Le gendarme américain des télécoms fusille la Silicon Valley

 |   |  518  mots
Selon Ajit Pai, qui a nommément cité Twitter, les plateformes internet, jouent un rôle beaucoup plus important que les fournisseurs d'accès pour déterminer à quel contenu les utilisateurs peuvent accéder. (Photo : Ajit Pai, auditionné le 20 juin dernier, par le Sénat américain.)
Selon Ajit Pai, qui a nommément cité Twitter, les plateformes internet, jouent un rôle beaucoup plus important que les fournisseurs d'accès pour déterminer à quel contenu les utilisateurs peuvent accéder. (Photo : Ajit Pai, auditionné le 20 juin dernier, par le Sénat américain.) (Crédits : Reuters)
Le président de la Commission fédérale des communications américaines (FCC), Ajit Pai, a qualifié mardi les grandes entreprises de la Silicon Valley de menace pour l'Internet car, selon lui, "elles bloquent le contenu qu'elles n'aiment pas".

Le bras de fer se poursuit. Le président de la Commission fédérale des communications américaines (FCC), Ajit Pai, a qualifié mardi les grandes entreprises de la Silicon Valley de menace pour l'Internet car, selon lui, "elles bloquent le contenu qu'elles n'aiment pas". Ces déclarations surviennent alors que cette même FCC a entrepris d'abroger une loi adoptée sous la présidence de Barack Obama et visant à garantir la neutralité de l'Internet en obligeant les fournisseurs d'accès à traiter tous les services en ligne de la même manière.

Selon M. Pai, qui a nommément cité Twitter, les plateformes internet, jouent un rôle beaucoup plus important que les fournisseurs d'accès pour déterminer à quel contenu les utilisateurs peuvent accéder. "Malgré toutes les déclarations affirmant que les fournisseurs d'accès peuvent décider ce que les consommateurs peuvent voir, l'expérience montre que ce sont ceux que l'on appelle 'Edge Providers' (fournisseurs de services) qui décident en fait ce qu'ils peuvent voir", a affirmé le président de la FCC lors d'un discours à Washington. "Ces fournisseurs (de service) bloquent régulièrement des contenus ou suppriment les commentaires qu'ils n'aiment pas", a-t-il ajouté.

De nouvelles règles

M. Pai, qui a été nommé par le président républicain Donald Trump, a invoqué à titre d'exemple la décision de Twitter de bloquer le compte d'un candidat du parti présidentiel "car y figurait un message anti-avortement". Twitter "semble appliquer deux poids/deux mesures quand il s'agit de suspendre ou de décertifier les comptes des utilisateurs conservateurs par rapport à ceux des utilisateurs libéraux", a encore accusé le président de la FCC. Il a encore reproché aux plateformes internet de "céder aux pressions des gouvernements étrangers" et "de modifier secrètement les commentaires de certains internautes", les accusant en conséquence de menacer l'Internet bien davantage que les fournisseurs d'accès. La FCC doit présenter à la mi-décembre les nouvelles règles qui s'appliqueront à la neutralité de l'Internet après s'être entendue sur leurs grandes lignes la semaine dernière.

Ce débat intervient alors que le ministère américain de la Justice vient de s'opposer à la fusion entre AT&T, l'un des principaux fournisseurs d'accès aux Etats-Unis, avec le groupe de media Time Warner. Le président Trump a estimé que cette fusion ne "serait pas bonne pour le pays". Il attaque par ailleurs régulièrement la chaîne CNN qui appartient à Time Warner. Les grandes entreprises de la Silicon Valley ont appuyé cette décision mais Ajit Pai a dénoncé mercredi leur attitude affirmant que "ces entreprises veulent mettre en place des règles beaucoup plus strictes pour les fournisseurs d'accès que celles qu'elles veulent voir s'appliquer à elles-mêmes".

"Elles peuvent dissimuler leurs prises de position sous le déguisement de la défense des intérêts du public mais leur véritable intérêt est d'utiliser la réglementation pour affirmer leur dominance sur l'économie de l'Internet", a-t-il accusé.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :