France Télévisions : fusionner tous les médias pour faire des économies ?

 |   |  512  mots
La création de ce groupe unique, qui serait baptisé France Médias, permettrait de réaliser des économies, via des mutualisations, et de renforcer son indépendance vis-à-vis de l'Etat, estiment André Gattolin (écologiste, Hauts-de-Seine) et Jean-Pierre Leleux (Les Républicains, Alpes-Maritimes) dans leur rapport publié en plein débat sur le financement de l'audiovisuel public.
La création de ce groupe unique, qui serait baptisé "France Médias", permettrait de réaliser des économies, via des mutualisations, et de renforcer son indépendance vis-à-vis de l'Etat, estiment André Gattolin (écologiste, Hauts-de-Seine) et Jean-Pierre Leleux (Les Républicains, Alpes-Maritimes) dans leur rapport publié en plein débat sur le financement de l'audiovisuel public. (Crédits : Flickr/patrick janicek. CC License by.)
Regrouper d'ici 2020 l'ensemble des médias audiovisuels publics, de France Télévisions à Radio France : c'est la proposition présentée mardi par deux sénateurs dans un rapport.

Une "BBC à la française". Voici ce que proposent les sénateurs André Gattolin (écologiste, Hauts-de-Seine) et Jean-Pierre Leleux (Les Républicains, Alpes-Maritimes) dans leur rapport publié mardi 29 septembre en plein débat sur le financement de l'audiovisuel public.

Leur idée est de regrouper d'ici 2020 l'ensemble des médias audiovisuels publics, de France Télévisions à Radio France. La création de ce groupe unique, qui serait baptisé "France Médias", permettrait ainsi selon eux de réaliser des économies via des mutualisations et de renforcer son indépendance vis-à-vis de l'Etat.

Pour rappel, le financement de l'audiovisuel public fait de nouveau débat depuis que la nouvelle présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, a averti que le déficit du groupe pourrait atteindre 50 millions d'euros en 2016, après le refus du gouvernement d'un retour de la publicité après 20h et d'une hausse de la redevance.

Trois étapes

Estimant que les sociétés de l'audiovisuel public (France Télévisions, Radio France, Arte, Ina, France 24 et RFI) "sont dans une situation difficile" et que "leur modèle économique traverse une grave crise, qui appelle une véritable refondation", les auteurs suggèrent de procéder en trois étapes pour donner naissance à "France Médias" d'ici à 2020.

  • A savoir, une première phase de "stabilisation des ressources", qui verrait augmenter en 2016 et 2017 la contribution à l'audiovisuel public (CAP, ex-redevance audiovisuelle) de 2 euros, hors hausse liée à l'inflation. En parallèle, une "réserve de 150 millions d'euros" serait créée à partir de la CAP pour encourager "financièrement les initiatives communes".
  • La deuxième étape, en 2018-2019, concernerait la réforme de la CAP et de la publicité. Avec 3,7 milliards d'euros reversés aux médias de l'audiovisuel public, l'ancienne redevance constitue l'essentiel de leurs ressources. Les deux sénateurs jugent en effet la CAP inadaptée car elle concerne uniquement les détenteurs de télévisions et pointent le risque de "décrochage" à mesure que "les jeunes générations renonceront à faire l'acquisition d'un téléviseur pour accéder aux programmes sur des objets connectés". Le rapport conseille donc de remplacer la CAP par une "contribution forfaitaire universelle" à partir du 1er janvier 2018 en intégrant les possesseurs de tablettes et smartphones.
  • Par ailleurs, la publicité sur les chaînes du service public ne serait pas totalement supprimée mais davantage encadrée pour favoriser les messages "compatibles avec la protection de la santé et de l'environnement".

Enfin, en 2020, les sociétés de l'audiovisuel public seraient réunies au sein du groupe "France Médias".

Réaffirmer l'indépendance des médias

En outre, pour la "libérer du poids de la tutelle de l'État", cette nouvelle instance pourrait nommer elle-même son président, ainsi que les dirigeants de ses filiales, et répartir la future contribution forfaitaire universelle "en fonction de ses choix stratégiques".

Un moyen également de mettre fin aux différentes polémiques qu'ont suscité les nomination des précédents patrons de France Télévisions.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2015 à 14:19 :
Géniale l'idée. Comme ça, il suffira de rassembler les glousseuses et les hilares du paf dans une seule émission (économie) et on aura l'impression en plus d'être à la campagne dans un élevage de gallinacés !!
a écrit le 30/09/2015 à 10:21 :
vu la qualité immonde de la majorité des programmes la journée ou la nuit et les nombre de media (tv et radio) avec chacun leur site internet, leur base de données, leurs présidents et leurs avantages....... il était temps de réintégrer les bons programmes sur les chaines historiques, une radio dom tom alors que fr3 doit faire des décrochages locaux...
une radio pour les jeunes, une radio pour les vieux, puis pourquoi pas une radio pour les femmes, une radio culture, une radio info en boucle, une radio inter il y a bien évidemment un énorme problème
a écrit le 30/09/2015 à 10:15 :
La solution privatiser tous ces groupes et sous groupes !!car la machine est trop lourde ,et ,est elle libre de toutes emprises ???? pas sur !!!!
a écrit le 30/09/2015 à 9:11 :
Ce joli plan vise en fait à maintenir une forme de statut quo pour ne fâcher que le minimum acceptable. Une véritable réforme devrait passer par trois étapes :
1 redéfinition des missions, 2 modification du périmètre, 3 redéploiement des entités et du personnel. Ceci passe par la modification du statut juridique de l'ensemble, la redéfinition des rapports avec la tutelle , et de ses modes de financement. Le corollaire devrait être la possibilité pour le citoyen de pouvoir renoncer, le cas échéant, à regarder les chaine dites publiques dans le choix de son bouquet, ceci afin d'instiller dans le nouveau groupe une saine concurrence. Tout le reste est du maquignonnage politicien.
a écrit le 30/09/2015 à 8:51 :
Pour avoir la haute main sur toute l'information. On appelait cela le contrôle.
a écrit le 30/09/2015 à 7:40 :
"Regrouper d'ici 2020 l'ensemble des médias audiovisuels publics..." impossible, trop de copains à placer. "Leur idée est de regrouper d'ici 2020..." d'ici là l'eau aura coulé sous les ponts.
a écrit le 30/09/2015 à 2:07 :
Et que soit mis fin à la réception obligatoire de ces chaines. Qui les veut vraiment les paie par décodeur et abonnement. Et plus de taxe-redevance pour ceux qui s'en passent.
a écrit le 29/09/2015 à 19:38 :
Je pense que l'idée sous-jacente des socialos, c'est de passer en boucle l'intox du parti, avec le grand timonnier Hollande en guise de publicité :-)
Réponse de le 30/09/2015 à 2:45 :
jadis televions et radios publiques regroupees ca s appelait l ortf !!!!!!.
a écrit le 29/09/2015 à 18:49 :
Pas besoin d'aller voir si loin,messieurs les français.En Belgique francophone,la RTBF est depuis toujours ou presque,un groupe intégré de radio(La Première,Vivacité,classic021,etc.) et de télévision(La une,la Deux,la trois.).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :