Lever l'anonymat sur Internet ? Inutile et contre-productif !

 |   |  1125  mots
(Crédits : iStock)
Pour de nombreuses voix au sein de la majorité, interdire l'anonymat en ligne aiderait à lutter contre le cyber-harcèlement. Pas si simple.

Plus de pseudo, plus d'anonymat... Et si nous utilisions tous Internet de façon publique, avec notre identité civile ? Ce vieux serpent de mer s'invite de nouveau dans le débat politique, sous l'impulsion d'Emmanuel Macron. Après s'être prononcé fermement sur l'interdiction de l'anonymat en début d'année, le président de la République a tempéré ses propos suite à l'accueil glacial de sa proposition, tant par les associations de défense des libertés que par certains membres de la majorité.

« Faut-il interdire l'anonymat partout sur Internet ? Cette voie pourrait à quelques égards nous mener au pire, il faudra donc y réfléchir à deux fois », a-t-il donc précisé lors de sa dernière déclaration en date, le 20 février, au cours du dîner annuel du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France). Suite à la montée de la violence sur les réseaux sociaux, Emmanuel Macron a cependant confirmé qu'une proposition de loi contre la haine sur Internet sera déposée en mai par la députée LRM Laetitia Avia. L'élue avait déjà remis en septembre 2018 un rapport sur la lutte contre le racisme et l'antisémitisme sur la Toile.

La "Ligue du LOL", symbole du sentiment d'impunité sur les...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2019 à 17:59 :
Favorable. Les réseaux dits sociaux sont devenus des murs de la haine, du harcèlement laissant loin derrière le rêve d'espaces d'échanges et de dialogues dont on a pu rêver.
Les réseaux à grand papa sont morts, tués par les officines de fakes news internes et venant de l' étranger puissantes armes destructrices ,réseaux de manipulation qui sont capables de faire croire un peu n'importe quoi et entraîner derrière eux beaucoup de gogos.
Toute expression publique, dont font partie les réseaux sociaux vecteurs d'expression publique, sont à soumettre aux lois de protection des citoyens, de leur image, de leur intégrité et de leur sécurité.
Les lettres anonymes ont toujours existé pour calomnier, les réseaux dits sociaux ne doivent pas en prendre la suite pour faire des économies de timbre.
a écrit le 07/03/2019 à 8:25 :
Les artistes n'auront alors plus le droit d'utiliser un pseudonyme eux aussi ? Les personnes qui s'expriment sur les réseaux ne sont plus anonymes pour les services de cybernétiques des forces de l'ordre. Tout est enregistré pendant 2 années conformément à la loi. L'anonymat n'existe pas techniquement pour la justice qui peut consulter ces information. L'affichage de l'identité révèle donc seulement la mise en place d'une auto-censure.
a écrit le 06/03/2019 à 19:49 :
Il n'y a pas plus de raison d'obliger les internautes à utiliser leur vrai nom, que d'obliger les gens qui fréquentent des lieux publics à se coller la carte d'identité sur le front.
a écrit le 06/03/2019 à 19:44 :
Art. 10. Nul ne doit %être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la Loi.

Art. 11. La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l'Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l'abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.

Il est probable que si l'anonymat qui a toujours existé, était levé le nombre d'intervenant chuterait à plus de 95%. Il s'agit d'une protection indispensable en ces temps de violence et d'incertitude. Encore une lubie de Jupiter qui une fois encore se trompe d'ennemi.
a écrit le 06/03/2019 à 13:16 :
Et si on rendait les comptes, les transferts d'argent transparents, à la vue de tous ?
On aimerait bien savoir qui sont ces haut fonctionnaires qui gagnent plus que notre président, qui sont-ils, que font-ils, une caméra qui les suit toute la journée pour justifier de leur poste par exemple et que touts puissent décortiquer leur travail. Oui on peut aller loin.
Pour que le "marché" fonctionne pleinement, il faudrait que tout soit "open" pour que quiconque, venant de n'importe où puisse proposer mieux ou moins couteux.
Il n'y a pas de raison que seuls les pauvres aient leur vie décortiquée et entrée dans les bases de données.
a écrit le 06/03/2019 à 10:40 :
Ça ne résoudra rien. La seule solution serait d'interdire Facebook , Twitter et tous les "réseaux dits sociaux" qui permettent toutes les vilenies possibles, sont une partie de leur fond de commerce et plus grave la courroie de transmission d'une idéologie anti démocratique, capitaliste, néo libérale, impérialiste dont les US et Trump sont le modèle.
Le balancier politique dans le Monde est pour l'instant clairement en haut, vers la droite et même un peu plus. Tout balancier un jour doit redescendre et par la force d'inertie il remontera inévitablement de l'autre côté, à moins qu'il ne s'arrête en bas pour cause de guerre. Vu les bouleversements en cours...c'est mal parti.
Réponse de le 06/03/2019 à 19:45 :
Que les personnes condamnées pour les délits de harcèlement sur internet soient obligées de faire paraître un encart judiciaire sur tous les sites où ils ont sévit, levant leur anonymat et indiquant la nature des délits ainsi que la condamnation encourue.

Ce genre de peine existe pour les délits de presse, les journaux condamnés pouvant être obligés de faire paraître dans leur colonnes un encart relatant leur condamnation.

Ce serait plutôt dissuasif à la fois pour le délinquant, et pour le responsable du site qui risque de voir fuir les annonceurs publicitaires, dont il dépend économiquement.
a écrit le 06/03/2019 à 8:30 :
Cela serait pourtant marrant de connaitre la véritable identité des trolls néolibéraux, agro-industriels, nucléaires, pétroliers, énergétiques et la cerise sur le gâteau celle des golden corbeaux.

"Heu... Manu je crois pas que soit une bonne idée l'interdiction de l'anonymat sur internet tu sais... "

:-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :