Publicité : Bolloré sort d'Aegis avec une belle plus-value

 |  | 482 mots
Vincent Bolloré. Copyright Reuters
Vincent Bolloré. Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
L'homme d'affaires breton, premier actionnaire de la maison-mère du géant de l'achat d'espaces publicitaires Carat dont le japonais Dentsu vient d'annoncer le rachat pour près de 4 milliards d'euros, va vendre sa participation pour 915 millions d'euros. Bolloré empoche au passage une coquette de plus-value de 450 millions.

Sept ans après être entré au capital du groupe publicitaire Aegis, la maison-mère de Carat, Vincent Bolloré, qui en était devenu le premier actionnaire, se désengage, dans d?excellentes conditions. L?homme d?affaires breton, qui contrôle par ailleurs et préside le français Havas, va profiter de l?offre de rachat du japonais Dentsu sur Aegis, à un prix très généreux (+48% de prime) et céder sa participation de 26,4% pour 915 millions d?euros, en plusieurs étapes. Le groupe diversifié Bolloré a annoncé jeudi dans un communiqué qu?il en retirerait une plus-value comptable de l?ordre de 450 millions d'euros (déduction faite des provisions pour dépréciation de 2009 et reprise de provisions de 2011, mais hors dividendes). En 2010, Bolloré avait rangé ses parts dans la rubrique « participation financière », suggérant qu?il envisageait de la céder, après avoir renoncé à son projet de mariage entre Havas et Aegis.

Dentsu s'était désengagé de Publicis en février

Le groupe français a cédé ce jeudi 14,99% du capital à Dentsu pour 535 millions d'euros et lui vendra 5% supplémentaires dans les deux mois. Enfin, le solde de sa participation, soit 6,4%, sera apportée à l'offre du groupe nippon. Dentsu a annoncé ce jeudi matin une OPA amicale en cash de 3,16 milliards de livres (3,9 milliards d?euros), recommandée par le conseil d?administration d?Aegis et donc appuyée par le premier actionnaire. C'est la plus grosse acquisition de l'histoire de l'agence japonaise, créée il y a 111 ans. L?action Aegis s?envole de 45% à la Bourse de Londres ce jeudi à 235,8 pence, non loin du prix proposé par Dentsu, soit 240 pence. Le géant japonais de la pub s?était désengagé (quasi totalement) du français Publicis en février dernier après un partenariat stratégique de dix ans.

Bolloré avait renoncé au mariage Aegis-Havas

Dans son communiqué, le groupe français rappelle lui-même que « en 2005 et 2006, Bolloré, étant devenu l?actionnaire de référence d?Havas, avait pris concomitamment une importante position financière dans Aegis, dernier grand groupe de communication indépendant dans le monde. » Mais Vincent Bolloré avait dû faire face à l?opposition farouche de la direction d?Aegis, en particulier le DG Robert Lerwill, qui l?accusait de préparer une OPA rampante comme chez Havas. Mais, « après avoir contesté la capacité du management d?Aegis de l?époque, le Groupe Bolloré avait ensuite salué l?arrivée de John Napier [le président] et de Jerry Buhlmann [le directeur général] en 2008. Depuis, le Groupe Bolloré n?a pas cessé de supporter l?action remarquable de ce nouveau management qui a su notamment céder Synovate [sa filiale d?études de marché à Ipsos] dans d?excellentes conditions et développer considérablement Aegis à l?international » souligne le groupe de l?homme d?affaires.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :