'un champion de la Silicon Valley, il apparaît incontestablement comme un moindre mal face à l'éventualité d'un second mandat de Trump.
Si Biden n'a rien d'un champion de la Silicon Valley, il apparaît incontestablement comme un moindre mal face à l'éventualité d'un second mandat de Trump. (Crédits : DR)
Si Joe Biden a haussé le ton à plusieurs reprises face aux Gafam et promet de réduire l'influence de l'industrie des nouvelles technologies, il demeure bien plus populaire que son rival dans la Silicon Valley.

À l'heure où l'échéance présidentielle américaine approche, tous les regards se braquent sur les « swing states », ces états qui votent tantôt républicain, tantôt démocrate, et qui déterminent souvent le résultat final de l'élection. En 2016, Donald Trump l'a ainsi emporté sur Hillary Clinton en s'imposant d'une courte tête en Pennsylvanie, dans le Michigan et en Floride, trois états où Biden a désormais de bonnes chances de gagner. La Californie, par contraste, offre peu de suspens, tant le Golden State semble acquis à la cause démocrate. Et au sein de cet état parmi les plus progressistes de l'Union, San Francisco et sa région, où se trouve la Silicon Valley, penchent encore plus à gauche que la moyenne. Lors de la dernière élection, Hillary Clinton a ainsi remporté 85% des suffrages à San Francisco, contre seulement 9% pour Donald Trump.

Lire aussi : La Silicon Valley, pas si cool à l'égard des femmes et des minorités

L'argent de la Silicon Valley à 95% pour Joe Biden

Pour cette nouvelle échéance, la préférence de la Silicon Valley pour Joe Biden ne fait guère de doutes. Une récente analyse menée par le magazine américain Wired conclut ainsi que 95% des donations effectuées par les employés de six grandes entreprises des nouvelles technologies (Alphabet, Amazon, Apple, Facebook, Microsoft et Oracle) sont allées au candidat démocrate. Les employés de Google se sont montrés les plus généreux en la matière, versant un total de 1,8 million de dollars à Biden.

Plusieurs dirigeants d'entreprises ont suivi leur exemple. Dustin Moskovitz, cofondateur de Facebook et désormais CEO d'Asana (un gestionnaire de communication d'équipes), Laurene Powell Jobs, entrepreneuse et ex-femme de Steve Jobs, ou encore Mark Pingus, le fondateur de Zynga (un développeur de jeux vidéos sur les réseaux sociaux), ont ainsi tous donné le maximum légal (620 600 dollars) lors d'une levée de fonds organisée pour Joe Biden en avril dernier. Et si, de Mark Zuckerberg à Jeff Bezos en passant par Elon Musk, les milliardaires de la tech les plus célèbres ne se sont publiquement prononcés en faveur d'aucun candidat, on peut aisément deviner leurs...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/11/2020 à 8:26 :
biden ou trump, ce sera drole si le bidochon US est elu, de constater le depit de certains pro-trump.
On attend avec impatience le resultat du match. Comme disent les Brit, "wait and see".
a écrit le 03/11/2020 à 8:17 :
Une nouvelle fois, j'ai été censuré donc je remets ma contribution d'hier

Bernardino a écrit le 02/11/2020 à 16:14:

Il faut savoir raison garder et se baser sur des faits et non pas sur des impressions. Les cours des GAFAM ont été multipliés par au moins 5+ depuis 4 ans ans donc je ne crois pas que le Président Donald Trump a fait quelque chose contre ces entreprises. De plus,
- il a baissé l'IS aux EU et les GAFAM paient beaucoup d'impôts, malgré tout ce qui est écrit (voir rapports annuels et Form 10-Q)
- il a permis le rapatriement aux EU de sommes considérables détenus à l'étranger par les GAFAM à un taux IS préférentiel.
Cordialement
a écrit le 02/11/2020 à 16:14 :
Il faut savoir raison garder et se baser sur des faits et non pas sur des impressions. Les cours des GAFAM ont été multipliés par au moins 5+ depuis 4 ans ans donc je ne crois pas que le Président Donald Trump a fait quelque chose contre ces entreprises.
De plus,
- il a baissé l'IS aux EU et les GAFAM paient beaucoup d'impôts, malgré tout ce qui est écrit (voir rapports annuels et Form 10-Q)
- il a permis le rapatriement aux EU de sommes considérables détenus à l'étranger par les GAFAM à un taux IS préférentiel.
Cordialement
a écrit le 02/11/2020 à 12:26 :
plus de 65% des financements de campagne provenant des entreprises cotées au Dow Jones sont allés à Biden.

Manifestement le mode de gouvernance guerrier de Trump n'est plus aussi apprécié qu'auparavant.
La Chine est un adversaire plus coriace que ce que Trump imaginait et le coronavirus est indifférent aux insultes.
a écrit le 02/11/2020 à 8:38 :
Ben oui puisque BIDEN c'est le BIEN, c'est le progrès, c'est l'humanisme contre TRUMP qui lui est le MAL, c'est le racisme, c'est rétrograde, c'est méchant.

Grotesque comme la plupart de vos articles concernant ces élections américaines, vous avez gaspillé du temps et de l'argent là dessus vu la m.. que vous nous aurez proposé.

Le journalisme français s'est encore totalement ridiculisé sur les présidentielles américaines, peut-être un jour comprendront ils que soit ils font ça bien soit ils ne le font pas du tout.
Réponse de le 02/11/2020 à 9:22 :
@ citoyen blasé
Trump, c'est quand même le degré Zéro de la politique.
L'appétence d'une partie du peuple Américain pour Trump en dit long sur le niveau d'éducation (intellectuel?)de cette frange de population généralement pro armes... vulgaire...
Réponse de le 02/11/2020 à 16:45 :
Entièrement d'accord avec Citoyen blasé.
C'est une répétition général de la propagandes des médias américains tous contre Trump pour imoser au monde un senil corrompu.
Lamentable.

Je pensais que la tribune différait des autres médias mais je déchante
Réponse de le 02/11/2020 à 17:58 :
Marylin Manson ? Ah enfin un soutien de choix !

Bravo pour votre français je suis touché !

:-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :