Comment le gouvernement compte lutter contre le harcèlement et la haine en ligne

 |   |  672  mots
Mounir Mahjoubi a publié jeudi 14 février le plan d'action du gouvernement contre les contenus haineux en ligne.
Mounir Mahjoubi a publié jeudi 14 février le plan d'action du gouvernement contre les contenus haineux en ligne. (Crédits : Reuters)
Mounir Mahjoubi a détaillé un plan d'action en dix points pour lutter contre les contenus haineux en ligne, inspiré en partie du rapport Avia remis en septembre dernier. Certaines pistes devraient figurer dans le projet de loi qui sera présenté au printemps.

"2018 était l'année de la mobilisation, 2019 sera celle de l'action", scande Mounir Majhoubi. Le secrétaire d'Etat au Numérique a présenté, jeudi 14 février, le plan d'action du gouvernement contre les contenus haineux en ligne. Décliné sur 10 points, le texte confirme une volonté ferme de s'immiscer dans les politiques de modération des plateformes, et prendra la forme de plusieurs initiatives, dont un projet de loi présenté au printemps.

Facebook, Twitter, YouTube et jeuxvideo.com en première ligne

Accompagné par Marlène Schiappa, la secrétaire d'Etat à l'égalité femmes-hommes et à la lutte contre les discriminations, Mounir Mahjoubi a également insisté sur la nécessité d'encadrer le harcèlement, de sa prévention à la gestion de ses conséquences. Une manière d'apporter une réponse politique à la révélation du scandale de la "Ligue du Lol", qui implique des journalistes ayant harcelé leurs consoeurs, ainsi que certains de leurs confrères, notamment sur Twitter au début des années 2010.

Élaboré dans le cadre des Etats Généraux des nouvelles régulations numérique, le plan d'action concernera toutes les plateformes sociales, notamment Facebook, Twitter et Youtube, ainsi que d'autres sites populaires comme jeuxvideo.com. Il vient conclure un travail de réflexion de plusieurs mois, entre gouvernement, associations et acteurs de la société civile. La député Laeticia Avia avait déjà remis en septembre 2018 un rapport de lutte contre le racisme et l'antisémitisme sur Internet, et le Premier Ministre avait annoncé le 13 février qu'un texte de loi serait prêt pour l'été.

Modérer rapidement, puis offrir une possibilité d'appel

Le gouvernement a surtout dévoilé une méthode plutôt que des actions concrètes. Il souhaite que la société civile, associations comme pouvoirs publics, contribue à fixer des règles de modération plus claires et transparentes. Parmi les pistes évoquées, un régulateur pourrait effectuer un audit annuel, et le rapport ainsi produit permettrait à la fois de s'assurer que la modération est correctement effectuée, et que les règles répondent aux risques. Le secrétaire d'Etat ne donne pas de piste sur la nomination de ce régulateur, mais la Commission Nationale Informatique et Libertés (CNIL), qui contrôle le respect de la vie privée en ligne, paraît un candidat logique.

Lire aussi : Le fonds pour le civisme en ligne de Facebook, un coup de com' à 1 million d'euros

Le plan d'action reprend aussi des mesures déjà suggéré par le rapport Avia, avec pour objectifs que le harcèlement ou la discrimination ne puisse pas devenir viral. Pour cela, les contenus haineux signalés serait immédiatement mis en quarantaine, puis les plateformes auraient 24 heures pour les traiter. Si le contenu est supprimé, son auteur aurait la possibilité d'enclencher une procédure d'appel, comme en justice.

Le plan d'action imagine même une action préventive, orchestrée par "les instruments d'intelligence artificielle" des plateformes. A l'image de Facebook, qui affirme éliminer ainsi les contenus terroristes en amont.

Une loi prévue au printemps

"Des mesures seront prises dès le premier trimestre 2019", promet Mounir Mahjoubi. Le plan d'action du gouvernement oscille entre des mesures préventives (accompagnement des victimes, éducation et sensibilisation à l'usage des plateformes), et de contrôle (mise en place d'un régulateur, transparence des processus de modération). Le secrétaire d'Etat n'exclut donc pas de proposer ces mesures via différents véhicules législatifs, notamment une loi, dont le contenu exact sera dévoilé au printemps, mais qui obligera les plateformes à agir rapidement pour retirer du contenu illicite.

Le gouvernement réfléchit aussi à des sanctions en cas de non-retrait des contenus haineux. Mounir Mahjoubi a déjà rencontré le ministre de la justice allemand Gerd Billen, qui promeut une loi sur la même thématique outre-Rhin. Les deux hommes espèrent fédérer l'Europe dans leur bataille contre les contenus haineux, afin d'opposer une force suffisante aux plateformes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/02/2019 à 12:00 :
Quand est créé avec soutien de ( Musk) le GPT-2 fabrique IA de textes médiatiques ( risque de désinformation et intox...)
Dénoncés par des ingénieurs qui ont créé «  ce machin »
En effet lutter d’un côté pour cadrer les dérapages de l’ITEch et de l’autre côté faire naître des projets comme le GPT-2 me rend très perplexe...

Pourquoi vouloir tromper les autres ?
Pour quels buts ? Puisque de toute manière rien ne changera et que le pouvoir sera toujours du même coté ?( résilience)
C’est idiot ce projet de GPT-2
Si il y a trop d’argent , faites le bien pour nourrir et protéger les personnes qui meurent chaque seconde...
a écrit le 16/02/2019 à 8:24 :
Ca fait une paie que le climat social est irrespirable dans ce pays.
Pas besoin de loi. C'est cuit, archi cuit.
a écrit le 16/02/2019 à 0:30 :
Et le cyber harcèlement managériale des petits chefs d’orange contre les salariés intègres, en 2019 ça continue comme de tout temps chez l’employeur Harceleur
a écrit le 15/02/2019 à 18:32 :
Ce système proposé n’est pas formateur pour notre société actuelle :

Il faudrait publier tous les messages , informer de la censure par un message public et donner le motif de censure .

Plus de transparence est de la démocratie pour tous et toutes .
a écrit le 15/02/2019 à 17:57 :
Il est vrai que certains exagèrent : ils harcèlent Ben Alla sur les réseaux !
C'est lamentable !
a écrit le 15/02/2019 à 16:17 :
merci pour la censure ,quand j'ecris qu'au diner du CRIFF il faudrait un echange honnete,on respect les juifs mais on apprecie pas les colonies d'Israel
a écrit le 15/02/2019 à 11:41 :
Au lieu d'aller pleurnicher, les harcelé(e)s pourraient répondre du tac au tac et ça calmerait les ardeurs des "plaisantins"! Des lois, encore des lois, toujours des lois, plus des nominations de prétendus experts, ça commence à faire beaucoup!
a écrit le 15/02/2019 à 10:34 :
Une société de victimes? Avons-nous tout ce temps et cette énergie à perdre?
a écrit le 15/02/2019 à 10:24 :
La morale contre la vérité, un classique, du coup il va être interdit de dire que Juncker est un alcoolique tant qu'un flic ne lui aura pas fait faire un test, à savoir jamais donc car faisant partie d'un trop gros réseau.

Quelques neuneux, excités et autres venant faire les malins avec pas grand chose répandent leur bêtise sur la toile, moins que de SDF dans Paris les LREM je vous ferais dire hein, dans le virtuel c'est plus facile de se faire passer pour 50 vous êtes capable de le comprendre ça au moins ? Et vous voulez encore une fois supprimer des libertés nous punissant tous, toujours, pour quelques uns. L'oligarchie ou la dictature des minoritaires.

Mais bon tout va bien, on va encore une fois demander l'avis des allemands, experts dans la modération de la haine à savoir ceux qui laissent leurs constructeurs automobiles gazer des cobayes: "Diesel: Volks, Daimler et BMW accusés de tests sur des singes et des humains" https://auto.lapresse.ca/actualites/volkswagen/201801/29/01-5151796-diesel-volks-daimler-et-bmw-accuses-de-tests-sur-des-singes-et-des-humains.php

"L'ordre du jour" https://www.actes-sud.fr/catalogue/litterature/lordre-du-jour

Vous autres serviteurs des classes dirigeants et vous mêmes classes dirigeants avez totalement perdu la raison. "Plus on possède et plus on est possédé."
Réponse de le 15/02/2019 à 10:46 :
"Il n'y a pas de phénomène moral, seulement une interprétation morale des phénomènes." Nietzsche
a écrit le 15/02/2019 à 10:12 :
Plus ces ministres et autres politiques voudront moraliser le net, plus cela s'aggravera. Franchement, pensez vous qu'ils soient crédibles pour faire cesser le harcèlement et autres abus? On peut craindre qu'ils ne vont faire qu'attiser les réactions qu'ils ont la prétention de vouloir combattre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :