Streaming : ce que Disney concocte pour s'imposer face à Netflix

 |   |  887  mots
La plateforme de streaming Disney + doit être disponible aux Etats-Unis courant 2019.
La plateforme de streaming Disney + doit être disponible aux Etats-Unis courant 2019. (Crédits : Capture d'écran / Disney +)
Le géant américain du divertissement s'apprête à lancer sa plateforme de streaming vidéo, baptisée Disney +, courant 2019. La firme de Mickey Mouse dit vouloir miser "sur la qualité" des contenus, plutôt que sur la quantité. Selon JP Morgan, Disney pourrait séduire 160 millions d'abonnés dans le monde.

Disney prépare son grand saut dans l'univers du streaming. Baptisée Disney +, sa plateforme de vidéo à la demande doit être disponible courant 2019 aux États-Unis, avant de s'attaquer à l'international. La firme de Mickey Mouse, qui distille les informations au compte-gouttes, a défini ce lancement comme "la plus grande priorité de l'entreprise pour cette année".

Bob Iger, Pdg de Disney, a annoncé jeudi lors d'une discussion avec les investisseurs que la collection complète des films Disney serait disponible sur la plateforme. Le patron de la firme de Mickey Mouse faisait référence au fameux "caveau de Disney", qui comprend plus d'une trentaine de films depuis les années 1920, dont les classiques Roi Lion, Bambi et Belle et la Bête. Le "caveau" est la technique utilisée par Disney depuis sa création, pour créer artificiellement une pénurie de ses films avec des rééditions extrêmement limitées.

"Rapidement après le lancement, le service accueillera l'entièreté du catalogue Disney motion picture, comprenant les films traditionnellement gardés dans le '"caveau" et ressortis ponctuellement", a confié Bob Iger, rapporte le site spécialisé Polygon.

Disney récupère son catalogue auprès de Netflix

Le géant du divertissement devrait mettre en avant sur sa plateforme cinq de ses marques-phares, à commencer par Disney et ses grands dessins animés incontournables. La firme américaine proposera également les œuvres de Pixar (Toys Story, Cars...), acquis en 2006. Les superhéros de Marvel, et l'univers Star Wars (produit par la société Lucasfilm, racheté en 2012) sont aussi présentés comme des futures vaches à lait pour le service de streaming. Enfin, Disney + proposera la chaîne de documentaires National Geographic, captée dans le cadre du rachat, l'été dernier, de 21st Century Fox pour 71,3 milliards de dollars.

Dans cette optique, Disney a décidé de récupérer l'intégralité de son catalogue qui dormait sagement chez Netflix. Disney s'attend à perdre 150 millions de dollars à cause de la cessation de contrats de licence avec Netflix cette année, a rapporté CNBC ce mardi.

"Nous avons le luxe de programmer ce service avec nos marques et dérivés, ce qui crée évidemment une demande et nous donne la possibilité de ne pas nécessairement miser sur la quantité, mais sur la qualité", estimait en août dernier Bob Iger auprès de Variety.

100 millions de dollars pour sa première série originale

Pour séduire les spectateurs, les plateformes de streaming se livrent à une guerre du contenu. Le challenge est identique pour tout le monde : proposer un large choix de programmes - y compris des contenus sous licence (vieux films, séries populaires comme "Friends") - mais aussi des programmes originaux pour se distinguer de la concurrence. C'est pourquoi Netflix ne lésine pas sur les moyens. Leader mondial du streaming vidéo avec 139 millions d'abonnés (+25,9% sur un an), il a déboursé 12 milliards de dollars en 2018 pour ses contenus, d'après les dernières estimations.

Si aucun budget global n'a été annoncé du côté de Disney, le New York Times dénombrait en août déjà "au moins" neuf films originaux en cours de production, avec un budget allant de 20 à 60 millions de dollars. Les films sortant au cinéma seront disponibles sur la plateforme "dans l'année", selon Bob Iger. Pour ses premières productions originales, qui auront la lourde charge de déclencher des abonnements, Disney mise sur des valeurs sûres. Annoncée en grande pompe, la première série Star Wars, baptisée The Mandalorian, sera réalisée par Jon Favreau (Iron Man, Le livre de la jungle...). La série dispose d'un budget de 100 millions de dollars pour 10 épisodes, toujours selon le NYT.

JP Morgan table sur 160 millions d'abonnés pour Disney

2019 est annoncée comme l'année du grand chamboulement pour le streaming vidéo, avec le lancement d'offres de nombreux poids lourds, dont Comcast (qui aura le catalogue de NBC Universal - Dreamworks - Sky UK), AT&T (qui détient Warner Media, HBO, Cinemax, CNN, Warner Bros et DC Comics) et Apple. Ces nouveaux entrants entendent bien se livrer une guerre de prix pour chambouler les acteurs déjà installés, comme Netflix et Amazon Prime Video.

Sans communiquer précisément le prix de ses abonnements, Disney promet depuis août que son service sera proposé à un tarif sensiblement inférieur à celui de Netflix, compris entre 9 et 16 dollars aux États-Unis. Le géant du divertissement s'apprête à devenir un adversaire de taille dans le streaming. À terme, Disney pourrait séduire 160 millions d'abonnés dans le monde, selon une note de JP Morgan consultée par CNBC ce mercredi. Pour rappel, Netflix en revendiquait 139 millions fin 2018.

"Il existe aujourd'hui davantage de plateformes de streaming vidéo qu'il n'en restera à terme. Mais nous ne doutons pas que Disney + restera sur la liste des services devant prévaloir à long terme", écrit JP Morgan. "Notre confiance dans le succès résilient de Disney + provient de la reconnaissance inégalée de sa marque, de son contenu premium complet et de son écosystème sans précédent pour commercialiser son service."

Lire aussi : Netflix creuse sa dette, mais ce n'est pas un problème pour Morgan Stanley

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/03/2019 à 9:15 :
Dysney est grotesque à chercher à concurrencer netflix qui déjà rien que dans la mentalité lui est largement supérieur, ils feraient mieux de gérer leurs droits d'auteurs et donc leurs stocks d’œuvres financièrement, c'est la mode et c'est assuré de leur rapporté un paquet de pognon chaque année.

Dysney face à netflix ça fait un peu penser à Ma Sorcière Bien Aimée face à Black Mirror.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :