Rachat de Twitter : Elon Musk utilise les accusations d'un lanceur d'alerte pour justifier son abandon

Dans une nouvelle lettre adressée à Twitter, Elon Musk invoque les accusations formulées par l'ancien chef de la sécurité de l'entreprise, Peiter Zatko, pour justifier l'abandon de son projet de rachat. Des dénonciations que le milliardaire américain considère comme des arguments complémentaires dans le bras de fer qui l'oppose depuis bientôt deux mois au réseau social.
« Des allégations portant sur certains faits ont fait surface et fournissent des raisons supplémentaires et distinctes pour mettre fin à l'accord de rachat », d'après l'un des avocats d’Elon Musk.
« Des allégations portant sur certains faits ont fait surface et fournissent des raisons supplémentaires et distinctes pour mettre fin à l'accord de rachat », d'après l'un des avocats d’Elon Musk. (Crédits : BRENDAN MCDERMID)

Elon Musk ne s'est pas fait prier. Moins d'une semaine après la révélation du document dans lequel Peiter Zatko, ancien chef de la sécurité de Twitter, accuse le réseau social d'avoir dissimulé des vulnérabilités dans son système de protection, et menti sur sa lutte contre les faux comptes, le milliardaire américain invoque ces dénonciations pour justifier l'abandon de son projet de rachat, annoncé initialement début juillet.

« Des allégations portant sur certains faits, connus de Twitter avant ou au 8 juillet 2022, mais non divulguées aux partis représentant Musk avant ou à cette date, ont depuis fait surface et fournissent des raisons supplémentaires et distinctes pour mettre fin à l'accord de rachat », a écrit Mike Ringler, l'un des avocats d'Elon Musk, dans un courrier adressé au responsable juridique de Twitter daté de ce lundi 29 août et rendu public aujourd'hui par le gendarme boursier américain, la SEC.

L'avocat évoque ici les faits reprochés par Peiter Zatko à Twitter. Les affirmations de ce dernier, qui se présente comme un lanceur d'alerte, ont été envoyées à deux régulateurs américains ainsi qu'au ministère de la Justice le mois dernier. Un document de 84 pages qui a été révélé la semaine dernière par le Washington Post et CNN.

Lire aussiTwitter dans la tourmente suite aux graves accusations d'un lanceur d'alerte, Elon Musk se frotte les mains

Des arguments en plus

L'avocat du patron de Tesla précise que ces nouveaux éléments ne sont, selon lui, pas nécessaires pour justifier la rupture du contrat, mais constituent des arguments en plus « au cas où la notice de rupture du 8 juillet était jugée invalide, quelle qu'en soit la raison ».

Elon Musk a également déposé un document auprès du gendarme de la Bourse américaine, la SEC, pour l'avertir de raisons supplémentaires justifiant l'abandon de l'acquisition.

Pour rappel, début juillet, Elon Musk avait annoncé rompre l'accord de rachat passé avec le conseil d'administration de Twitter, accusant l'entreprise de ne pas avoir respecté ses engagements en ne communiquant pas le nombre exact de comptes inauthentiques et de spams. Cette décision avait conduit Twitter à poursuivre l'entrepreneur milliardaire pour le contraindre à honorer les termes de l'accord. Un procès, qui doit durer 5 jours, débutera le 17 octobre devant un tribunal spécialisé du Delaware.

Lire aussiDans sa plainte, Elon Musk accuse Twitter d'avoir « masqué la vérité » sur le nombre de comptes monétisables

Aucune volonté de « nuire à Twitter »

Selon Dan Ives de Wedbush Securities, les accusations de Peiter Zatko, à quelques semaines du procès, sont potentiellement « une immense victoire pour Musk qui pourraient rendre le dossier de Twitter plus compliqué ». Pour l'analyste, ce développement est susceptible de pousser les deux partis à négocier et trouver un compromis avant le 17 octobre, qui pourrait prendre la forme d'un rachat de Twitter par Elon Musk à un prix renégocié à la baisse.

L'équipe juridique d'Elon Musk en a bien conscience et a justement demandé à Peiter Zatko de fournir des documents et de témoigner dans le cadre de cette procédure. Cette demande a été acceptée par les avocats de l'ancien responsable de Twitter, tout en précisant que sa participation serait « involontaire ».

Peiter Zatko « n'a pas alerté les autorités compétentes pour favoriser Musk ou affaiblir Twitter », ont assuré ses conseils, « mais pour protéger le public américain et les actionnaires de Twitter ».

Lire aussiPour s'extirper de l'accord de rachat, Elon Musk met la pression sur l'ex-patron de Twitter

Elon Musk et ses avocats réclament à Peiter Zatko tous les documents et communications en sa possession relatifs « à l'impact et aux effets des faux comptes et spams sur l'activité de Twitter ». La période considérée va du 1er janvier 2019 à la date de réception de l'assignation. Autre demande, ils réclament tout document lié à la mesure du nombre d'utilisateurs actifs quotidiens monétisables (mDAU), un indicateur clé de la performance du groupe.

De plus, le milliardaire souhaite obtenir les traces écrites de présentations que Peiter Zatko aurait faites à la direction concernant les risques de cyberattaques et les failles du système informatique de Twitter. Il se dit, en outre, intéressé par tous documents et communications « relatifs à des tentatives de Twitter de cacher ses failles de sécurité aux investisseurs, aux régulateurs et au public », ainsi qu'à toute trace d' « activité illégale » au sein de la société.

Autant d'informations qui intéressent le patron de Tesla, qui affirme avoir renoncé à acquérir Twitter parce que la société lui a menti sur la proportion de ces faux comptes et spams sur le réseau social.

Lire aussiCraignant d'être forcé d'acheter Twitter, Elon Musk vend pour près de 7 milliards de dollars d'actions Tesla

(Avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 31/08/2022 à 9:03
Signaler
Que le mensonge soit chose commune au sein des affaires financières de ce genre n'est pas nouveau, qu'il soit déballé sur la place publique l'est nouveau par contre.

à écrit le 30/08/2022 à 19:05
Signaler
Pendant ce temps après la censure de Trump par Agrawal sur Twitter, c'est au tour de Pichai sur Google Play et possiblement Nadella sur le Microsoft Store... Manifestement la silicon valley est contrôlée par des mégalos asiatiques pratiquant l'...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.