Le PDG d'Orange réaffirme sa position défensive dans les contenus

Dans un entretien au Monde, Stéphane Richard, le PDG de l’opérateur historique, a une fois encore affirmé qu’il n’était « pas un converti de la convergence » entre les télécoms et les contenus. Il mise en revanche toujours sur une alliance avec Canal+ pour ne pas laisser SFR préempter la télévision payante.

2 mn

Stéphane Richard, le PDG d'Orange, s'est une nouvelle fois montré ferme concernant une convergence entre les télécoms et les contenus.
Stéphane Richard, le PDG d'Orange, s'est une nouvelle fois montré ferme concernant une convergence entre les télécoms et les contenus. (Crédits : Reuters)

Il a été on ne peut plus clair. Dans un entretien au Monde, Stéphane Richard, le PDG d'Orange, a une nouvelle fois déclaré qu'il ne croyait guère dans la convergence entre les télécoms et les contenus. « Je ne suis pas un converti de la convergence et je pense que je ne le serai jamais, a-t-il déclaré cette semaine au quotidien du soir. Si cela consiste à faire des chèques de 400 millions d'euros par an, pour acheter des droits sportifs ou 1,5 milliard pour des droits de foot, je n'en fais pas partie. »

Le PDG de l'opérateur historique fait ici référence au montant spectaculaire déboursé par son rival SFR pour les droits de la Ligue des champions il y a deux semaines. Mais aussi à la claque que l'opérateur a reçu à la fin des années 2000, lorsqu'il a voulu réserver à ses abonnés l'exclusivité de belles affiches de ligue 1. Suite à des plaintes de la concurrence, l'opérateur a été condamné par la justice, et a mis fin au projet, perdant au passage plusieurs centaines de millions d'euros.

Stratégie défensive

C'est la raison pour laquelle Stéphane Richard rappelle, en y mettant les formes, que l'« environnement juridique et concurrentiel est compliqué quand il s'agit de marier les télécoms et les contenus ». En outre, plusieurs cadres d'Orange ont, ces derniers jours, déclaré qu'ils doutaient fortement de la rentabilité des droits sportifs décrochés par SFR. Un point de vue que ne partagent, toutefois, pas forcément certains analystes.

Si Stéphane Richard assure qu'il n'envisage pas d'aller frontalement au bras de fer avec Patrick Drahi, le propriétaire de SFR, pour décrocher des actifs médias premium, il ne compte, en revanche, pas laisser son rival confisquer l'ensemble du marché de la télévision payante. D'où sa stratégie défensive à ce sujet, illustrée par la possibilité d'une alliance avec Canal+. « Notre démarche consiste [...] à rapprocher industriellement, commercialement et en distribution Canal+ et Orange », précise-t-il au Monde. L'opération pourrait notamment permettre à la chaîne de Vincent Bolloré de se positionner en rival sérieux pour décrocher les prochains droits de la Ligue 1, début 2018. Des actifs cruciaux si Canal+ souhaite conserver un statut de chaîne de sport de référence.

>Lire aussi: La folle inflation des droits du football

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 01/06/2017 à 1:05
Signaler
Ce qu'il ne dit pas dans l'article c'est qu'il est en train de se bâtir sur mesure une filiale TV cinéma sports jeux directement rattachée à lui alors que ses services rattachés sont déjà saturés jusqu'à 10 fois plus de collaborateurs que dans les pl...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.