Lagardère coupe dans ses effectifs

Le groupe d'édition et de distribution a annoncé mercredi un plan de départs volontaires concernant 220 de ses salariés. La branche médias de Lagardère devra passer de 3 500 à moins de 3 300 employés dès cette année.

2 mn

Le groupe d'Arnaud Lagardère a vu son activité progresser de 7,4% au quatrième trimestre 2015.
Le groupe d'Arnaud Lagardère a vu son activité progresser de 7,4% au quatrième trimestre 2015. (Crédits : reuters.com)

Les activités de presse sont dans le viseur de Lagardère Active. Le groupe souhaite voir partir près de 15% de ses effectifs parmi les 27 titres qu'il détient (Elle, Paris Match, JDD...) et sur le Web (Doctissimo...). Une coupe importante pour l'un des premiers groupes français de presse magazine grand public. Sur ses 3500 salariés, 220 seraient ainsi concernés.

L'audiovisuel épargné ?

Tous les médias ne sont pas touchés par ce plan de départs volontaires. Les activités dans l'audiovisuel (Europe 1, Gulli...) ne sont pas concernées directement. Il faut cependant rester "extrêmement vigilant" sur les coûts rappelait le président de Lagardère Active, Denis Olivennes, il y a 15 jours aux salariés d'Europe 1. Les licenciements secs ne toucheront certes pas les salariés de la radio, mais le nombre de pigistes et de CDD sera réduit. En coulisses, on évoque une "réorganisation" au niveau du site europe1.fr notamment, avec une réduction du nombre de journalistes affectés aux différents pôles.

Malgré un chiffre d'affaires en hausse l'an passé, Lagardère accuse une faible rentabilité. La progression à 962 millions d'euros en 2015, au lieu de 958 millions d'euros en 2014 est loin d'être imputable à ses activités de presse.

Rentabilité limitée

Le groupe est en fait porté par ses performances dans ses activités d'édition et de marketing sportif. Dans un communiqué, il faisait état en février dernier d'une progression de son activité de 7,4% à 2 043 milliards d'euros sur le seul quatrième trimestre 2015.

"Le groupe Lagardère a réalisé une belle fin d'année, notamment chez Lagardère Publishing et Lagardère Sports and Entertainment. Ce dernier affiche un chiffre d'affaires en forte hausse à + 16,3 % à données comparables, avec notamment le développement des activités de gestion de stades et la bonne performance de compétitions de football en Asie."

Lagardère annonçait en même temps son objectif de se renforcer dans l'audiovisuel alors que la presse magazine a subi un recul de ses ventes de 3,9% l'an dernier. Une ligne qui se confirme cet après-midi.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 09/03/2016 à 16:13
Signaler
La société Lagardère n'est plus propriété française via ses dirigeants puisque les investisseurs étrangers disposent de près de 70% des droits de vote dans ce groupe multiforme. Ainsi par exemple le dictionnaire Larousse, les radios ou programmes enf...

à écrit le 09/03/2016 à 14:39
Signaler
Jean-Luc Lagardère a tout réussi ... sauf son fils ! Dire que ce groupe était un fleuron de l’industrie française. Désormais ce n'est qu'un acteur de second zone dans le showbiss.

le 09/03/2016 à 19:21
Signaler
La loi Veil sur l'avortement n'existait pas à ce moment....Même si Jean-Luc LAGARDERE avait su l'avenir, il aurait rien pu faire. Il est au niveau de son grand ami SARKOZY...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.