Le tandem France Economie Régions et Hi-Média reprend La Tribune

 |   |  553  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © La Tribune)
Le tribunal de commerce de Paris a retenu ce lundi l'offre présentée par la société Hi-Media et le groupe de presse régional France Economie Régions pour la reprise de La Tribune.

Placé en redressement judiciaire en décembre, le deuxième quotidien économique français a publié ce lundi son dernier numéro en édition papier dont la "une" sur fond noir est barrée du titre "La Tribune vous salue bien !".

Sur un total de 165 salariés, dont une trentaine employés par Paris Portage, une cinquantaine conserveront leur emploi dans le cadre de l'offre de reprise du tandem Hi-Media et France Economie Régions qui a été préférée par le tribunal de commerce à celle présentée par la Financière patrimoniale d'investissement.

Sur ce total, 31 des 78 journalistes de la rédaction seront repris.

"Nous sommes aujourd'hui concentrés sur le futur et la réussite de notre stratégie à venir mais nous ne pouvons pas occulter le désarroi des salariés non repris", déclare dans un communiqué Jean-Christophe Tortora, président du groupe Hima, qui est à la tête du consortium avec Cyril Zimmermann, le PDG de Hi-Media.

"Nous leur rendons hommage pour tout le travail accompli ces derniers mois dans des conditions difficiles", ajoute celui qui prendra la fonction de président du groupe La Tribune à compter de ce mercredi.

Le tandem prévoit le maintien d'une édition papier mais sous la forme d'un hebdomadaire qui paraîtra tous les vendredi.

"Sous un format tabloïd, ce grand rendez-vous hebdomadaire proposera une information de qualité, des analyses, des décryptages, des éclairages et des prospectives sur les enjeux macro-économiques, des marchés financiers ainsi que des focus entreprises et régions", indiquent les deux partenaires dans un communiqué.

NOUVEAU DÉPART

Le premier numéro de l'hebdomadaire sortira dans les kiosques le 6 avril avec pour objectif un tirage de 100.000 exemplaires.

Cette édition papier sera adossée à un site internet animé par une rédaction permanente avec un flux d'informations actualisé tous les jours de 06h00 à 23h00.

"C'est un nouveau départ pour La Tribune", souligne Cyril Zimmermann, dont le groupe, qui est spécialisé dans l'édition, la publicité ainsi que le paiement sur internet, participera à la refonte du titre.

Son partenaire, France Economie Régions, qui est chapeauté par le groupe Hima, regroupe cinq titres de presse régionale (Objectif Aquitaine, Objectif News Midi-Pyrénées, Objectif Languedoc-Roussillon, MéridienMag, Acteurs de l'Économie en Rhône-Alpes) dont la diffusion représente au total 69.000 exemplaires.

Dans le cadre de la reprise du journal, Hima a pris 66% du capital, Hi-Media 27,8% et JCG Medias, l'éditeur d'Objectif Languedoc-Roussillon et MéridienMag, 6,2%.

Il est cependant prévu que 10% des parts soient par la suite distribués aux salariés.

Le changement de main de La Tribune, passé entre plusieurs propriétaires depuis sa création en 1985, entérine la fin du quotidien dans sa version papier, le deuxième titre national à disparaître des kiosques après France Soir en décembre.

Dans un cahier spécial publié dans la dernière édition, les salariés du titre ont retracé l'histoire de leur journal à travers des anecdotes, d'anciennes unes et des témoignages de grands patrons.

"La fin de la Tribune, c'est un éclairage en moins sur des temps qui en appellent davantage, en particulier en France, peu réputée pour sa culture économique", souligne notamment le président du groupe Canal+, Bertrand Méheut.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/02/2012 à 15:26 :
Bonjour, vos réflexions c'est aussi et c'est sûr Hollande Sarko au second tour !!! peu de réflexions, peu de remises en cause , La tribune c'est 80% de clients grands comptes Banques ou Assurances, moyenne d'âge de ces lecteurs 35ans traders, ou autres tous sur iphones et peu concernés car pas acheteurs,( c'est ma boîte qui m'abonne...)et très peu de particuliers,institutions ou le papier est encore religion;aucune remise en cause de ce modèle qui était confortable puisque 40000 des 65000 exemplaires édités étaient pré vendus sans connaître le lecteur individuel.Le modèle s'est écroulé personne n'y a réfléchi.Le Figaro lui si, les séniors..et retraités sont de plus en plus nombreux vivent mieux la diffusion du Figaro progresse au pire stagne ce qui est toujours mieux que disparaître. Il reste un avenir à moyen terme pour le papier .Les hauts potentiels!!! de la Tribune ne l'ont pas vu .l'une a imaginé(quelle prétention!)ouvrir formation et conférences thématiques ( déjà en vogue en 1975 dans Panorama du Médecin puis dans les Echos.... elle a aussi centrée la Tribune sur son soi-disant coeur de métier perdant encore plus de lecteurs...ah les beaux mots green business,finances,et enfin l'un d'entre eux quelle honte est même repris dans le nouvel organigramme,je vous invite à deviner la suite....alors qu'un seul titre US en numérique dégage à ce jour un bénéfice.. bravo et bravo la liberté du consommateur,surtout du moins instruit qui se verra conditionné par les moteurs de recherches sur telle ou telle thématique sans pouvoir s'ouvrir à d'autres opinions...
a écrit le 31/01/2012 à 22:03 :
Y a t'il un report des abonnements en cours?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :