YouTube durcit le ton face à l'essor des "challenges" vidéo dangereux

 |   |  489  mots
Youtube, filiale vidéo de Google, a mis à jour ses règles d'utilisation qui proscrit explicitement les vidéos incitant à réaliser des défis dangereux, comme avaler de la lessive ou conduire les yeux bandés.
Youtube, filiale vidéo de Google, a mis à jour ses règles d'utilisation qui proscrit explicitement les vidéos incitant à réaliser des défis dangereux, comme avaler de la lessive ou conduire les yeux bandés. (Crédits : Dado Ruvic)
Le film d'horreur "Bird Box", sorti il y a quelques semaines sur Netflix, aurait relancé le phénomène des "challenges" vidéo dangereux sur YouTube. La plateforme de Google a décidé d'interdire formellement ce type de contenus et donne deux mois aux YouTubeurs pour s'adapter.

YouTube s'attaque aux "challenges" vidéo jugés dangereux. La filiale vidéo de Google, utilisée par 1,9 milliards d'utilisateurs tous les mois, a actualisé mardi 15 janvier sa politique d'utilisation pour mieux lutter contre les vidéos incitant à réaliser des défis dangereux, comme avaler de la lessive ou conduire les yeux bandés.

Ces vidéos, généralement très virales, font florès sur Internet depuis plusieurs années déjà. Ce type de farces ou de "challenges" sont déjà indirectement interdits sur YouTube, qui prohibent "les contenus incitant à la violence et à des activités dangereuses"Mais la plateforme a décidé de les interdire explicitement en consacrant une section spécifique dans ses règles d'utilisation. En cause : le film "Bird Box", sorti il y a quelques semaines sur Netflix, a récemment inspiré des défis en vidéo consistant à faire toutes sortes d'activités les yeux bandés - comme conduire -, à l'instar des personnages du film.

« YouTube abrite beaucoup de (vidéos) virales de défis ou de farces très populaires mais nous devons être sûrs que ce qui est drôle ne dépasse pas les bornes en étant dangereux », a écrit la plateforme mardi sur le forum officiel "YouTube Help" destiné aux créateurs de contenus.

Lire aussi : YouTube est-il incapable de modérer ses contenus ?

"Ces challenges n'ont pas leur place sur YouTube"

La plateforme a donc mis à jour ses règles « pour qu'il soit clair que nous interdisons les défis présentant un risque de danger grave ou de mort, et les farces qui font penser aux victimes qu'elles sont en grave danger ou qui peuvent pousser des enfants à vivre un stress émotionnel violent » pouvant « les traumatiser à vie », dit encore ce billet de YouTube, qui laisse deux mois aux créateurs pour s'adapter.

A titre d'exemples, YouTube cite le "Fire challenge" (s'asperger de liquide inflammable avant d'y mettre le feu) ou le "Tide pod challenge" (avaler des capsules de lessive), qui ont poussé de nombreux jeunes dans le monde à se lancer dans ce type d'activités dangereuses - au risque de se blesser gravement, voire pire. Ce type de challenge « n'a pas sa place sur YouTube », écrit le communiqué.

Ce type de vidéos est très populaire parmi les créateurs de contenus sur YouTube. Nombre d'entre eux sont réalisés par des acteurs ou des cascadeurs, mais la différence n'est pas toujours très claire pour les spectateurs - tentés de répliquer les mêmes vidéos à la maison. En mars dernier, une Américaine de 20 ans avait ainsi tué son petit-ami. La YouTubeuse avait tiré sur son compagnon à bout portant, alors qu'il se protégeait avec une encyclopédie, supposée arrêter les balles. L'homme est mort sur le coup.

Lire aussi : Vidéos : comment YouTube a atteint le milliard d'heures visionnées par jour

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/01/2019 à 17:50 :
J'en profite pour évoquer une personne Mr Hugo Lisoir qui propose depuis un an sur Youtube une émission par semaine sur l'actualité de l'espace.Et youtube veut lui supprimer son accès sans raison. Absurde.
a écrit le 16/01/2019 à 11:11 :
Si Facebook pouvait en prendre de la graine et pratiquer un vrai contrôle sur ce qui est drainé dans ses pages. Et de préférence sans faire appel à une algorithmique qui n'est pas au point mais à des lanceurs d'alerte sans complaisance.
Sans compter ses douteuses pratiques commerciales cent fois épinglées et jamais condamnées. A quand les procédures collectives à l'encontre de cette entreprise qui nuit plus qu'elle ne crée de valeur.
a écrit le 16/01/2019 à 10:28 :
"En mars dernier, une Américaine de 20 ans avait ainsi tué son petit-ami."

"Fusillade en Californie : en 2018, les Etats-Unis n’ont pas connu plus de 4 jours sans fusillade de masse" https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2018/08/27/depuis-le-1er-janvier-2018-les-etats-unis-n-ont-connu-que-81-jours-sans-fusillade-de-masse_5346640_4355770.html

Ça y est, Google en bon gros oligarque bien conservateur se met à censurer parce que Google comme tout gros et donc représentant divin dans la pensée populaire, sait ce qui est bien et ce qui est mal.

Alors qu'il est bien plus instructif et pédagogique pour eux d'enseigner à nos enfants à se méfier des images et de les armer pour le futur plutôt que de traquer les sites qui s’ouvriront, encore plus difficiles à repérer, générant cette activité.

LA pensée binaire des propriétaires de capitaux et d'outils de production massacre l'humanité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :