Aurélie Filippetti à la culture et à la communication

 |   |  732  mots
Aurélie Filippetti Copyright AFP
Aurélie Filippetti Copyright AFP
La députée de Moselle était chargée du programme culture, médias et audiovisuel pendant la campagne. Hadopi, audiovisuel public et Al Jazira feront partie des plus gros chantiers. François Hollande a décidé de laisser le numérique à part.

Depuis le retrait volontaire de Martine Aubry du gouvernement, il n?y avait plus beaucoup de suspense. C?est logiquement à Aurélie Filippetti, chargée du dossier pendant la campagne, qui devient ministre de la Culture et de la communication. Finalement, le ministère conserve le même schéma que lors du dernier quinquennat, et n?intègre pas la notion numérique comme le craignait à la fois le monde de la culture et les industriels.

Cette nomination va de soi. A 38 ans, cette normalienne, agrégée de Lettre Classiques, qui fut longtemps proche de Ségolène Royal, a eu le bon goût de soutenir, très tôt avant la primaire, François Hollande. Très médiatique, issue d?un milieu ouvrier, elle a gagné ses lettres de noblesse au PS en emportant en 2007 la huitième circonscription de Moselle de Rombas-Bouzonville, terrain de conquête pour le Parti socialiste. Elle se représentera en juin aux législatives. Impossible pour François Hollande de se passer d?une tel profil dans son gouvernement.

Mais Aurélie Filippetti devra faire ses preuves en matière de culture, un domaine qu?elle connaît depuis peu. D?ailleurs, au départ, son penchant naturel la portait plutôt vers l?éducation, mais le sujet a été confié à Vincent Peillon pendant la campagne. Aurélie Filippetti, a donc été parachuté à la culture, aux médias et à l?audiovisuel. Elle s?est d?abord mise à dos tout le milieu culturel, traditionnellement proche du PS. Conseillée par Juan Branco, un anti-hadopi convaincu, elle a préconisé la suppression du dispositif anti-piratage et son remplacement par un système de licence globale, au moins pour les jeunes. L?annonce a été faite sans crier gare en décembre dernier lors d?un débat sur la diversité culturelle au théâtre du Vieux Colombier. Bronca dans le petit monde de la culture, qui a obligé la pas encore ministre à un acrobatique rétro-pédalage. Depuis, les relations se sont apaisées, et la ministre a suivi le virage pris par François Hollande, qui ne prône plus l?abrogation d?Hadopi. Un dîner passé avec les cinéastes a achevé de la faire adopter.

De gros chantiers en vue

Hadopi - La nouvelle ministre de la Culture sera donc chargée de mettre en place l?Acte 2 de l?exception culturelle française. Principal dossier: l?aménagement de la loi anti-piratage. Quel sera le prochain dispositif censé « conclieir défense des droits des créateurs et un accès aux ?uvres par Internet »? Jusque là, la députée est restée floue sur le sujet. L?institution Hadopi, qui consomme 11 millions d?euros de budget par an sera-t-elle conservée ? Autre promesse de l?ancien candidat : l?arrivée de nouvelles ressources pour financer la création, et notamment l?offre légale.

Al Jazira ? Visiblement convaincu par l?argumentaire de Canal Plus, François Hollande a émis dans un entretien à l?Equipe sa volonté de soumettre Al Jazira, venu faire de la concurrence au groupe de télévision payante dans le domaine du sport aux mêmes obligations en matière de création. Une promesse réitérée par Aurélie Filippetti elle-même. Simple déclaration démagogique ? Il paraît en effet difficile de justifier le prélevement d?une chaîne qui ne diffuse pas de cinéma. A moins de soumettre ses concurrentes ? comme Eurosport ou L?Equipe TV ? au même régime.

Réforme de l?audiovisuel public ? Le parti socialiste a promis de réformer les nominations des présidents de l?audiovisuel public, nommé directement par le président de la république, comme l?a voulu Nicolas Sarkozy. Autre chantier : la publicité sur France Télévisions, qui devrait être par la loi entièrement supprimée avant 20 heures. Le PS pourrait décider de revenir en arrière et de maintenir les écrans. Enfin, Aurélie Filippetti devra aussi se pencher sur la fusion RFI/France 24, dans le cadre de la création de l?Audiovisuel Extérieur de la France. Toujours en cours, le rapprochement ? des rédactions en particulier - continue de faire des remous, et François Hollande a promis que le prochain gouvernement se pencherait sur le sujet.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/05/2012 à 13:18 :
C'est un plus d'avoir lu des livres mais les normaliens sont les dernieres personnes a qui confier des ministeres... c'est a ceux qui ne s'interessent pas aux entreprises qu'on confie la mission de les reglementer!
a écrit le 17/05/2012 à 8:21 :
On a une ministre qui au moins connaît et a étudié non seulement les "classiques" (dont la Princesse de Clèves), mais fait en plus honneur à ce qu'on aime ici: culture et ascension sociale, cf ds son "Derniers Jours de la Classe Ouvrrière".
a écrit le 17/05/2012 à 1:14 :
Culture et communication ... = propagande du PS ?
a écrit le 16/05/2012 à 23:19 :
bonjour, concernant l'audiovisuel extérieur, je vous rappelle que Mme Filippetti a signé la pétition des salariés de RFI en lutte contre la fusion avec France 24 (http://rfiriposte.wordpress.com/petition/). C'est tout le rapprochement qui pose problème et pas seulement la fusion des rédactions !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :