Médias : la cote d’alerte

 |  | 1048 mots
Lecture 5 min.
Fiable pour 48 % des Français en 2017, le média télévision recule à seulement 38 % d'opinions positives. Le traitement médiatique de la crise des « gilets jaunes » est passé par là. En cause notamment, BFM TV, accusée d'avoir accordé une place démesurée à cet événement.
Fiable pour 48 % des Français en 2017, le média télévision recule à seulement 38 % d'opinions positives. Le traitement médiatique de la crise des « gilets jaunes » est passé par là. En cause notamment, BFM TV, accusée d'avoir accordé une place démesurée à cet événement. (Crédits : Reuters)
Le sondage BVA pour La Tribune conforte le baromètre spécialisé de « La Croix » pour 2018 : la défiance des Français dans les médias est au plus haut depuis plus de trente ans. Pour inverser durablement la tendance, journaux, télévisions et radios devront impérativement redéfinir leurs relations avec les lecteurs et les auditeurs.

Qu'il provienne du sondage réalisé en juin par BVA pour La Tribune ou du 32e baromètre des médias de Kantar (WPP) pour le quotidien La Croix sorti début janvier, le constat est à la fois sévère et paradoxal. D'une part, la défiance des sondés vis-à-vis des différents canaux médiatiques s'est accélérée en 2018 pour une raison majeure : le manque supposé d'indépendance des journalistes et leur connivence avec les pouvoirs politique et économique. Si la dégringolade est générale (31 % de confiance tous canaux confondus selon BVA), la radio reste crédible pour 50 % des personnes interrogées. En revanche, la presse écrite, considérée en 2017 comme fiable par plus de la moitié de l'opinion, perd huit points (44 %). Mais la chute de confiance la plus significative s'exerce vis-à-vis des chaînes de télévision. Fiable pour 48 % des Français en 2017, le petit écran recule à seulement 38 % d'opinions positives. Le traitement médiatique de la crise des « gilets jaunes » est passé par là. En cause notamment, BFM TV, accusée d'avoir accordé une place démesurée à cet évènement par rapport à d'autres, comme le réchauffement climatique et la montée du vote écologiste aux élections européennes. Ironie amère du sondage, la chaîne d'information en continu d'Altice est parallèlement décriée par les « gilets jaunes » eux-mêmes.

Pour autant, l'intérêt pour l'information bat d'autre part des records avec 67 % d'appétence. Ce fort pourcentage est sujet d'optimisme pour Catherine Marcé, directrice associée chez Kantar, au même titre que le rôle central reconnu aux journalistes pour débusquer les fake news. Au-delà du constat, plusieurs explications sont avancées sur ce phénomène inquiétant pour le débat démocratique dans l'Hexagone, dont les médias sont le premier reflet. Le chercheur du CNRS Jean-Marie Charon, spécialisé dans les médias, pointe en premier lieu un niveau d'éducation du public, qui s'est largement élevé depuis trente ans. Conséquence, le lecteur et l'auditeur remettent régulièrement en cause les compétences des journalistes. Ils se situent désormais dans une relation d'égalité avec ceux qu'ils ne considèrent plus comme les sachants d'antan. L'élargissement exponentiel des sujets d'information accélère encore ce processus de déclassement des journalistes, via la transformation des rédactions en plates-formes réclamant toujours plus de rédacteurs polyvalents et moins de spécialistes et d'experts. Ce phénomène est encore renforcé par la mutation numérique, qui a instillé la gratuité dans les médias, et paupérise le secteur. Résultat, une distorsion entre les attentes du public et le niveau des rédactions, qui favorise la défiance. Professeur d'histoire des médias à la Sorbonne, Patrick Eveno constate de son côté que l'individualisme de la société moderne, synonyme de repli, et la multiplication exponentielle des outils d'information, favorisent également le manque de confiance et le ressentiment.

Pour autant, l'aura des médias n'a pas disparu en tant qu'élément de socialisation, contrairement à celles des syndicats ou des partis. À preuve, dans le baromètre de La Croix, la confiance qui leur témoigne encore le public pour lutter contre les fake news envahissant les réseaux sociaux et le Web. Cette donnée rassurante ne saurait être suffisante pour inverser la tendance dans un paysage largement dégradé.

Vers un conseil de déontologie journalistique

Les débats actuels sur l'opportunité de créer un Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM) sont au coeur de la problématique de la défiance, pour Patrick Eveno. Président de l'Observatoire de la déontologie de linformation (ODI), l'enseignant est la cheville ouvrière de la future instance, prévue pour voir le jour fin 2019. Remis en mars au premier ministre Edouard Philippe, qui suit en direct cette question sensible, le rapport sur le sujet commandé à l'ancien PDG de l'AFP, Emmanuel Hoog, a mis de l'eau au moulin de Patrick Eveno. Pour cet historien de la presse, Le CDJM, grâce à sa saisine ouverte à tous, aurait plusieurs vertus. Via l'obligation pour les médias de prendre en compte les remarques du public sur la véracité de leurs informations, il permettra notamment d'améliorer la transparence et de renouer le dialogue entre public et professionnels de l'information.

À la clé, une probable amélioration de leur image à l'instar des 21 autres pays européens dotés de ce type d'instance de régulation. Si elle reste élevée, surtout dans les rangs des populistes, la défiance vis-à-vis des médias y est moins prononcée qu'en France, où elle s'est transformée en haine ces derniers mois. Reste à mettre en oeuvre cette nouvelle structure. Le récent couac de secrétaire d'État au numérique, Cédric O, qui a suggéré de créer un Ordre des journalistes, a démontré, s'il en était besoin, le caractère très sensible de la question dans un contexte de protection de la liberté de l'information.

Pierre à l'édifice de la reconstruction de la confiance dans les médias, l'instauration d'un CDJM ne saurait être suffisante, d'après Jean-Marie Charon. Outre la mise en oeuvre d'un plan Orsec pour l'éducation aux médias, le chercheur préconise la généralisation des expériences de making off au sein des rédactions. À ce travail explicatif sur son fonctionnement interne, le quotidien Libération a ajouté un pan serviciel unique dans la presse avec Checknews. Créé en 2017, ce service doté de neuf journalistes et dirigé par Cédric Mathiot tente de répondre aux questions des lecteurs. Lors de fortes actualités, ces dernières peuvent atteindre un rythme quotidien de 150 par jour. Objectif, faire enfin se croiser deux mondes parallèles qui cohabitent sans communiquer, les pages Facebook individuelles et la presse nationale. Car si les Français ne sont pas tendres avec les médias, ils se montrent encore plus critiques à l'égard des réseaux sociaux : 86 % s'en méfient, dont 44 % qui ne leur font pas du tout confiance selon notre sondage BVA.

Lire aussi : En quoi les Français ont-ils encore confiance ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/08/2019 à 14:27 :
BFMTV a connu des records d'audience avec les gilets jaunes et je doute que ceux qui se sont connecté sur cette chaine pendant les périodes les plus chaudes l'ont fait pour qu'on leur parle de la déforestation en Amazonie pendant que l'arc de triomphe était taggé.

Les français ne connaissent pas les chaines d'info en continu alors ils leurs reprochent ce qui fait leur succès et leur raison d'être, l'actualité immédiate.

Pour ce qui est des média, il y a des raisons réelles d'inquiétude. 80% de la presse écrite appartient à une douzaine de groupes qui appartiennent à une poignée de financiers qui ne sont pas des hommes de presse et utilisent les media pour contrôler ce qui se dit sur eux-mêmes et sur les autres.

D'autre part, il y a de moins en moins de journalistes professionnels et encore moins de spécialistes dans un domaine donné .Ceux qui restent sont devenus des généralistes incapables de répondre du tac au tac aux mensonges flagrants de certains politiques.

De fait les média ne produisent plus d'information, ce sont de simples relais d'information, voire d'opinion. Et c'est un vrai problème pour la démocratie.
a écrit le 29/08/2019 à 11:17 :
Ce n'est pas la relation vis a vis de l'auditeur, téléspectateur ou du lecteur qui sont en cause mais sa relation avec le pouvoir et leur manipulation!
a écrit le 29/08/2019 à 11:13 :
Le peuple a compris ce que sont les médias . . .et comme dirait l'autre " la vérité est ailleurs" . . . alors ils n'ont plus confiance
a écrit le 29/08/2019 à 11:01 :
Le fait que vous me censuriez mon commentaire, qui au final le résume parfaitement, entièrement respectable mais forcément dérangeant pour ces médias, ne serait il pas la principale raison de cette méfiance permanence et croissante envers le secteur ?

Ben si bien sûr et totalement mais comment voulez vous que l'on ai confiance du coup sans rire ?
a écrit le 29/08/2019 à 10:34 :
Ce qui favorise la défiance vis à vis des médias, c'est qu'ils donnent tous les mêmes informations, les traitent de la même façon et surtout en restituent une interprétation identique avec une vision manichéenne. La multiplication des médias ces dernières années vient amplifier ce phénomène. Cinq radios d'information, cinq chaînes TV d'information, les grands médias papier et internet et au final pour avoir un copier coller de l'information. Deux suffiraient largement (vous me direz cela crée des emplois!).
a écrit le 29/08/2019 à 8:40 :
Free a bien raison de ne plus diffuser BFMTV.
a écrit le 29/08/2019 à 8:27 :
Déjà avoir comme égérie Greta et nous l'imposer, vous êtes grillés les journalistes.
Réponse de le 29/08/2019 à 13:16 :
Une petite trolle Ostrobothnienne au QI ...d'Asperge !
Réponse de le 29/08/2019 à 16:00 :
Et pour Macron , rien ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :