France Télévisions : un déficit multiplié par cinq en 2016 ?

 |   |  324  mots
France Télévisions avait enregistré 38 millions d'euros de pertes en 2014 et 85 millions d'euros en 2013.
France Télévisions avait enregistré 38 millions d'euros de pertes en 2014 et 85 millions d'euros en 2013. (Crédits : Flickr/patrick janicek. CC License by.)
Après 10 millions d'euros prévu en 2015, le déficit des chaînes publiques devrait atteindre 50 millions d'euros l'an prochain. Dans un courrier, la présidente de France Télévisions, Delphine Ernotte, met en avant la mauvaise situation du marché publicitaire et la réduction des ressources publiques.

France Télévisions s'attend à un déficit de 50 millions d'euros en 2016, a appris mardi 15 septembre l'AFP de source proche du dossier, confirmant une information du Figaro.

Ces chiffres ont été communiqués aux administrateurs du groupe audiovisuel public par sa nouvelle patronne, Delphine Ernotte, dans un courrier. Cette dernière met notamment en avant la situation dégradée du marché publicitaire qui plombe les comptes de France Télévisions, alors que les "ressources publiques seraient au mieux stables" l'année prochaine.

     | Lire La publicité sur mobile dépassera celle des journaux en 2016

France Télévisions a confirmé fin juillet l'estimation prévue de son déficit à 10 millions d'euros en 2015. C'est considérablement moins que la perte de 38 millions d'euros enregistrée en 2014, et des 85 millions d'euros en 2013.

Réduction des subventions et augmentation de la taxe des FAI

Outre l'état du marché publicitaire, France Télévision fait également face aux coupes budgétaires dans ses subventions décidées par le gouvernement. L'arbitrage final concernant les projets gouvernementaux pour renflouer les chaînes publiques a été annoncé par la ministre de la Culture Fleur Pellerin le 13 septembre. Outre l'augmentation de 1 euro de la redevance (fixée à 136 euros actuellement), il a également été décidé de faire passer la taxe des fournisseurs d'accès à Internet (FAI) de 0,9% à 1,2% du chiffre d'affaires.

Parmi les pistes initialement évoquées par la presse, le gouvernement a notamment écartée le retour de la publicité entre 20 heures et 21 heures, qui a rencontré une forte opposition des médias privés, M6 et TF1 en tête, ainsi que de nombreux réalisateurs dont Claude Lelouch et Michel Hazanavicius.

La piste d'une hausse ou d'un élargissement aux objets connectés (smartphones et tablettes) de la redevance télévisuelle a, quant à elle, été rejetée par François Hollande, qui a estimé le 7 septembre qu'il "faut maîtriser l'appel à la contribution".

 (L. P. avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2015 à 13:01 :
Et si on fermait France 4 ou France O ? À elles deux, elles ne réalisent pas 2% d'audience mais coutent plus de 50 millions d'euros, si ce n'est pas plus en cout de grille et de diffusion. Et hop ! ces deux ne manqueraient à personne et le "trou" est bouché ! Osez !
a écrit le 15/09/2015 à 17:12 :
c'est representatif de la culture dans notre pays : un tonneau des danaides
et pendant ce temps la santé et les retraites manquent d'argent !
a écrit le 15/09/2015 à 16:10 :
elle a donc été choisi pour faire de la dette sur le dos des français?!
a écrit le 15/09/2015 à 15:37 :
La Tribune pourrait elle nous rafraîchir la mémoire concernant la suite qui a été donnée à l'affaire du bureau de Monsieur Gallet (travaux somptuaires, ameublement hors de prix..), la gestion des travaux de la Maison Ronde ( l'histoire sans fin, un peu comme l'EPR de Flammenville... ) avec son calendrier et son budget qui font la culbute, ainsi que la suite réservée à la dame de l'INA et son fils addicts aux taxis (l'INA étant financée également via la redevance audiovisuelle..) ? L'état a t'il récupéré des sous ? Limité les dépenses ? Sanctionné les dispendieux ? Imposé des dispositifs sérieux de contrôle interne avant de nous demander encore de financer les yeux fermés ?
Réponse de le 15/09/2015 à 18:50 :
"bureau de Monsieur Gallet" je crois que c'était prévu dans le budget (pour le palissandre à rénover) mais ça aurait pu être retardé, décalé, ...
Mme INA, me semble qu'elle a dû rembourser mais a un placard doré donc aucun soucis pour le faire (haut fonctionnaire, employé(e) à vie). Même si ce ne sont pas des sommes folles vu les déficits, c'est un problème d'équité. "Un sous est un sou" comme on dit cheu nous ! (pas chez eux, sont dans des nuages dorés)
a écrit le 15/09/2015 à 14:52 :
Une fois encore, la seule réponse dont soit capable l'état consiste à augmenter les prélèvements obligatoires: 1€ d'augmentation, quelle jolie manière de dire, reprise à l'unisson par les médias. Il y a 28 millions de foyers en France, équipés à plus de 96% d'un téléviseur. La redevance va donc augmenter de 25 millions d'euros et devrait pouvoir rapport 3.7 Mds. C'est tellement plus logique d'aller piquer dans la poche des contribuables que d'apprendre à équilibrer un budget.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :