Tout le monde en veut à l'argent de France Télévisions...qui n'en a plus

 |   |  593  mots
Devant l'entrée du siège de France Télévisions, à Paris. Copyright Reuters
Devant l'entrée du siège de France Télévisions, à Paris. Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Alors que le groupe d'audiovisuel public doit se débrouiller pour réaliser de 230 à 330 millions d'euros d'économies, il subit les pressions venues des patrons des chaînes privées, qui souhaitent une disparition totale de la publicité sur France Télévisions et craint par ailleurs une ponction de la redevance par le ministère du Budget, lui-même en train de faire le tour des économies possibles.

Il a du pain sur la planche. Non seulement Rémy Pflimlin, le président de France Télévisions, fait face à des comptes sérieusement déficitaires et doit défendre des mesures d'économies auprès de l'Etat, mais il doit aussi défendre les intérêts du groupe face aux patrons de chaînes privées et même... face à Bercy.

Une pression venue du privé...

Ce mardi 2 avril, les représentants de huit groupes d'audiovisuel et de presse privés étaient reçus à 11h par François Hollande. Leur objectif : convaincre le Président de la nécessité de maintenir l'interdiction de la publicité après 20h sur les chaînes publiques. Nicolas de Tavernost (M6), Alain Weill (NextRadio TV), Nonce Paolini (TF1), Christopher Baldelli (RTL), Jean-Paul Baudecroux (NRJ), Denis Olivennes (Lagardère Active), Pascal Houzelot ( chaîne TNT n°23) et François Morinière (L'Equipe) compteraient même sur l'application de la loi votée en 2009 sous la présidence de Nicolas Sarkozy, qui prévoit une suppression totale de la publicité sur France Télévisions au 1er janvier 2016.

Mais du côté de l'Elysée, vu la situation financière du groupe audiovisuel public, on pencherait plutôt vers une modification de la législation et l'exécutif s'interroge même sur la réapparition de la publicité à l'écran après 20h. La suppression ? "C'est exclu" confie-t-on depuis l'Elysée et Matignon, d'après Les Echos. La décision de rétablir la publicité après 20h sera prise fin 2013, lors des négociations sur le projet de loi de finances pour l'année prochaine. Elle est évoquée depuis février par le président de France Télévisions.

Reste que vu la conjoncture, la publicité est une source de revenus nécessaire mais peu fiable pour France Télévisions. Celle sur laquelle Rémy Pflimlin peut plus durablement s'appuyer, c'est la redevance télévision (renommée contribution à l'audiovisuel public). Seulement là aussi, ça coince.

... mais aussi du Budget

Alors que cet impôt a été augmenté de six euros lors des négociations sur le budget 2013, passant de 125 à 131 euros par foyer équipé d'un téléviseur, le ministère du Budget voudrait récupérer 2 euros de cette augmentation, selon Le Figaro daté du 2 avril. Un ponction qui pourrait rapporter 50 millions d'euros supplémentaires au budget de l'Etat. A l'origine, la hausse prévue était de quatre euros, mais le gouvernement avait proposé une augmentation supplémentaire de deux euros afin d'atténuer l'impact de la diminution des dotations publiques de 2,3% et de la baisse des ressources publicitaires. Jeudi, Bernard Cazeneuve, le ministre du Budget, rencontre la ministre de la Culture Aurélie Filippetti, afin de plaider en faveur d'une ponction de deux euros sur la redevance, dans le but de réussir à boucler le budget de l'an prochain.

Entre les intérêts des uns et des autres - France Télévisions, les chaînes privées, le Ministère du Budget et celui de la Culture - les négociations s'annoncent tendues, notamment lors des discussions sur le projet de loi de finances pour 2014 cet automne.

POUR ALLER PLUS LOIN :

>> France Télévisions prévoit une perte de 42 millions d'euros

>> Rémy Pflimlin fait le ménage à la tête de France Télévisions

>> Rémy Pflimlin prescrit le régime sec à France Télévisions

>> France Télévision étudie l'arrêt de certaines émissions

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/04/2013 à 11:24 :
à part à la rigueur une chaine d'information "voix de la France" qui serait destinée à diffuser la position officielle de l'Etat, je ne vois pas la légitimité de maintenir des chaines généralistes dans le giron du public. L'accès à la "culture" pourrait se faire par d'autres média que de smédia de flux (internet, chaines type youtube) et idem pour d'autres sujet pouvant avoir un intérêt général. La télé du futur ne sera probablement pas la témé actuelle, donc autant se débarrasser le plus rapidement de la totalité des chaines de france télévision. France 3 aux régions, comme l'a fait par exemple l'allemagne, FranceO aux régions d'outre mer, le reste au privé. Quitte à avoir des robinets à clips de rap et à série américiane autant laisser leur gestion au privé... tan,t mieux s'il fait des bénéfices dessus. Rien n'empèche par la suite à imposer àla totalité des ces chaines de flux privées d'e^tre soumises à des servitude d'intérêt public.
a écrit le 03/04/2013 à 10:55 :
Ma foi, la redevance qui nous est imposée devrait servir justement à établir un budget annuel à ne pas dépasser et permettre de ne pas faire de publicité, quelle que soit l'heure. Du moins si ce financement est réservé à l'audiovisuel public et ne sert pas de "réserve" pour le budget de l'Etat.
a écrit le 02/04/2013 à 21:21 :
Moi, j'ai supprimé la télévision, le calme autour de moi;......mon mari est parti ......
a écrit le 02/04/2013 à 17:40 :
resident a l'etranger, je recois 2 chaines d'information en francais: France 24 et BFMTV
l'une des 2 est archi-nulle, devinez laquelle ?
Réponse de le 02/04/2013 à 22:41 :
Les deux sont nulles.
Réponse de le 03/04/2013 à 16:12 :
+1000 pour fopurmo. Pour moi, une chaine d'information est une chaîne qui diffuse les évènements de manière à permettre aux téléspectateurs de se faire leur propre opinion....
a écrit le 02/04/2013 à 17:24 :
"audiovisuel public doit se débrouiller pour réaliser de 230 à 330 millions d'euros d'économies," Les économies peuvent se faire par LA PRIVATISATION. LES CONTRIBUABLES ONT RAS-LE-BOL DE PAYES des entreprises publiques qui sont des gouffres financiers..................................;
Réponse de le 02/04/2013 à 20:48 :
Il faut privatiser en urgence !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 02/04/2013 à 21:26 :
cette tele NUL ...ECONOMISONS la redevance qui sert a nourrir une armee de planques ... bon a rien ... les chaines prives font aussi bien ça nous coute rien ....ras le bol des druckers holls et compagnie ....
Réponse de le 02/04/2013 à 23:13 :
Avant de sortir des énormités pareilles, allez faire un tour du monde pour voir la qualité des programmes (télé-réalité à gogo) accompagné de pub toutes les 10 minutes. Excellente idée pour rendre le peuple encore plus idiot et inculte.
Réponse de le 03/04/2013 à 8:45 :
Les chaînes de télévisions diffusent ceux que les gens ont envie de voir. Si la plus part des gens veulent voir de la télé réalité à gogo, les chaînes vont les diffuser. Malheureusement, c'est comme cela.
Réponse de le 03/04/2013 à 8:53 :
@Toby
Les chaînes privées se foutent de proposer des programmes intéressants à défaut d'être éducatifs. Elles veulent de l'audience à tout prix pour vendre de la publicité. Décérébrer les auditeurs pour utiliser le fameux "temps de cerveau disponible" et insidieusement implanter les idées communes que véhiculent des chaînes comme TF1-BFM TV-iTélé...Il reste encore heureusement Arte, France 5, LCP.
Réponse de le 03/04/2013 à 9:01 :
Il y a des gens qui veulent voir des trucs intéressants, mais on pense à eux ? Non, on préfère faire des trucs pour age mental de 3 ans. Ça s'appelle niveler par le bas. Et c'est comme cela partout, à commencer par l'école.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :