Rachat du Groupe Hersant Médias : Tapie assure que son retrait est "définitif"

 |   |  520  mots
Copyright Reuters
Bernard Tapie a déclaré qu'il ne ferait pas de nouvelle offre de reprise du Groupe Hersant Médias (La Provence, Nice Matin...). Il a précisé à l'AFP que son retrait était "définitif" alors que la famille Hersant espère le voir revenir sur sa décision.

Viendra, viendra pas. Bernard Tapie s?était un temps positionné pour reprendre une partie des activités de Groupe Hersant Médias, qui comprend notamment les journaux de presse régionale La Provence et Nice Matin. Pour ce faire, l?homme d?affaires avait fait une offre commune de 50 millions d?euros avec la famille Hersant. Toutefois, les banques n?ont pas soutenu son projet. Résultat : vendredi soir Bernard Tapie a annoncé qu?il jetait définitivement l?éponge. Dimanche, il a ainsi souligné que son retrait était bien "définitif".

Avant d?aller plus loin, en dénonçant une ingérence de l'Etat dans ce dossier qui relève pourtant, selon lui, de la sphère privée. "Je croyais que j'étais encore dans un pays où quand une société privée négocie son avenir avec une autre société privée, sous le contrôle du tribunal de commerce, l'Etat n'avait pas à intervenir, du moment qu'on ne lui doit pas d'argent et qu'on ne lui en demande pas", a-t-il expliqué. Il poursuit : "Mais quand Bercy fait le monde entier pour essayer de trouver, coûte que coûte, un repreneur, parce que celui qui est là ne lui plaît pas, alors on n'est plus dans le pays dans lequel je croyais encore me trouver. On est plus en Corée du Nord qu'en France, surtout quand il s'agit d'une entreprise de presse", a-t-il conclu.

La menace d?un redressement judiciaire

Pourtant le même jour, Dominique Bernard, le directeur général de GHM a assuré dans un entretien au Figaro.fr que la famille Hersant souhaitait son retour dans l'offre de reprise initiale. "Je demande au conciliateur Christophe Thévenot de solliciter Bernard Tapie pour qu'il revienne sur son retrait", a-t-il déclaré, en se disant "confiant" sur ce dossier. Le conciliateur a ainsi demandé au président du tribunal de commerce de Paris de prolonger sa mission jusqu'au 24 décembre, a poursuivi Dominique Bernard, qui estime que "l'initiative de Rossel appuyée par BNP Paribas nous a conduits dans une impasse".

Vendredi, quelques minutes avant que Tapie ne signe avec les banques et la famille Hersant la reprise du groupe éponyme, le groupe belge Rossel a ainsi présenté une offre de dernière minute qui a retenu l'attention de BNP Paribas, chef de file du pool de banques créancières de GHM qui leur doit 215 millions d'euros. "Vendredi, les banques totalisant 50,8% de la dette ont signé en faveur de l'offre déposée par Tapie avec Philippe Hersant, PDG du groupe, son frère et sa soeur", a souligné une source proche de GHM. Or GHM estime que l'offre Rossel "ne répond pas aux modalités fixées par les banques", a affirmé le directeur général de GHM. Il a qualifié le comportement de Rossel d'"inélégant" et s'est interrogé sur "la stratégie de BNP Paribas" dans cette affaire. Il a aussi brandi la menace d'une mise en redressement judiciaire du groupe GHM si aucune offre n'aboutissait d'ici Noël.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/12/2012 à 9:37 :
Les centaines de salaries du groupe repris par Monsieur Tapie doivent Le remercier Meme
Si ce Monsieur n est pas en odeur de sainteté pour les non inities aux affaires .une preuve de plus que l'état, par le biais de montages financiers destines a mettre Monsieur Tapie hors circuit A peu de scrupule a mettre les salaries du groupe Hersant au tapis .L'humanisme affiche par nos élus est très éloigne du monde du travail .la décision de Monsieur Tapie
Vaut largement les engagements velléitaires du ministre du redressement productif .
a écrit le 10/12/2012 à 17:19 :
Et dire qu'il a reçu 42mlns pour ''préjudice moral''!!
a écrit le 10/12/2012 à 15:20 :
On lui a fait de la peine, à monsieur Tapie, avec toutes ces insinuations.

Il mérite au moins 350 millions d'euros pour préjucide moral, tiens.
Réponse de le 10/12/2012 à 17:19 :
Il ne lui reste plus qu'à demander un prêt au FMI où se prélasse sa copine Christine !
a écrit le 10/12/2012 à 14:28 :
monsieur se disait injustement ruiné,voici qu'il démontre l'inverse!!!!Le seul avantage fiscal qu'il devrait bénéficier ,c'est une thérapie obligatoire ,jusquà la fin de ses jours,car il est sérieusement atteint d'autocentrisme!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :