Avec la télévision, Xavier Niel s’est trouvé un nouveau terrain de chasse

En se portant candidat auprès de l'Arcom, le régulateur de l'audiovisuel, pour ravir à M6 sa fréquence TNT, Xavier Niel s’est lancé un pari fou : renverser l’ordre établi à la télévision. Ses détracteurs jugent l’opération impossible. Personne n’a toutefois oublié de quelle manière le milliardaire s’est fait un nom dans les télécoms, en imposant Free, que beaucoup voyaient finir dans le mur, comme un cador du secteur.
Pierre Manière
Xavier Niel, le fondateur et propriétaire d'Iliad (Free).
Xavier Niel, le fondateur et propriétaire d'Iliad (Free). (Crédits : Charles Platiau)

Ce devait être une promenade de santé. Ce sera finalement un bras de fer. Le renouvellement des fréquences TNT de TF1 et de M6 n'est, d'habitude, qu'une simple formalité. Les deux mastodontes du petit écran, qui pesaient respectivement 2 et 1,2 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2020, n'ont pas, à ce niveau, l'habitude d'être concurrencés. Surtout par un nouvel entrant. Qui serait assez fou pour tenter de leur ravir leurs précieuses fréquences, en partant de rien ?

Xavier Niel, lui, ne s'embarrasse guère de ces considérations. Ce lundi, il s'est porté candidat, aux côtés de TF1 et de M6, à une de deux fréquences TNT remises sur le marché par l'Arcom, le régulateur de l'audiovisuel, pour lancer sa propre chaîne de télévision nationale. Le nom du projet, baptisé « SIX » et porté par sa holding personnelle NJJ, ne laisse aucun doute sur ses intentions : c'est bien la fréquence de M6 qu'il souhaite chaparder.

Même si cette offensive était attendue, la surprise n'en est pas moins grande dans le paysage audiovisuel français. Chez M6, l'état-major du groupe se pense protégé par ses 600 millions d'euros d'investissement par an dans les contenus. Même avec la meilleure volonté du monde, il faudrait, il est vrai, sans doute des années à Xavier Niel pour atteindre un tel niveau. Mais pas question de prendre cette menace à la légère. Il y a sans doute un « effet Niel », d'ailleurs, dans la récente décision de M6 de revoir à la hausse ses investissements dans la création, notamment dans le documentaire et l'animation...

Aux yeux d'une large frange du monde des médias, les chances de voir Xavier Niel décrocher la timbale paraissent faibles, voire nulles. Cela dit, personne n'a oublié, dans le Tout-Paris des affaires, de quelle manière le « trublion des télécoms », comme on l'appelle couramment, a imposé Free comme un opérateur de premier plan. Son offensive dans la télévision rappelle, à certains égards, l'arrivée de Free Mobile il y a 11 ans. A l'époque, beaucoup pensaient que son opérateur mobile, en tant que nouvel entrant, se casserait bien vite les dents. Sans réseau, et face à des cadors du calibre d'Orange, SFR ou Bouygues Telecom, comment diable, après tout, pourrait-il s'en sortir ? Cela n'a pas empêché Xavier Niel, aujourd'hui milliardaire, de connaître un franc succès en cassant les prix, et de bouleverser le marché, au grand dam de la concurrence.

Niel et sa « discipline de la rupture »

En se lançant à l'assaut de la fréquence de M6, Xavier Niel est dans sa position préférée : celle du « Maverick » qui veut renverser la table. Xavier Niel et Free cultivent, depuis toujours, « une discipline de la rupture », soulignait dans nos colonnes, il y a quelques années déjà, Etienne Candel, chercheur en communication. Celui-ci comparait alors l'opérateur à Apple, qui a révolutionné le monde de la tech avec le Macintosh et l'Iphone, dans sa capacité « à se présenter en 'libérateur' vis-à-vis des monopoles et des autorités établies ».

Xavier Niel sait, en outre, que ses coups de canon contre M6 sont plutôt bien accueillis par une partie du PAF. C'est d'abord le cas de l'Arcom. Roch-Olivier Maistre, son président, ne cache pas sa satisfaction devant cette concurrence nouvelle, qui pousse naturellement les acteurs à investir davantage. Lors des auditions des candidats aux fréquences TNT devant l'Arcom, le 15 février prochain, Xavier Niel aura tout le loisir de se présenter comme un acteur de long terme, soucieux, on imagine, de donner un nouveau souffle à la télé française... En face, ce sera plus difficile pour M6, dans la mesure où son actionnaire principal, l'allemand Bertelsmann, a tenté de se séparer à deux reprises.

Si Xavier Niel et son projet « SIX » devaient l'emporter, la situation ne manquerait pas de sel. Il entrerait en compétition frontale avec TF1, 11 ans après avoir ferraillé avec Bouygues Telecom, autre filiale du groupe Bouygues. De quoi donner, une nouvelle fois, des boutons à Martin Bouygues, son chef de file... Furieux de l'arrivée de Free dans le mobile, celui-ci avait, à l'époque, eu des mots très durs à l'égard de Xavier Niel. « Je me suis acheté un château, ce n'est pas pour laisser les romanichels venir sur les pelouses »avait-il canardé. Le romanichel, lui, se verrait bien remettre une pièce dans la machine.

Pierre Manière

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 25/01/2023 à 18:17
Signaler
Moi, j'en ai assez que mes chaines de pub soient coupées par des films vu et revu toute les 20mn et ce pendant un quart d'heure.

à écrit le 25/01/2023 à 13:40
Signaler
Les arnaques passent essentiellement par la médiatisation et la com, pourquoi s'en priver quand il n'y a pas d'autre moyen pour obtenir un retour sur investissement ! ;-)

à écrit le 25/01/2023 à 11:36
Signaler
N'ayant pas l'usage d'internet fixe je n'ai pas de box internet et donc je n'ai accès qu'aux chaînes de la TNT. Hormis LCP qui présente de temps à autres des documentaires intéressants l'offre est en général plutôt nullissime TF1 M6 et FRANCE TV se ...

à écrit le 25/01/2023 à 11:00
Signaler
L'offre télévisuelle de M6 étant la pire du PAF (Sitcom, série B, téléréalité...), il est logique que le renouvellement de sa fréquence soit remis en question par l'ARCOM.

à écrit le 25/01/2023 à 8:13
Signaler
"Xavier Niel s’est lancé un pari fou : renverser l’ordre établi à la télévision" Mouais bon enfin quand vous voyez la gueule de "l'ordre établi" ça va c'est pas un défi infaisable hein, loin de là... Ça y roupille grave là dedans.

à écrit le 24/01/2023 à 19:20
Signaler
Voilà qui permettra à M Niel, après avoir écumé les aides à la presse avec l' Immonde, de poursuivre à soigneusement augmenter le taux de propagande mondialiste déversée sur la France et les français..

le 25/01/2023 à 9:41
Signaler
il vous reste le FIGARO qui lui aussi écume les aides de l etat et écume aussi les consciences .

à écrit le 24/01/2023 à 18:38
Signaler
Ami de Macron...On oublie un peu vite que si free est compétitif c'est avant tout parce qu'il "manque d'enthousiasme" sur ses engagements dans le déploiement de l'internet au niveau national - Drahi, autre ami présidentiel, fait de même - avec un arc...

à écrit le 24/01/2023 à 18:04
Signaler
Bien joué, voilà qui permettra d' ajouter une nouvelle séquence du "mondialisme de l' intérieur" à l' existant, chapeau l' artiste..

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.