La Polynésie s'apprête à accueillir la première ville flottante au monde

 |   |  845  mots
De nombreuses modalités restent à régler avant que ce projet futuriste puisse voir le jour.
De nombreuses modalités restent à régler avant que ce projet futuriste puisse voir le jour. (Crédits : seasteading)
La Polynésie française a récemment donné son accord pour construire une ville flottante financée par des membres de la Silicon Valley. Ce projet utopique suscite déjà des doutes et des critiques sur la finalité réelle des investisseurs.

Le projet utopique de ville flottante se concrétise. Un protocole d'entente a été signé en décembre entre la Polynésie et l'association The Sea Steading Institute pour construire des habitats flottants au large des côtes polynésiennes . Le président de la Polynésie Édouard Fritch, qui a succédé à l'ancien dirigeant condamné Gaston Flosse, a prévu de venir à San Francisco ce vendredi 13 janvier pour signer un mémorandum. Selon un communiqué du directeur exécutif de l'association Randolph Hencken publié le 25 décembre dernier, cette signature doit permettre "de consolider notre accord pour collaborer sur le développement du projet d'habitats flottants dans le lagon de la Polynésie Française".

 Une vitrine à 50 millions de dollars

Après plusieurs années à étudier des sites qui pourraient accueillir ce projet, le Sea Steading Institute a privilégié cette collectivité d'Outre-mer qui bénéficie d'une autonomie administrative particulière. Le prototype est estimé entre 30 et 50 millions de dollars américains selon des chiffres relayés par tahiti-infos.com. D'après un communiqué de l'organisation américaine, la structure devrait être composée de "deux ou trois plate-formes flottantes, reliées entre elle". Les bâtiments flottants doivent être ancrés aux fonds marins et doivent permettre l'implantation de logements ou d'enseignes commerciales. Il est prévu que les communautés vivant sur l'île produisent leur propre énergie et traitent eux-mêmes leurs déchets comme le précise Ouest-France.

seastanding1

Crédits : Seasteading institute

D'après un premier calendrier, le projet devrait voir le jour en 2020. Pour accueillir cette réalisation, le gouvernement polynésien doit encore mettre en place un cadre législatif spécifique qui devrait être débattu en 2017.

Un projet politique qui veut s'affranchir des Etats

Derrière cette réalisation se cache un véritable projet politique mené par Peter Thiel, le fondateur de Paypal et Patri Friedman, activiste libertarien, petit-fils de l'économiste Milton Friedman. Les deux porteurs de projet souhaitent en effet s'affranchir des lois et des règles attachées aux Etats ainsi que de la fiscalité. L'icône de la Silicon Valley Peter Thiel qui a revendu Paypal quatre ans après sa création pour 1,5 milliard de dollars expliquait sa pensée dans des propos rapportés par Le Monde :

"Je ne crois plus que la liberté et la démocratie soient compatibles. [...] Je reste attaché, depuis mon adolescence, à l'idée que la liberté humaine authentique est une condition sine qua non du bien absolu. Je suis opposé aux taxes confiscatoires, aux collectifs totalitaires."

Cet ancien étudiant en philosophie qui a développé sa pensée libertarienne à l'université de Stanford en Californie avait publié un texte intitulé L'éducation d'un libertarien sur le site du groupe de réflexion libertaire Cato Institute dans lequel il précisait déjà ses idées pour son projet d'île utopique en 2009 :

"Entre le cyberespace et le cosmos, se trouve la possibilité de s'installer dans les océans. Dans mon esprit, la question de savoir si les gens vivront ici (ndlr : sur terre) est secondaire par rapport à l'arrivée des technologies permettant de faire des habitats flottants [...] Nous sommes arrivés au stade où le projet est économiquement faisable, ou le sera bientôt. C'est un risque réaliste, et c'est pour cette raison que j'ai supporté avec enthousiasme ce projet".

Celui qui se définit comme un "athée politique" pourrait ainsi concrétiser son projet d'utopie post-politique avec cette réalisation. Dans les colonnes du New-Yorker, il avait d'ailleurs résumé son idée de la politique. "Au mieux, la politique est plutôt mauvaise, et au pire, elle est affreuse. Je pense que ce serait bien si nous avions un monde moins politique".

Un projet critiqué

Le projet mené par le Sea Steading Institute a suscité de nombreuses critiques. D'abord parce que l'ONG a connu quelques échecs depuis sa mise en place comme le rappelle France TV Info. L'association avait prévu de faire construire un immense paquebot au large de San Francisco mais le projet aurait subi des déboires. Par ailleurs, l'ancien ministre du tourisme polynésien Marc Collins a évoqué dans les colonnes du Guardian il y a quelques jours, les réactions négatives et les doutes que le projet pouvait suscitait chez les insulaires :

" Les Tahitiens en ont marre et sont fatigués d'entendre parler de méga-projets qui mènent à nulle part [...] Il y a une prédisposition de la population à être prudente".

L'ancien ministre faisait allusion à " deux projets de $3,5 milliards de USD et de $1 milliard USD (un projet hôtelier et une ferme aquacole)". Marc Collins espère néanmoins que cette réalisation pourra dynamiser l'économie, en permettant aux habitants d'être en contact avec des innovateurs de la Silicon Valley et les "aider à combattre 'la fuite des cerveaux' des Tahitiens qui quittent l'île pour aller trouver du travail," précise le quotidien britannique. En attendant, de nombreuses modalités restent à régler avant que le projet puisse voir le jour.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/01/2017 à 8:37 :
amis de la Polynésie, citoyens de cette région magnifique qui fait tellement rêver ne faites pas ce que bien des pays offres à leur population la défiguration de leur environnement certainement pas pour la population mais les petits nababs locaux par la corruption puis par ceux qui sur fond de croissance alimenteront la corruption et pire augmenteront la pauvreté et feront de vous des esclaves. Le tourisme est certainement votre chance mais ne laissez pas autres ce que vous pouvez faire pour combattre la pauvreté et maintenir votre environnement, votre bien inestimable. Pensez à vos enfants ceux qui prônent cette ineptie ne sont pas vos amis mais vos futurs "patrons" qui vous feront boire dans leurs mains. Le pouvoir local ne sera qu'un supplétif de leurs maîtres extérieurs.
a écrit le 13/01/2017 à 5:54 :
Shau. La polynesie un veritable paradis!
Allez y vivre, vous changerez vite d'idee.
Un alcoolisme presque total, l'usage de pakalolo endemique, de la maltraitance sur l'enfant, des femmes battues et j' en passe. Quand il vous prend l'idee d'aller faire des courses a Tahiti, que vous rentrez chez vous, et que le fare a ete cambriole , une fois, deux fois...
Un vrai paradis a n'en point douter.
a écrit le 12/01/2017 à 18:34 :
Les thaïtiens connais pas ! Ca n'existe pas.
Tahitien oui...
a écrit le 12/01/2017 à 17:54 :
La polynésie Française un véritable paradis sur terre mais ces locations seront elles possible pour les métropolitains .
a écrit le 12/01/2017 à 17:48 :
Ce projet d'implantation d'une sorte d'état indépendant ne reconnaissant pas les lois internationales au milieu du lagon poursuit clairement un but politique aux dépends des habitants du lieu. Peuplé de milliardaires avec un pouvoir démesuré face aux iliens le résultat est clair :une colonie qui ne dit pas son nom.
a écrit le 12/01/2017 à 17:11 :
Je suis quand même étonné que rien ne soit dit sur l'impact environnemental d'une telle folie. Pas sûr que l'impact sur les fonds marins protégés sur lesquels sera ancrée cette ville soit neutre... Cette donnée écologique devrait être prioritaire...
Réponse de le 13/01/2017 à 8:53 :
les commentaires peuvent être intéressants, si l'analyse n'est pas purement sectaire car votre remarque sur les socialos.... pourrait être équivalente à celle du clan LR/UDI. La politique actuelle n'est que la continuité de la politique du tandem M. Sarkozy/ Fillon matraquage fiscal taxes et autres tout aussi confiscatoire selon votre analyse partisane . Evitez d'être sectaire dans un esprit étriqué faites une analyse et vous verrez que les différences sont à la marge. Evitez de penser que je suis un socialos... ou un LR/UDI car je paie des impôts en milliers d'euros contents pour le bien commun avec et la je suis peut- être en phase avec vous utilisés pour partie à des fins purement électoralistes, parfois pour la corruption politique et non pour le bien commun.
a écrit le 12/01/2017 à 16:37 :
Les géants du net se focalisent sur le mot liberté afin de ne pas s'éterniser sur celui d'égalité. Puis la liberté de gagner plus, bonjour ne niveau zéro.

Plus on possède et plus on est possédé nous dit Nietzsche, donc on est vraiment très loin de l'idée de liberté là, ils feraient mieux de lire des livres que des écrans tactiles à priori.

C'est vraiment à se demander qui des nouveaux milliardaires ou des anciens sont les pires.
Réponse de le 12/01/2017 à 17:20 :
@citoyen blasé: la possession de biens matériels est un sujet philosophique bien plus ancien que Nietzche. Le fait est que "mieux vaut etre riche et bien portant que pauvre malade" nous disait Francis Blanche. La jalousie des socialos-bobos ne nous mène nullement vers la liberté avec ses taxes et impôts confiscatoires obligeant les gens à travailler plus pour payer toujours plus. “C'est le jouir, non le posséder, qui nous rend heureux. ” disait Montaigne, et les socialos-bobos-communistes nous empêchent de jouir du fruit de notre travail et de nos efforts constants d'améliorer notre sort :-)
Réponse de le 12/01/2017 à 19:29 :
""mieux vaut etre riche et bien portant que pauvre malade" nous disait Francis Blanche"

Si Blanche disait cela c'était pour souligner l'inégalité flagrante entre riches et pauvres.

Je ne lis pas le reste de votre réponse qui n'a certainement aucun intérêt comme d'habitude.

Achetez vous un cerveau je sais pas moi, tentez quelque chose vous ne pouvez pas rester comme cela indéfiniment quand même hein...
Réponse de le 12/01/2017 à 22:38 :
@citoyen blasé: les inégalités sont et seront toujours là. Tu donnes 100 euros à 2 personnes et tu peux être certain que le lendemain, il y en a un qui a 150 euros, et l'autre à qui il restera 50 euros. La nature humaine est ce qu'elle est. Par conséquent, si tu crois que les socialos-bobos vont imposer leurs vues, tu te trompes lourdement En fait profites-en encore un peu parce que ton parti est sur la sortie à grands coups de pompe :-)
Réponse de le 13/01/2017 à 8:56 :
"@citoyen blasé: les inégalités sont et seront toujours là"

Ah tiens encore une prêche sortie tout droit de votre dogme néolibérale.

Elles ne sont pas une fatalité seulement une volonté des plus riches de ce monde que ça rassure de pouvoir dominer les autres.

L'empire des faibles.

"La nature humaine est ce qu'elle est. "

ET elle est comment alors ? Dites nous tout ça doit être tellement passionnant votre pensée...

"En fait profites-en encore un peu parce que ton parti est sur la sortie à grands coups de pompe"

Mon parti !? Vous parlez du NPA ? Figurez vous que je ne suis ni militant ni fan, c'est seulement le parti le moins corrompu et celui qui a le moins envie d'être installé à la présidence, rien que ces deux faits en font mon préféré mais préféré ne veut pas dire modèle.

Mais qu'est-ce que c'est pénible d'être obligé de vous répondre c'est incroyable, je suis sûr que ya des gens qui vous lisent en fait, lâchez moi svp maintenant, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :