Le Figaro annonce un plan de départs volontaires touchant 70 à 90 salariés

 |   |  228  mots
Devant le siège du quotidien. Copyright Reuters
Devant le siège du quotidien. Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Le groupe mise sur ces départs pour financer un plan d'investissements de 18 millions d'euros.

Le groupe Figaro (Dassault) n?est pas épargné par la crise de la presse. Il a annoncé jeudi un plan de départs volontaires touchant 70 à 90 salariés. "La direction engagera à ce sujet une procédure de concertation avec les représentants du personnel dès le mois de janvier prochain", précise le groupe dans un communiqué. "Comme l'ensemble du secteur des médias, Le Figaro doit faire face à une forte dégradation du marché publicitaire et il anticipe une année 2013 très difficile pour la presse", a encore souligné le groupe.

Une refonte du site

En agissant de la sorte, Le Figaro espère financer un plan d'investissements de 18 millions d'euros. L?objectif? "La poursuite de la rénovation des offres éditoriales, notamment au premier trimestre 2013 celles du quotidien et du Figaro Magazine, ainsi qu'une refonte complète du Figaro.fr, qui privilégiera les formules payantes et renforcera très significativement l'offre vidéo", précise le groupe.

Pour rappel, des rumeurs de plan social au Figaro avaient couru ces derniers temps. Le site d'information sur la presse Presse News avait annoncé début décembre que la direction du groupe devrait annoncer avant la fin de l'année, ou au plus tard début 2013, l'ouverture d'un guichet départs pour 80 salariés. Une information démentie alors par la direction du journal.

(avec AFP)
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/12/2012 à 20:27 :
Qui sont les personnes photographiées devant le siège du Figaro ?
a écrit le 23/12/2012 à 20:27 :
Ils vont sans doute être recrutés par Bernard TAPIE dans son groupe de journaux locaux.
a écrit le 23/12/2012 à 20:26 :
ils pourront devenir sans aucun problème essayeurs de voitures à la tribune, ce sera toujours mieux que les articles pro VAG du seul et unique qui écrit n'importe quoi.
a écrit le 23/12/2012 à 20:24 :
J'aime bien le titre de l'article, on sait d'avance qu'il y en a au moins 70 qui vont dégager "volontairement" ! Euh, volontairement d'eux-mêmes ?
a écrit le 20/12/2012 à 20:02 :
on se croirait à l'ump
Réponse de le 03/12/2014 à 10:38 :
Comme toujours dans la fonction publique, les compétences et le projet pour le poste seront les derniers critères. ....
a écrit le 20/12/2012 à 18:52 :
Les employés du figaro ont voté la gréve ce soir.... Incroyable! Les premiers a cracher sur les grévistes et ils font gréve a leur tour!
a écrit le 20/12/2012 à 17:43 :
pif gadget recrute, ca pourra toujours en recaser un ou deux s'ils obtiennent le niveau
a écrit le 20/12/2012 à 17:42 :
dur pour eux, ailleurs il leur faudra apprendre à lire et écrire sans fautes et avec des phrases voulant dire quelquechose
bref une vraie reconversion
a écrit le 20/12/2012 à 17:31 :
dommage, mais le figaro est devenu depuis quelques années une sorte d'humanité version UMP.
Réponse de le 02/12/2014 à 23:26 :
PME bretonne Logistic Solutions... et ils sont où les ateliers de fabrication?
a écrit le 20/12/2012 à 15:00 :
le figaro n'apporte plus rien au débat démocratique .
a écrit le 20/12/2012 à 14:24 :
Comparée aux presses anglaise et allemande, la française est moribonde. Dans les régions elle est la botte des petits notables locaux et au niveau national les titres restants meurent les uns après les autres.
a écrit le 20/12/2012 à 14:16 :
Pas de problèmes pour les journalistes du Figaro qui partent. Ils auront de nouvelles opportunités chez Tapie et son groupe. Faudra tout de même devenir un peu plus réceptifs de la société que dans le Figaro, et surtout moins '' orienté '' . Le Figaro depuis longtemps n'est plus aussi ouvert que l'on eusse pu l'attendre.
Réponse de le 20/12/2012 à 15:14 :
que dire de libération ou l "huma"....
a écrit le 20/12/2012 à 14:10 :
Le vrai problème du Figaro est qu'il est passé du statut de journal de référence à celui de relais de la bien-pensance habituelle, avec un léger avantage pour les commis de l'UMP dans ce qu'ils ont de plus étatistes et constructivistes. Bref, ils ont vendu leur âme et ne trouveront pas dans cet échange de dupes les lecteurs qui attendent un minimum d'honnêté intellectuelle au quotidien. Et ce ne sont pas les dernières signatures de qualité, de plus en plus marginalisées au sein d'un rédaction qui n'a plus gère à envier au Monde, qui changeront la donne.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :