Fibre : Orange assigné en justice par SFR

 |   |  378  mots
Pour justifier une révision de l'accord de partage avec Orange, Michel Paulin, le directeur général de l'opérateur au carré rouge, avait même affirmé en début d'année que si rien n'était fait, l'objectif d'une couverture de ces foyers en 2020 ne serait pas atteint, arguant qu'à ce jour, seules 2,5 millions d'habitations ont été raccordées.
Pour justifier une révision de l'accord de partage avec Orange, Michel Paulin, le directeur général de l'opérateur au carré rouge, avait même affirmé en début d'année que si rien n'était fait, l'objectif d'une couverture de ces foyers en 2020 "ne serait pas atteint", arguant qu'à ce jour, seules 2,5 millions d'habitations ont été raccordées. (Crédits : Charles Platiau)
Les deux opérateurs télécoms se sont partagés la couverture des zones moyennement denses en 2011, prévoyant qu'Orange investisse dans 80% d'entre elles et SFR dans 20% écrit le quotidien. Racheté par Patrick Drahi (Numéricable) en 2014, SFR a demandé une révision de l'accord, qui a pourtant reçu la bénédiction de l'autorité de la concurrence.

SFR poursuivra son lobbying anti-Orange dans un tribunal. L'opérateur historique a dit lundi avoir été assigné en justice par SFR au sujet d'un différend qui les oppose sur la couverture du territoire en fibre optique, confirmant une information du site internet du journal Les Echos.

Un accord de partage de couverture en question

Selon le quotidien économique, l'assignation d'Orange par SFR devant le tribunal de commerce de Paris tire son origine d'un partage de la couverture des zones "moyennement denses" en France en 2011. Elles concernent 12 millions de foyers, vivant dans les villes moyennes ou en périphérie des grandes agglomérations. En 2011, Orange et SFR se sont engagés à les couvrir en fibre optique d'ici à 2020, à hauteur de 80% pour l'ex-France Télécom contre 20% pour l'opérateur au carré rouge. Mais quand Patrick Drahi rafle SFR, en 2014, ce partage le fait sortir de ses gonds. En juin dernier, lors d'une audition par la Commission des affaires économiques du Sénat, le magnat des télécoms s'était emporté :

"En rachetant SFR, j'ai trouvé une situation où Orange avait 80% de [cette] zone. [...] j'ai demandé un partage égal. [...] Je veux investir plus. Cela dit, je suis prêt à faire des doublons, car je ne souhaite pas être locataire du réseau des autres. A moins que vous ne souhaitiez reconstituer un monopole en faveur d'Orange... "

Pour justifier une révision de l'accord de partage avec Orange, Michel Paulin, le directeur général de l'opérateur au carré rouge, avait même affirmé en début d'année que si rien n'était fait, l'objectif d'une couverture de ces foyers en 2020 "ne serait pas atteint", arguant qu'à ce jour, seules 2,5 millions d'habitations ont été raccordées.

| Lire Régulation de la fibre : Orange voit rouge

Interrogé sur le sujet par l'agence Reuters, SFR s'est refusé à tout commentaire.

Du côté d'Orange, un porte-parole s'est déclaré "surpris" par cette assignation, arguant que l'accord passé entre les deux opérateurs avait reçu la bénédiction de l'autorité de la Concurrence et du gouvernement et s'étonnant de ce qui constitue selon lui un changement de stratégie opéré depuis par SFR.

>> Pour aller plus loin Fibre : SFR poursuit son lobbying anti-Orange

(avec Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2017 à 7:39 :
Si vous voulez découvrir l'hypocrisie du discours de SFR sur la fibre optique, allez demander aux versaillais ce qu'ils pensent du déploiement de la fibre optique par SFR dans leur ville. Campagne de publicité mensongère , abandon du déploiement pendant plus d'un an...heureusement qu'Orange a repris ce déploiement .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :